mars 5, 2021

Section 99

Titre Original : Brawl in Cell Block 99

De: S. Craig Zahler

Avec Vince Vaughn, Don Johnson, Jennifer Carpenter, Tom Guiry

Année : 2017

Pays : Etats-Unis

Genre : Thriller

Résumé :

Lorsque Bradley, un ancien boxeur, perd son emploi de mécanicien, son mariage s’effondre en même temps. Il décide alors de devenir l’homme de main d’un trafiquant de drogue afin d’assurer une vie confortable à sa femme Lauren. Alors que sa situation commence à s’améliorer, une fusillade éclate à la suite d’un deal qui a mal tourné et Bradley est envoyé en prison où il est contraint de commettre des actes de violence de plus en plus féroces pour protéger ceux qu’il aime et survivre à la terrible « Section 99 ».

Avis :

S. Craig Zahler est un nom qui demeure encore inconnu du grand public et c’est bien dommage, car le réalisateur est en train de s’imposer petit à petit sur la scène du cinéma américain. Débarquant sans crier gare en 2016, S. Craig Zahler livre un premier film qui est un petit choc, « Bone Tomahawk« , un western violent et sombre, comme on a plus l’habitude d’en voir. Sorti malheureusement directement en DVD, d’emblée, le réalisateur a su créer une demande, tant son film en imposait.

À peine un an après, S. Craig Zahler est de retour avec « Section 99« . Sorti lui aussi directement en DVD, ne vous fiez pas à son affiche qui est tout ce qu’il y a de plus banale, pour ne pas dire qu’elle n’est vraiment pas terrible du tout. Après le western, S. Craig Zahler nous entraîne dans un film carcéral et autant dire qu’une fois n’est pas coutume, le choc va être de taille. Puissant, sombre, malsain et surtout surprenant à tout instant, S. Craig Zahler livre ni plus ni moins qu’une bombe de cinéma comme on adorerait en voir bien plus souvent !

Bradley est un ancien boxeur. Quand ce dernier perd son emploi de mécanicien, pour subvenir aux besoins de sa famille, il décide de devenir homme de main d’un trafiquant. Après quelques années passées à travailler en toute discrétion, Bradley est obligé de monter sur un coup, et celui-ci ne va pas se passer comme prévu. Incarcéré, les problèmes de Bradley ne font que commencer.

« Section 99« , quand on le survole, il est vrai que le film laisse entrevoir le fait qu’on a déjà vu ce genre de film bien trop de fois. Mais à cet argument, on peut lui opposer directement le nom du réalisateur, S. Craig Zahler, qui pour son premier film avait dans un sens réinventé le western et le mec ose ici réitérer l’expérience, livrant un film de carcéral original de par son ambiance, son ton et sa violence. Un film à la mise en scène folle qui prend « jubilement » son temps pour dresser et construire son histoire.

Divisé en plusieurs parties très distinctes les unes des autres, Zahler fait évoluer, pour ne pas dire muter, son film, au fur et à mesure des minutes. Plus les intrigues se succèdent et plus « Section 99 » apparaît comme un compte à rebours de violence et de noirceur, qui on l’imagine d’avance, nous laissera sur les rotules au bout du compte. Et autant dire tout de suite que S. Craig Zahler ne va pas décevoir. Son film est aussi marquant que terrible et jubilatoire à la fois !

Ce qui est génial aussi avec ce film, c’est le fait que Zahler prenne un scénario lambda, pour le livrer à sa sauce. Si l’on regarde le scénario de plus près, « Section 99 » raconte l’histoire d’un mec « bien » qui tombe et il doit faire des choix pour sauver l’être aimé. Franchement, on a déjà vu cette histoire cent fois et pourtant, ici, elle apparaît comme totalement neuve, parce que Zahler lui impose un style, une ambiance en permanence sous pression et surtout, il propose un personnage hors normes. Un personnage tenu par un Vince Vaughn au diapason de ses rôles habituels. Puissant, magnétique, badass au possible, brutal comme ça ne devrait pas être permis, l’acteur incarne une sorte de molosse sans émotions qui arrive à être touchant. Bref, Vaughn tient dans un sens le film à lui seul, au point qu’on pourrait penser que c’est le rôle de sa vie.

Puis en plus de Vince Vaughn, S. Craig Zahler a écrit une galerie de personnages assez fascinants. Des personnages incarnés par d’excellents comédiens, dont on retiendra surtout Don Johnson qui trouve là son meilleur rôle depuis Tarantino et la belle et trop rare Jennifer Carpenter.

Pour son deuxième film, S. Craig Zahler fait bien plus que confirmer l’essai. « Section 99 » est une bombe, qui tient son spectateur jusqu’à sa dernière image. Jouant avec les codes du film de prison pour mieux les réinventer, livrant un anti-héros imposant et badass, il est bien dommage que ce genre de pépite soit obligée de sortir en direct to DVD. Sincèrement, tout comme le cinéma d’un certain Christopher Smith, il y a plus d’idées, d’ambiance, de cachet et de passion dans « Section 99 » ou « Bone Tomahawk« , que dans bien des films qui sortent en salle tous les ans. Bref, je le redis encore et encore, ce film est une bombe !

Note : 17/20

Par Cinéted

AqME

Amateur d'horreur, Métalleux dans l'âme, je succombe facilement à des images de chatons.

Voir tous les articles de AqME →

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.