décembre 2, 2020

Scorpi T.03 – Ceux qui Tombent les Masques – Roxane Dambre


Auteure : Roxane Dambre

Editeur : Le Livre de Poche

Genre : Urban Fantasy

Résumé :

Une semaine à Venise avec sa meilleure amie, voyage en jet privé et chambre avec vue sur la place Saint-Marc… Trop beau pour être vrai ? Oui, Charlotte aurait dû se méfier…

Avis :

Ce tome est incontestablement le meilleur de la trilogie. Les scènes d’action sont totalement magiques et l’histoire est magnifique tant dans la qualité de ses différentes intrigues que dans l’implication et l’évolution des personnages.

Le Chasseur découvert dans le tome 2 a été tué mais d’autres personnes de son genre existent encore et la famille Draconis a été chargée d’enquêter sur eux. Les Draconis sont les concurrents des Scorpi depuis toujours et une paix théorique règne entre les deux familles depuis le mariage de Lazare Lesath, le père d’Elias et d’Adam, avec Julia, la fille de Walder Draconis, le chef de famille. Les Draconis sont connus pour tuer de manière sale, en laissant des témoins et en tuant donc des innocents. Ce sont des tueurs à gage médiocres comparés aux Lesath. Pourtant, Walder a réussi à retrouver la trace des autres Chasseurs à Venise ! Et il a décidé d’y envoyer Charlotte pour espionner ces hommes qui doivent se retrouver à une conférence sur les trèfles. Oui, sur les trèfles.

La réputation de Charlotte ne se fait en effet plus : les créatures de l’ombre comme les créatures mythologiques la croient puissante et bien plus forte qu’elle n’en a l’air. La pauvre ! Avec tous les quiproquos qu’on lui fait vivre, la jeune femme ne sait plus où donner de la tête et les domestiques du manoir des Scorpi l’admirent chaque jour davantage, ce qui ne l’aide pas du tout à vivre une vie normale ou qui s’en rapproche. Ehm. Le lecteur ne manquera pas de sourire à de multiples reprises devant les dialogues toujours aussi hilarants et marquant une nette distance entre le caractère de Charlotte et celui de ceux du manoir.

Destination Venise pour Charlotte et son amie Sophie qui ne l’a pas vue depuis longtemps ! La surprise de Sophie est rafraichissante et les efforts des habitants du manoir sont vraiment touchants tant ils n’arrivent décidément pas à paraître réellement humains. Ce dernier tome nous fait découvrir de nouvelles créatures magiques et l’on s’en émerveille toujours. La princesse Scorpi fait par exemple la connaissance d’une sirène à Venise et apprend la présence de créatures anciennes et extrêmement dangereuses sur le territoire de la famille Lesath. Ces découvertes ne sont pas dues au hasard. L’auteure nous donne effectivement des indices pour la fin de l’histoire et ne fournit aucune information au hasard, telle une véritable enquête.

Pour faire comprendre aux deux jeunes humaines leur destination, Walder Draconis leur a concocté un petit jeu de piste plutôt bien fait que l’on s’amuse également à résoudre, en tant que lecteur. Cela nous fait apprécier notre bonne connaissance de l’univers et nous fait plaisir.

La simple filature tourne vite au désastre et inquiète grandement les créatures de l’ombre qui décident de se réunir pour combattre ensemble la menace. Le lecteur fait ainsi la connaissance de nombreuses nouvelles têtes, dont certaines sont des amis des Lesath ou des parents. Aussi charismatiques et majestueux que leurs confrères, les nouveaux venus sont rapidement attachants bien que le récit ne prenne pas le temps de tous nous les faire connaître comme il se doit. On ressent tout de même la chaleur et la sécurité qui émane de ces êtres puissants à travers les descriptions succinctes de l’auteure. Cette dernière est douée dans les scènes touchantes dont une des plus marquantes de la trilogie reste le tête à tête entre Clématite, une des nymphes de compagnie, et Charlotte qui commence à se faire une place au sein des Scorpi (scène présente à la fin du tome 2).

La dernière partie du roman est une suite d’actions et de scènes époustouflantes. Charlotte se retrouve sans son fiancé et doit défendre le manoir comme elle peut. Les habitants du manoir comptent sur elle pour organiser la défense et celle-ci se prépare d’une manière intelligente : Charlotte décide d’utiliser toutes les caractéristiques des créatures et leurs pouvoirs inhérents étant donné qu’ils ne savent pas se battre. La direction des opérations par Charlotte est très intéressante et montre, une fois de plus, toute l’intelligence de la jeune femme.

Le combat final est impressionnant et découpé en plusieurs parties. Le personnage de Julia prend de l’importance dans ce tome et on s’en réjouit. Détestée au manoir à cause de ses origines Draconis, la belle-mère d’Adam est cadavérique, sombre et très sarcastique. De nombreux rebondissements la concernent. Certains n’étonnent pas beaucoup et on en voit d’autres venir de loin. Cependant, cela ne gâche rien tant on n’a envie de voir comment les personnages vont tout de même s’en sortir.

Le comportement de Charlotte sur la fin, dû à un sortilège, est totalement génial : grossière, râleuse et sur les nerfs, la jeune femme n’est plus elle-même et dit des choses qu’elle n’aurait jamais osées auparavant. Elias s’en réjouit et en pleure de joie, comme Adam qui ne l’avait jamais vue comme ça.

Les toutes dernières pages reprennent l’habitude de la trilogie avec un dernier chapitre qui n’est pas raconté par Charlotte mais par un autre personnage. L’épilogue est ici narré par Lazare qui nous fait voir une fin heureuse, toute en douceur et qui annonce de belles choses à venir pour la famille. Les derniers mots arrivent trop vite. On aimerait en savoir plus sur la suite des évènements et continuer à suivre cette drôle de famille rocambolesque qui nous met de bonne humeur et nous transporte dans un univers fascinant, des étoiles plein les yeux.

Un prix mérité pour cette trilogie qui ne laisse pas indifférent, qui se lit vite et qui nous fait passer d’excellents moments. On rit, on pleure et on s’énerve en compagnie de personnages attachants et captivants. Le métier et la vie de tueur n’auront jamais été aussi bienfaisants.

Note : 19,5/20

Par Lildrille

AqME

Amateur d'horreur, Métalleux dans l'âme, je succombe facilement à des images de chatons.

Voir tous les articles de AqME →

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.