décembre 5, 2020

Calme Blanc

Calme-blanc

Titre Original: Dead Calm

De: Phillip Noyce

Avec Sam Neill, Nicole Kidman, Billy Zane

Année: 1989

Pays: Australie, Etats-Unis

Genre: Thriller

Résumé:

Pour oublier la mort tragique de leur fils dans un terrible accident, un couple décide de partir en mer. Sur l’océan, ils vont à la rescousse d’un homme qui est en train de couler. Mais ce que John et sa femme Rae ne savent pas encore, c’est que leur nouveau passager est un dangereux psychopathe…

Avis:

La mer est un élément qui a donné beaucoup de fantasmes à nombre de réalisateurs. Bien sûr, on outrepassera facilement tous les documentaires animaliers ou les courses de voiles en solitaire pour se concentrer uniquement sur les fictions. Ainsi, la mer est un lieu calme, mais il peut aussi être une source de dangers imminents. Quand on pense à la mer ou l’océan, on pense de suite à une perdition au milieu de nulle part ou à une attaque de bestioles plus ou moins grosses comme Les Dents de la Mer ou encore Un Cri Dans l’Océan. Mais parfois, certains scénaristes et réalisateurs font preuve d’une certaine originalité dans le choix de leur thème. Ainsi, pourquoi ne pas mettre un psychopathe en perdition, qui serait recueilli par un couple dans le deuil. Voilà un pitch intéressant et assez inédit pour un film de 1989. Donc bien avant de fournir Salt avec Angelina Jolie ou encore de réaliser le médiocre Sliver avec Sharon Stone, Phillip Noyce a proposé Calme Blanc, un thriller au trio très compétent et à l’histoire assez atypique. Petite navigation vers l’enfer.

calme-blanc-1989-2659-1781453874

Qu’est-ce que je vois sur l’image d’après?!

Le scénario est assez sombre dans son ensemble, ce qui contraste vraiment avec l’environnement maritime calme et ensoleillé. Alors qu’un capitaine rentre après un long voyage, il retrouve sa femme à l’hôpital et apprend que son fils est décédé dans un accident de voiture. Pour se remettre de cette lourde perte, le couple décide de partir loin de tout à bord d’un voilier. Alors que la mer est très calme, un bateau à la dérive apparait et un homme dans un canot de sauvetage accoste le voilier. Il semble terrorisé et explique que le bateau va prendre l’eau et que tout le monde est mort à l’intérieur. Voulant vérifier ses dires, le capitaine se rend sur le bateau qui a fait naufrage et découvre que l’homme en question a assassiné tout l’équipage. Alors qu’il essaye de rejoindre son voilier pour avertir sa femme, le mystérieux psychopathe s’empare du voilier et s’enfuit avec la femme à son bord. D’un côté, le capitaine va essayer de remettre à flots le bateau pour partir à leur poursuite. Et de l’autre, la jeune femme va tout faire pour arrêter le voilier et contrer le fou. Bref, pas de mystère, nous sommes bien face à un thriller pur jus. Mais comme dit auparavant, l’ambiance est assez spéciale, car si le fond est assez noir, l’environnement idyllique contraste vraiment et on a du mal à se sentir étouffé par ce tueur. D’autant plus qu’il est assez gentil, car il préfère garder en vie sans faire trop de mal la jeune femme alors qu’il aurait pu la buter sans vergogne. L’aspect course-poursuite n’est pas trop vu par le réalisateur. On aura surtout deux points de vue. D’un côté on suivre les tentatives d’arrêt du bateau par la jeune femme, puis ses tentatives pour survivre et manipuler le fou. D’un autre côté, on va voir un homme qui essaye de se sauver d’un bateau en naufrage, en effectuant des réparations et en pompant de l’eau. Le stress est pourtant bien là et la mise en scène assez classique permet de passer un bon moment malgré tout. On regrettera seulement un traitement un peut trop gentil du méchant, qui n’a pas l’air si méchant, hormis le fait qu’il soit sacrément coriace.

La performance des acteurs est tout à fait louable. Comme on est des gentlemen, on commence en tout bien tout honneur avec Nicole Kidman. La sublime australienne tient l’un de ses premiers rôles importants et elle y met tout son cœur… et son corps. Car bien avant Eyes Wide Shut, on pourra admirer son postérieur (ou autrement dit, son cul) ainsi que sa poitrine lors d’une scène assez bizarre mais relativement dure. Elle tient bien son rôle et reste très convaincante. A ses côtés, l’excellent Sam Neill joue son mari et il est hautement charismatique. Il possède tous les traits du sauveur et du héros et on va immédiatement se prendre d’affection pour son personnage pourtant froid mais solide.  Enfin, pour jouer le psychopathe de service, on retrouve Billy Zane qui doit adorer les bateaux puisqu’il re-signe en 1997 pour Titanic. Sans être extrêmement charismatique, il s’en sort plutôt bien dans un rôle pas si évident. Il n’est pas si inquiétant que cela, mais on voit dans son regard qu’il n’est pas net et c’est cela qui fait la force de sa prestation. Par rapport à la mécanique du trio, ça marche assez bien, mais pas autant que ce que l’on peut espérer. Le jeu du chat et de la souris entre Kidman et Zane devient assez vite lassant et parfois assez absurde et Sam Neill, malgré son charisme éclatant, n’a qu’un rôle assez mineur dans tout ça. Mais il est vrai que c’est assez dur de faire un thriller dans un lieu aussi confiné sans tourner en rond et on a parfois l’impression de voir les mêmes scènes de poursuite à chaque fois. La fin est le point positif du film, assez violente voire gore sur une toute petite scène, mais elle reste bien sympathique.

nicole_kidman_dans_calme_blanc_reference

Petit instant plaisir pour vous messieurs!

Au final, Calme Blanc est un petit thriller pas si dégueulasse que ça. L’histoire, assez atypique sur le papier devient assez banale, mais tient la route. les acteurs sont plutôt bons et l’ennui est très peu présent. Reste que le jeu du chat et de la souris entre le tueur et la jeune femme est un peu redondant, mais globalement, tout cela est bien sympathique. Malgré ses 24 ans d’existence, le film reste agréable et la tension est toujours présente.

Note: 13,5/20

Image de prévisualisation YouTube

Par AqME

AqME

Amateur d'horreur, Métalleux dans l'âme, je succombe facilement à des images de chatons.

Voir tous les articles de AqME →

Une réflexion sur « Calme Blanc »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.