avril 15, 2021

Audition

Titre Original : Odishon

De : Takashi Miike

Avec Ryo Ishibashi, Eihi Shiina, Tetsu Sawaki, Jun Kunimura

Année : 2002

Pays : Japon

Genre : Horreur

Résumé :

Aoyama, 42 ans, est producteur de films. Sa femme est décédée il y a sept ans, mais il vit toujours sa disparition avec difficulté. Un jour, suivant les conseils d’un vieil ami, Yasuhisa Yoshikawa, il décide de se remarier et organise une audition pour une série télévisée fictive afin de trouver sa nouvelle compagne parmi les candidates. L’une des dernières à se présenter, Yamazaki Asami, est une jeune femme d’une troublante beauté. Aoyama en tombe instantanément amoureux. Il la rappelle et dîne en tête à tête avec elle. Quelques jours plus tard, Aoyama lui téléphone à nouveau. Yamazaki est chez elle, prostrée dans l’obscurité. Elle est seule ou presque. Commence alors pour Aoyama une plongée vertigineuse dans un enfer sanglant, dont les retombées seront excessivement douloureuses.

Avis :

Réalisateur fou de travail, cinéaste complétement dingue et en marge d’un certain système, Takashi Miike, c’est toute une idée, tout un concept. On pourrait même dire que Takashi Miike, c’est une folie à lui tout seul, tant sa filmographie est barje. Imaginez un peu, Takashi Miike commence à réaliser au début des années 90 et aujourd’hui, en 2020, il a réalisé plus d’une centaine de films. Alors bien sûr, avec une telle densité, il faut faire du tri, surtout au début des années 2000, où le metteur en scène était capable de sortir six à sept films par an.

Et c’est dans ces années-là qu’est arrivé « Audition« , qui est considéré comme l’un des meilleurs films de Takashi Miike. « Audition« , c’est un film étrange, immersif et surtout, c’est un film qui laisse une empreinte. C’est un film qui ne fait que laisser imaginer qu’un drame va se produire et plus le film avance, plus Takashi Miike nous entraîne dans cette histoire, plus ce dernier se tend et la séance se fait difficile. Avec « Audition« , Takashi Miike nous bouscule, on pourrait même dire qu’il s’amuse avec son spectateur, avec cette étrange recherche d’amour. Une recherche qui va basculer d’un coup vers là où l’on ne l’attendait pas. Il en résultera un film, certes un peu long à démarrer, mais un film prenant, et surtout marquant. Un film qui mérite tout à fait d’entrer dans le panthéon du réalisateur. D’un coup, c’est décalé et trash et le pire dans cette horreur, c’est qu’on aime beaucoup ça !

Aoyama, quarante-deux ans, est producteur de films. Il y a sept ans de ça, Aoyama a perdu sa femme et aujourd’hui, il désire retrouver l’amour. Avec l’aide d’un ami, il décide de monter un faux casting pour un film, afin de rencontrer des jeunes femmes. Si l’une d’entre elles lui plaît, alors il la reverra et il finira par lui dire que le film ne se fera pas. Parmi les actrices qui se présentent, Aoyama remarque Yamazaki Asami, une jeune femme de vingt-quatre ans qui a tout de ce que le producteur recherche. Pour faire plus ample connaissance, il l’invite à dîner. Le dîner est presque parfait et très vite, Aoyama et Yamazaki se trouvent des points communs et une certaine attirance.

Il est difficile d’écrire quelques lignes pour parler d’ »Audition » de Takashi Miike, tant le film est un petit chamboulement d’une étrange violence, aussi bien physique que psychologique. « Audition« , c’est un petit film qui commence avec une petite arnaque amoureuse. Un homme prétexte un casting pour trouver l’âme sœur. Une idée, un peu farfelue, un brin amusante mais surtout une idée qui donne quelque chose. Une idée qui par la suite donne naissance à de belles rencontres. Ainsi, avec cette idée, Takashi Miike nous invite à suivre un homme et une femme qui vont faire connaissance et c’est entre romance et malaise que le metteur en scène japonais pose sa caméra. Jouant avec son public, Takashi Miike nous propose une belle rencontre, qui installe petit à petit une ambiance oppressante. Ici, tout est fait pour nous tenir sous pression, comme s’il pouvait se passer tout et n’importe quoi, à n’importe quel moment. Il y a quelque chose de très malsain qui survole tout le film, et s’il est vrai qu’ »Audition » met un peu de temps à se mettre en place, une fois que le réalisateur nous a pris dans ses filets, il est difficile de ne pas aller jusqu’au bout et de ne pas être tenu par cette histoire.

Ce qui est très bien avec « Audition« , c’est ce mélange des genres, c’est cette douceur pleine d’élégance qui va s’entrechoquer à l’horreur de ces derniers instants, ou encore à la confusion cauchemardesque des visions et des rêves que le réalisateur met en scène avec beaucoup d’intérêt et d’étrangeté. Il y a du Lynch qui s’échappe de ces images, de cette mise en scène et de cette histoire. « Audition« , c’est un film très simple et en même temps très complexe. C’est un film qui prend le temps de créer quelque chose, de raconter une histoire, de laisser entendre des choses, mais c’est aussi un film qui ose aller au bout de son idée. C’est un film qui ose prendre le spectateur en otage, alors même que celui-ci sentait bien que « Audition » allait être bien plus que cette idylle naissante. Bref, Takashi Miike s’amuse, il nous bouscule, il nous offre de l’inattendu, il nous met mal à l’aise, et même si le film a ses défauts, même s’il se fait un peu long, il n’en demeure pas moins piquant, intéressant et surtout, on adore se laisser entraîner comme ça.

« Audition« , c’est aussi des personnages qui sont très intéressants à suivre. C’est des personnages tout en souffrance et bourrés de nuances. Puis c’est aussi, derrière les personnages, des comédiens marquants. Si on pourrait regretter qu’il n’y ait pas plus de personnages développés que les deux principaux, même si on mentionnera Jun Kunimura dans le rôle du meilleur ami et Tetsu Sawaki dans le rôle du fils (il y a une très belle relation père/fils dans ce film), il est vrai qu’ »Audition » tient principalement grâce à ses deux comédiens extraordinaires. Ryo Ishibashi, qui incarne Aoyama, est excellent dans la peau de cet homme à la recherche de l’amour et qui est complètement fasciné par cette femme. Puis il y a Eihi Shiina, absolument parfaite et terrifiante de paradoxe dans la peau de Yamazaki, une jeune femme à double tranchant, qu’on n’est vraiment pas près d’oublier.

« Audition« , c’est un film qui commence de façon presque banale et plus il avance, plus le réalisateur pose son malaise, sa tension et plus le film sombre dans l’atrocement terrible. Aussi beau et romantique que violent, trash et marquant, « Audition » est un film complexe, surprenant et surtout terriblement marquant. Bref, c’est un film qui mérite amplement tous les éloges qu’on lui fait depuis une bonne vingtaine d’années.

Note : 16/20

Par Cinéted

AqME

Amateur d'horreur, Métalleux dans l'âme, je succombe facilement à des images de chatons.

Voir tous les articles de AqME →

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.