octobre 29, 2020

The Tourist

De : Florian Henckel Von Donnersmarck

Avec Angelina Jolie, Johnny Depp, Timothy Dalton, Bruno Wolkowitch

Année: 2010

Pays: Etats-Unis, France

Genre: Thriller

Résumé:

Pour se remettre d’une rupture amoureuse, Frank, simple professeur de mathématiques, décide de faire un peu de tourisme en Europe. Dans le train qui l’emmène de Paris à Venise, une superbe femme, Élise, l’aborde et le séduit. Ce qui commence comme un coup de foudre dans une ville de rêve va vite se transformer en course-poursuite aussi énigmatique que dangereuse…

Avis:

Florian Henckel von Donnersmarck s’est fait connaître de manière incroyable avec son premier film. Et quel premier film que le réalisateur allemand nous avait offert, un chef-d’œuvre dont on ne se lasse pas, « La vie des autres« . Avec ce premier film, Henckel von Donnersmarck a tout conquis, le public, la presse, et même hollywood qui lui a offert l’Oscar du meilleur film étranger. Alors on peut dire que le second film de Florian Henckel von Donnersmarck était attendu et après l’Oscar, le réalisateur s’est laissé tenter par les sirènes d’Hollywood. Avec le petit succès de « Anthony Zimmer« , premier film de Jérôme Salle, Hollywood a racheté les droits pour en faire un remake et après le désistement de Lasse Hallström ou encore Bharat Nalluri, le projet fut donc proposé à Florian Henckel von Donnersmarck.

Malheureusement pour lui, comme pour nous, « The Tourist » va être le film de toutes les déceptions. Raté au possible, « The Tourist » se voulait glamour, hitchcockien, prenant, réinventant le film de Jérôme Salle, et il en ressort une caricature papier glacé de tout ce qu’il voulait proposer. Plat, sans intérêt, sans relief, ridicule par moment et à côté de la plaque, Florian Henckel von Donnersmarck, et surtout Hollywood et ses envies de remake, passe totalement à côté d’ »Anthony Zimmer« …

Alexander Pierce est un homme recherché par toutes les polices. Ayant subi une lourde opération de chirurgie esthétique, Pierce a aujourd’hui un autre visage et personne ne sait à quoi il ressemble. Elise Ward est amoureuse de Pierce et ça fait des années qu’elle ne l’a pas vu. Un matin, à Paris, elle reçoit une lettre de Pierce, lui apprenant qu’elle est surveillée par la police. Il lui propose alors de la retrouver à Venise, et pour cela, il lui demande de prendre le train pour Venise, de trouver un homme qui lui ressemble et de le faire passer pour lui… Cet homme, ce sera alors Frank Tupelo, un prof de maths qui vient de se faire larguer…

Pour résumé, un remake d’ »Anthny Zimmer » en version glamour, Florian Henckel von Donnersmarck derrière la caméra, Angelina Jolie et Johnny Depp réunis pour la première fois devant la caméra. Un décor de rêve, Venise, et une envie de rendre hommage à l’âge d’or d’Hollywood, franchement, il me tardait de voir ce que Henckel von Donnersmarck pouvait faire avec l’histoire imaginée par Jérôme Salle et la déception va être à la hauteur des attentes avec « The Tourist« . Une déception telle qu’on a bien du mal à savoir par quoi commencer tant rien ne va dans ce film. Très sincèrement, ceux qui ont eu l’idée de ce remake sont totalement à côté de la plaque et n’ont rien compris au film de Jérôme Salle et pourtant, dans ses grandes lignes, « The Tourist » est « Anthony Zimmer« , mais là où tout ou presque fonctionnait chez Salle, chez Henckel von Donnersmarck on n’y croit pas un instant. Et ce sentiment, on le sent dès sa scène d’ouverture qui d’emblée enfonce le film dans le ridicule, avec cette camionnette de flic qui colle un personnage au cul.

Si l’on prend le scénario, comme je le disais plus haut, les grandes lignes d’ »Anthony Zimmer » sont là, mais ce n’est pas pour ça que ça fonctionne. Il ne suffit pas d’être fidèle à l’idée de base pour que ça marche et « The Tourist » en est la très belle et triste preuve. L’intrigue est ainsi plate, longue, sans relief, tout apparait comme faux et c’est peut-être là le plus gros défaut du film qui laisse transparaitre tout le faux, tout le trop et tout l’hommage que le film veut rendre à une certaine idée d’un Hollywood glamour qu’on ne fait plus aujourd’hui. On oubliera tout sens du mystère, de tension, de suspens, ou même de crainte pour les personnages, tant là encore tout ne marche pas.

De plus, les ajouts à l’histoire ne servent à rien et bien souvent ils ne tiennent tout simplement pas la route, la scène des flics au début, les mafieux, le bal, et cette scène ô combien ridicule qui où Johnny Depp « parodie » « Assassin’s Creed » sur les toits de Venise en pyjama… Non, mais non, ce n’est pas possible, ça ne peut être qu’une parodie ! Je refuse de croire que ce film ait été en parti créé par Christopher McQuarrie.

Si l’on s’arrête du côté de la mise en scène, là non plus rien ne va, car en plus d’avoir un film long et plat, Florian Henckel von Donnersmarck peine vraiment à faire exister ses personnages. Très sincèrement, « The Tourist » résonne comme une caricature de tous les instants. Une caricature qui joue sur le fait qu’elle ait deux immenses acteurs en tête d’affiche, mais malheureusement, ça ne tient pas la route. Angelina Jolie est certes magnifique, l’actrice déborde de glamour à tous les plans, mais son personnage est creux au possible et l’on peine à croire à ce rôle de femme amoureuse et de flic infiltrée. Non, le tout résonne plus comme un shooting privé à Venise. Quant à Johnny Depp, il n’est tellement pas à sa place dans ce film. L’acteur n’y croit pas et ça se voit tellement. Oubliez l’alchimie entre Sophie Marceau et Yvan Attal, car le couple Jolie/Depp ne fonctionne pas un instant, les deux comédiens se détestant au possible, chacune de leur scène ensembles résonne là encore, comme tout le film, c’est-à-dire faux.

Reste alors la BO de James Newton-Howard qui elle rend un bel hommage à ce genre de BO qu’on trouvait dans les films d’antan. Newton-Howard embellit plus d’une scène, ce qui est tout à son honneur au vu du désastre qui se joue à l’écran.

Le film a pu faire rêver l’espace de ses annonces, mais une fois réalisé et offert au public, c’est un objet dérangeant qui ne trouve aucun sens au final. Comment peut-on rater un tel film avec sa bonne matière de départ. Comme quoi, on peut tenir un très bon réalisateur et de grands comédiens et se planter en beauté ! Dommage.

Note : 05/20

Par Cinéted

AqME

Amateur d'horreur, Métalleux dans l'âme, je succombe facilement à des images de chatons.

Voir tous les articles de AqME →

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.