septembre 22, 2020

Volt, Star Malgré Lui

Titre Original : Bolt

De : Byron Howard et Chris Williams

Avec les Voix Originales de John Travolta, Miley Cyrus, Susie Essman, Malcolm McDowell

Année : 2009

Pays : Etats-Unis

Genre : Animation

Résumé :

Pour le chien Volt, star d’une série télévisée à succès, chaque journée est riche d’aventure, de danger et de mystère – du moins devant les caméras. Ce n’est plus le cas lorsqu’il se retrouve par erreur loin des studios de Hollywood, à New York… Il va alors entamer la plus grande et la plus périlleuse de ses aventures – dans le monde réel, cette fois. Et il est convaincu que ses superpouvoirs et ses actes héroïques sont réels…
Heureusement, Volt va se trouver deux curieux compagnons de voyage : un chat abandonné et blasé nommé Mittens, et un hamster fan de télé dans sa balle de plastique appelé Rhino. Volt va découvrir qu’il n’est pas nécessaire d’avoir des pouvoirs extraordinaires pour être un vrai héros…

Avis :

Byron Howard et Chris Williams sont deux réalisateurs américains qui ne sont pas connus du grand public et c’est bien dommage. Tous deux ont commencé en tant qu’animateurs chez Disney. Quand le premier travaillait sur « Pocahontas« , « Mulan » ou « Frères des Ours« , le second lui travaillait sur « Kuzco, l’Empereur mégalo » et « Chiken Little« . Après des années passées donc dans les Studios, les deux animateurs se sont vus offrir la réalisation de leur premier film, « Volt, star malgré lui« . Par la suite, Byron Howard coréalisera « Raiponce » et « Zootopie« , quant à Chris Williams, il coréalisera « Les nouveaux héros« .

Sorti à la toute fin des années 2000, « Volt, star malgré lui » est un de ces Disney Classique mal aimés, sous-cotés et presque oubliés aujourd’hui et c’est bien dommage, car sans être le meilleur des films Disney, tout en ayant sa part de défauts, le premier film de Byron Howard et Chris Williams ne mérite pas autant d’ombre. Amusant, surprenant, original, et même bien plus profond qu’il n’en a l’air, « Volt, star malgré lui » mérite amplement qu’on lui laisse une seconde chance et surtout qu’on lui mette un coup de projecteur.

Volt n’a qu’un but dans la vie, défendre sa maîtresse, la jeune Penny. La vie de Volt et Penny est pleine de dangers, puisque le terrible homme à l’œil vert veut faire le mal autour de lui et pour y arriver, il a kidnappé le père de la jeune fille. Heureusement, ce dernier est une scientifique de renom et il a modifié génétiquement Volt. Alors qu’il approchait du but, le duo est tombé dans un piège et la jeune Penny fut kidnappée à son tour, sous les yeux impuissants de son fidèle compagnon. Volt va donc redoubler d’efforts pour sauver Penny et c’est ainsi qu’il va s’échapper du studio dans lequel se tourne la série dont il est la vedette avec la jeune Penny. Le souci, c’est qu’il n’a strictement pas idée qu’il est la star d’une série, ainsi Volt pense vraiment que Penny est en danger. De Hollywood à New York et de New York à Hollywood, Volt va entreprendre un chemin périlleux…

« Volt, star malgré lui » est un Disney un peu bâtard dans le sens où il arrive au moment où Disney subit un creux, car si les années 90 ont été un certain âge d’or pour les studios, les années 2000 ont été très laborieuses et peu de films issus (hors Pixar) de cette époque ont trouvé un vrai succès et « Volt … » fait partie de ceux-là, et je le répète encore et encore, c’est bien dommage.

Ce qui est cool avec « Volt … », c’est son envie de surprendre le spectateur et il y arrive très bien, puisqu’il va assurer un certain spectacle, tout en arrivant à être surprenant dans ses intrigues. « Volt … », c’est un film qui commence comme un pur film d’action. Un film d’action mélangé à un film d’espionnage. Dès son ouverture, « Volt … » fait un démarrage à deux mille volts, ne s’arrêtant quasi jamais. Puis, une fois la supercherie révélée, le film de Byron Howard et Chris Williams se transforme, il mute peu à peu en un très joli road trip et surtout une quête de soi, une quête existentielle, qui va être bien plus profonde que la petite comédie d’action que le film laissait jusqu’alors transparaître. Derrière la quête de Volt et ses compagnons de fortune, le film de Howard et Williams aborde des sujets très intéressants. « Volt … » parle aussi bien du système Hollywoodien que de l’abandon des animaux (le film nous réserve une bonne surprise en se mettant du point de vue de l’animal). « Volt … », à travers ses mésaventures, parlera aussi de quête de soi, des illusions, de l’amour et l’amitié… Bref, tout un joli programme qui fait que non seulement le film est bon et fonctionne dans son divertissement, mais il sait aussi se faire touchant, amenant même un soupçon de réflexion, ce qui n’est pas pour déplaire.

Toujours du côté du scénario, en plus d’offrir des personnages qui sont drôles et attachants, on notera que le film développe bien ses personnages qui sont en réflexion et en mutation tout le long de l’intrigue.

Du côté de la mise en scène, Disney délaisse le dessin traditionnel et reste dans la 3D, et même si le film a parfois de petites lacunes, il offre un certain spectacle, et il assure aussi bien dans les scènes d’action que dans ses scènes de drame. De plus, visuellement, le tout a vraiment du charme et les deux réalisateurs tentent des choses, ils s’amusent en oscillant entre les styles, action, espionnage, fantastique, thriller, comédie… « Volt … » est très riche et dix ans plus tard le film n’a pas pris une ride, chose que certains Disney 3D ne peuvent pas se vanter.

« Volt, star malgré lui » n’est certes pas un grand cru Disney, mais il n’est pas un mauvais film non plus. Byron Howard et Chris Williams réalisent un bon film, ils osent des choses et ils arrivent à nous surprendre. Joli aussi bien dans sa forme que dans son fond, « Volt, star malgré lui » ne mérite vraiment pas l’ombre dans laquelle il se trouve. Amusant, divertissant et touchant, « Volt … » remplit très agréablement tout son cahier des charges.

Note : 14/20

Par Cinéted

AqME

Amateur d'horreur, Métalleux dans l'âme, je succombe facilement à des images de chatons.

Voir tous les articles de AqME →

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.