Shadows Amsterdam

Fiche Technique :

Auteur : Mathieu Aubert

Joueurs : 2 à 8

Durée : 30 Minutes

Type : Réflexion

Age : 10 ans

Mécaniques : Associations d’images

Première Parution : 2018

But du Jeu :

Dans Shadows – Amsterdam, chaque équipe de détectives se déplace à travers la ville d’Amsterdam (en évitant les policiers) pour y trouver trois preuves et les ramener avant l’autre équipe au commanditaire. Au sein de chaque équipe, un opérateur envoie des indications visuelles à ses détectives pour les orienter, le plus vite possible.

Règles :

Pour une partie à quatre joueurs, il faut faire deux équipes de deux. Une fois les équipes faites, les joueurs placent un gros plateau au centre de la table fait de tuiles plus ou moins aléatoires. Ensuite, les équipes choisissent un joueur qui va devoir faire deviner des emplacements aux autres joueurs de la même équipe. Celui qui fait deviner les lieux prend alors une petite tuile représentant le plateau avec six objectifs et deux zones vertes, ainsi qu’un écran pour masquer sa tuile, afin d’éviter toute tricherie. Entre les deux joueurs qui doivent faire deviner les lieux, on place dix tuiles avec des dessins dessus.

Le but du jeu est très simple, chaque équipe doit faire trouver trois emplacements sur les six proposés, puis, une fois les trois emplacements trouvés, diriger les joueurs vers une des deux zones vertes pour conclure la partie. Annoncé comme ça, le jeu peut sembler très simple, mais il y a des tuiles interdites marquées d’une croix rouge que seul le joueur qui fait deviner connait. Ce sont des cases « Police » et il faut les éviter à tout prix. L’équipe qui récolte trois croix perd immédiatement la partie.

Comment se déroule un tour de jeu ? Shadows – Amsterdam est un jeu de course, et il n’y a pas vraiment de tours. Un joueur peut prendre une ou deux tuiles parmi les dix, les montre à ses coéquipiers, puis replace immédiatement une ou deux autres tuiles dans le pool de tuiles disponibles. Pendant que les joueurs réfléchissent à l’endroit où ils doivent se déplacer, l’autre équipe peut prendre une ou deux tuiles. Si le joueur a pris une tuile, cela signifie que les autres joueurs doivent se déplacer d’une seule case. Si le joueur a pris deux tuiles, alors il faut se déplacer de deux tuiles. Bien évidemment, le joueur qui fait deviner doit attendre le déplacement de ses équipiers pour pouvoir prendre d’autres tuiles. Si jamais les joueurs qui font deviner ne trouvent aucune tuile à leur goût, d’un commun accord, ils peuvent refaire entièrement le pool de cartes.

Bien évidemment, une équipe remporte la partie lorsqu’elle a trouvé trois objectifs et arrive sur une zone verte en premier, et sans avoir pris trois croix rouge.

Avis :

A bien des égards, Shadows – Amsterdam peut faire penser à une version course contre la montre de Mysterium ou encore Dixit. En effet, le système de jeu est quasiment similaire, puisqu’il faut faire trouver à nos équipiers des lieux en utilisant des cartes avec des dessins qui comportent des indices sur le lieu à faire trouver. Ainsi donc, par association d’idées plus ou moins directes, les joueurs doivent se déplacer sur une carte, éviter la police et trouver des indices avant de prendre la poudre d’escampette.

Ce qui est très addictif avec ce jeu, c’est qu’il remplace aisément un apéro game. Bien loin des sempiternels (mais sympathiques) Time’s Up ou autres jeux à caractère culturel, Shadows – Amsterdam fait la part belle à la course de vitesse et à une compétition accrue au détriment d’une ambiance prégnante. Si la thématique de la ville et de la police avec des animaux (ressemblant pour le coup à Zootopie) peut faire penser à un jeu pour enfant, c’est surtout la mécanique simple et efficace qui prime. Point de tour par tour, juste une course où les plus rapides sont récompensés. Mais attention, il faut toujours être méfiant envers les dessins et les divers décors. Certains sont assez similaires, certains prêtent à confusion, il y a aussi différents degrés de lecture. Par exemple, on peut donner une carte en fonction de l’animal qui se trouve dessus, mais aussi en fonction du lieu, d’un détail sur la carte, ou encore de la couleur ou de la posture des bestioles. Il y a une multitude d’indices sur chaque lieu et chaque carte et il faut faire attention de ne pas diriger notre équipier sur une fausse piste.

Au niveau du matériel, c’est plutôt agréable. Les deux pions en plastique qui représentent les deux équipes sont plutôt jolis, mais ce sont surtout les dessins qui vont accrocher la rétine. Hormis leur côté trop choupi, on remarquera des références à la pop culture mais aussi à la ville d’Amsterdam. A titre d’exemple, une tuile représente le quartier rouge alors qu’une autre montre une séance de ciné avec The Big Lebowski. Les différentes cartes sont donc très belles et le tout est optimisé de façon ergonomique afin de faciliter l’entrée dans le jeu.

Au final, vous l’aurez compris, Shadows – Amsterdam est un excellent jeu qui présente une superbe alternative aux Apéro Games classiques. Fun, rythmé, drôle et mettant parfois sous pression, il s’agit-là d’un jeu qui donne envie d’y retourner, que ce soit pour son design tout mignon ou encore pour ses mécaniques simples et fluides qui aident grandement à rentrer immédiatement dans le jeu. Bref, une belle surprise que nous recommandons chaudement.

Note : 17/20

Par AqME

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Facebook : Lavisqteam.fr – Contact: lavisqteam@laposte.net