Interview Geneviève Casaburi

Bonjour Geneviève ! Je vous remercie de bien avoir voulu répondre à toutes nos questions 

La lecture de vos deux livres, L’impossible crime et Les Fantômes de Marseille, a été une merveilleuse découverte, et un moment aussi plaisant que passionnant.

  • Pouvez-vous nous résumer ces deux ouvrages, pour les lecteurs qui ne connaîtraient pas vos romans ?

L’impossible crime est l’histoire d’un trio « banal » : le mari, la femme et la maitresse !! L’assassinat du mari est l’énigme puisque on le retrouve mort dans le grenier alors que sa femme est en fauteuil roulant et que la maitresse se trouve hospitalisée le jour du meurtre. Quelqu’un va payer un détective pour solutionner le crime. Dans ce roman écrit à 4 mains chacun a pu se servir de son ressenti, de son histoire personnelle.

Pour Les Fantômes de Marseille, ce sont surtout sur les faits historiques que j’ai porté mon attention ! J’ai fait rentrer dans la partie consacrée à 1881 des faits réels ! Je voulais, par exemple que les meurtres se situent sur des marches !! Donc on pense tout de suite à la Gare St Charles ! Malheureusement pas de marches en 1881 ! Elles ont été créées en 1884 !! Par contre le passage relatif au drame des arènes est véridique !

Dans ce roman on a pu faire la « connaissance » des personnages célèbres qui sont passés à Marseille, puisque le meurtrier n’hésite pas à prendre leur apparence !

En ce qui me concerne j’adore mêler mon imaginaire à des faits bien vrais. Cela me permet de faire des recherches et j’aime ça !

  • D’où vous vient cet amour pour Marseille ?

Je suis marseillaise de naissance, c’est peut être pour ça ! J’ai eu la chance de vivre dans un lieu qui pour moi reste chargé d’histoire : l’Hôtel-Dieu. J’étais gamine mais je m’en souviens ! L’Inter Continental a pris la place. J’ai vu quelques photos. Ils ont gardé l’escalier intérieur mais quel dommage !!

  • Quels sont vos endroits préférés ? Quelles sont vos parenthèses historiques, ou anecdotes favorites concernant cette ville ?

Ben, l’Hôtel-Dieu, le Panier. Cet été, une amie m’a fait connaître les Goudes, la Madrague-Montredon. Le Palais Longchamp, le Parc Borely !

Borely pour l’anecdote des Fantômes : le drame du 14 août 1881 où l’estrade des arènes s’est effondrée juste avant le début d’une corrida ! On oublie trop souvent que la ville comptait pas moins de 18 sites tauromachiques !

Longchamp où à l’époque il y avait un jardin zoologique.

  • Etes-vous fascinée par l’Histoire d’autres villes ?

Pour être tout à fait sincère non !!

  • Que représente pour vous l’Histoire en général ?

Le moyen de pouvoir découvrir, fouiller, apprendre ! Comme les archéologues !

  • Vouliez-vous faire passer un message sur Marseille, une ville cosmopolite aux faits divers aussi dramatiques que rocambolesques ?

Il est vrai que Marseille actuellement a une très mauvaise réputation ! On la lie souvent au crime organisé, au Milieu. On oublie qu’elle a aussi été une ville littéraire. On y trouvait des salons de causerie ! Une ville culturelle où se mêlaient peintres, écrivains et musiciens.

  • Pour Les fantômes de Marseille, les crimes dépeints par Ferrand se sont-ils réellement produits ?

Non, ils sont justes issus de mon imagination !!

  • Pour Les fantômes de Marseille, les personnalités historiques choisies sont-elles les seules à avoir arpenté la ville de Marseille, ou sont-elles des personnalités que vous affectionnez tout particulièrement ?

Ces personnages célèbres se sont bien promenés dans les rues de la ville. Mais la liste n’est pas exhaustive !

  • Comment vous êtes-vous organisée pour les recherches concernant ces personnalités ? Ces recherches ont-elles été longues et fastidieuses ?

Nous avons tout d’abord déterminé la date de l’intrigue ! Ce qui a limité mes recherches ! Non j’ai adoré ! Je trouve cela plus amusant que de parler de l’époque actuelle ! C’est à ce moment là que l’on apprend. Il faut décortiquer l’Histoire pour arriver à trouver une histoire qui fera une anecdote que l’on peut alors insérer dans son roman !

  • Combien de temps ont pris l’écriture de ces deux romans ?

Un an pour Les fantômes de Marseille puisqu’il y a eu les recherches et 6 mois pour L’Impossible crime !

  • Ecrire à quatre mains a-t-il été difficile ? Avez-vous choisi le personnage que vous avez pris en main, ou vous a-t-il été imposé ?

Non c’est un exercice que j’affectionne ! Je connais bien mon co-auteur et puis là on avait chacun sa période historique de prédilection. Tout est parti d’une idée lancée un jour un peu au hasard ! Il était évident que je prenais le 19e siècle, justement pour les recherches.

  • Comment faites-vous pour vous approprier vos personnages ?

Je ne sais pas ! Ils sont une évidence pour moi ! A un moment donné je pense qu’ils sont moi ou que je suis eux !!!

  • Comment s’organise l’écriture à quatre mains ? Vous concertez-vous avant d’écrire votre partie ? Lisez-vous la partie de l’autre pour vous en imprégner ?

Pour Les fantômes de Marseille, chacun écrivait sa partie. Mister Z, comme je le nomme, insérait sa partie à la mienne ! En réalité, on s’est vus pour la lecture finale. Pour voir si tout était fluide, coordonné ! Il nous manquait juste un mot de liaison pour l’articulation du texte !!!

  • [Possibles SPOILERS] Quel personnage, entre Emilie, la maitresse, et Ferrand, le commissaire, avez-vous préféré écrire ? Pourquoi ?

Je n’ai pas de préférence ! Ils sont moi !

Emilie c’est moi, avec mes crises de spasmophilie, la place de maitresse que j’ai eu pendant 23 ans, mon style vestimentaire et ma couleur de cheveux de l’époque !

Ferrand, c’est le nom de jeune-fille de ma mère. Je me suis inspirée de l’inspecteur Abberline de « From Hell » !! Film que j’adore !

  • Vous attachez-vous à vos personnages lorsque vous écrivez ?

Toujours mais uniquement quand je suis devant ma page avec mon crayon ! Une fois que tout est mis sur le papier je redeviens Moi !

  • S’approprier le personnage de Frank Zorra a-t-il été difficile, notamment pour l’écriture de L’impossible crime ?

Joker !!

  • La problématique portée par Emilie, concernant son angoisse et la prise d’anti-dépresseurs, est-elle un sujet que vous vouliez porter, ou dénoncer ?

Porter puisque je vis avec ma spasmophilie qui est une maladie à part entière et que je suis sous antidépresseurs depuis 7 ans ! Mais tout va bien !

  • Que pouvez-vous nous dire sur Frank Zorra ? Aimez-vous ce personnage ? Pourquoi ?

Joker !!

  • Avez-vous participé au choix des photos de Marseille imprimées dans les deux romans ? Il est d’ailleurs dommage que celles-ci ne soient pas légendées. Des non-connaisseurs ne peuvent ainsi pas du tout se repérer dans la ville.

Les photos ont été choisies avec mon co-auteur ! Elles sont liées « normalement » au texte qu’elles illustrent !

  • [SPOILERS] Pour L’impossible crime, comment avez-vous réfléchi à la cause de la mort de Christophe ? D’où vous est venue cette histoire ?

Encore une idée lancée par notre co-auteur ! Je l’ai de suite attrapée, au vol ! Mon cerveau dans ces cas là marche à deux cent à l’heure ! J’avais déjà mon histoire !

  • Pensez-vous que ces deux romans pourraient être appréciés à leur juste valeur par des lecteurs d’autres régions de la France ? Est-ce déjà le cas ?

Les fantômes de Marseille sont plus ciblés sur Marseille ! Mais je pense que c’est le côté historique qui peut plaire !

L’impossible crime peut très bien se passer à Paris, à Londres ou à New-York !!

  • Sur quel roman travaillez-vous actuellement ?

Sur une biographie ! Encore des recherches !!

  • L’écriture est-elle une passion ? Réussissez-vous à en vivre ?

On dira qu’elle est ma principale passion ! Pour vivre de l’écriture je pense qu’il faut soit  écrire un best-seller ou avoir le prix Goncourt !!

  • Avez-vous écrit d’autres livres ? Lesquels ? Pouvez-vous nous les présenter ?

Les trois premiers livres qui ont été publiés sont :

Les Ames blanches qui est un « bébé » roman de 64 pages sur mon village de La Destrousse. C’est l’histoire de l’enfant d’une famille bourgeoise (qui a vraiment existé). Sa vie dans la nouvelle maison de maître que ses parents viennent d’acheter. On est au 19e siècle.

– « Il était une fois » et « Histoires de Savoir » qui sont deux recueils de nouvelles.

Puis :

– « Poésie au crayon » recueil de poèmes illustrés par les aquarelles de Marmel.

– « Marseille, Historique Aimant », livre historique sur les personnages célèbrent qui sont venus dans la ville. L’amour ou la haine qu’ils éprouvent. Les lieux. Les anecdotes sur la ville.

  • Quels conseils donneriez-vous à de jeunes écrivains qui désirent vivre de leur plume ?

D’être patient. Ne pas hésiter de demander des conseils à d’autres écrivains ! Mais sans vouloir les décourager, avoir un métier à côté.

  • Quelles sont vos lectures préférées ?

Les polars et les romans historiques. Mais je ne lis plus vraiment. Je n’ai pas le temps mais je compense avec mes recherches.

  • D’où tirez-vous vos inspirations ?

De quelque chose que je vais voir ou entendre. D’un moment, d’une ambiance ! Mon cerveau fait le reste !

  • Ecrivez-vous selon un planning précis ? Comment vous organisez-vous ?

Je n’ai jamais fais de planning ! J’écris quand ça vient ! Je compare souvent mon cerveau à un arrosoir. Quand il est plein je le vide et j’attends qu’il se remplisse à nouveau.

J’écris le matin très tôt ! et sans me forcer !!

Je vous remercie infiniment pour le temps consacré à cette interview, et ai hâte de lire vos prochains romans/œuvres.

Propos Recueillis par Lildrille

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Facebook : Lavisqteam.fr – Contact: lavisqteam@laposte.net