décembre 4, 2021

Red Rising T.01 – Pierce Brown

Auteur : Pierce Brown

Editeur : Hachette

Genre : Science-Fiction

Résumé :

Darrow n’est pas un héros. Tout ce qu’il souhaite, c’est vivre heureux avec l’amour de sa vie. Mais les Ors, les dirigeants de la Société, en ont décidé autrement. Ils lui ont tout enlevé : sa raison de vivre, ses certitudes, jusqu’à son reflet dans le miroir.
Darrow n’a plus d’autre choix que de devenir comme ceux qui l’écrasent. Pour mieux les détruire. Il va être accepté au légendaire Institut, y être formé avec l’élite des Ors, dans un terrain d’entraînement grandeur nature.
Sauf que même ce paradis est un champ de bataille. Un champ de bataille où règnent deux règles : tuer ou être tué, dominer ou être dominé.

Avis :

Les trilogies dystopiques ont le vent en poupe et celle-ci ne fait pas exception. Un succès inimaginable aux Etats-Unis, mais aussi en France, Red Rising étonne par son univers de science-fiction (l’histoire se déroule sur Mars) et par une plume bien particulière. Pierce Brown ne fait pas toujours dans la dentelle et n’hésite pas à dire les choses telles qu’elles le sont, n’imageant pas toujours ses propos et usant de termes crus et violents. Ce livre est sombre, aussi bien dans ses idées, les caractères des personnages que dans sa description d’un monde froid, cruel et ne différant pas tant que cela du nôtre. La barbarie n’est pas qu’un trait d’écriture mais fait aussi partie intégrante du monde imaginé par l’auteur. Le système inventé apparaît comme caricatural, extrêmement imparfait et incroyablement peu subtil pour des amoureux du genre.

La hiérarchisation des classes dans la société de Red Rising n’est pas si éloignée des catégorisations à la Hunger Games ou celles présentes dans Divergente. On retrouve une inégalité flagrante, toujours injuste et injustifiée. Le personnage principal, Darrow, comme presque chaque fois, est un membre des classes les plus inférieures, appelées les Rouges, par opposition aux Ors qui dirigent les différentes colonies humaines éparpillées dans tous les coins de la galaxie. Cependant, Darrow n’a pas conscience de ce qui se passe et, sans aller jusqu’à apprécier le système, sait s’en servir pour vivre le plus convenablement possible, sans se heurter à l’autorité et sans jamais désirer de changer de place, ne sachant d’ailleurs même pas ce qui peut bien l’attendre en dehors de sa propre condition. L’ignorance est une arme intéressante dont l’enjeu se révèlera bien vite au cours de la première partie du roman, dévoilant une manipulation hors norme mais qui n’étonne pas vraiment.

D’abord plutôt naïf, bien intégré et soumis, Darrow va changer du tout au tout, évoluant pour devenir un héros tranchant, totalement en accord avec les mentalités gouvernantes et perdant peu à peu ce qui faisait de lui une personne différente des autres. Ce changement survient à la suite d’un évènement tragique, se manifestant tôt dans le récit, dénotant magistralement avec les calmes débuts des dystopies habituels.

Détruire le système deviendra alors sa priorité et quoi de mieux qu’être absorbé par la machine pour l’affaiblir de l’intérieur et la démanteler pièce par pièce ? De Rouge, Darrow va progressivement devenir Or et rebelle.

Malgré un premier tome qui diffère quelque peu des premiers tomes coutumiers de ce genre de littérature, le lecteur habitué ne trouvera pas toute l’originalité espérée. La deuxième partie du livre est intégralement réservée à un jeu que les aspirants Ors doivent réussir pour évoluer dans la société. La finalité de cette mascarade est claire dès le départ et, même si l’ultime combat déconcerte quelque peu, cela ne suffit pas pour surprendre le lecteur. De plus, cette partie est vraiment longue, violente à souhait et ne laisse pas beaucoup de place aux dialogues utiles. On assiste majoritairement à des combats à mort, à des discussions de stratégie militaire ou à des coup-fourrés toujours plus agressifs. L’esprit critique de Darrow est tout de même intéressant durant ce jeu et apporte des pistes de réflexion sur ce qu’est l’étoffe d’un dirigeant, craint mais aussi respecté, aussi intelligent que fourbe, calme tout en étant sauvage. On le voit ainsi hésiter entre plusieurs positions, apprenant de ses erreurs et réussissant à lever son armée pour remporter la victoire. Comment s’attirer le respect de ses pairs ? Comment garder la cohésion d’un groupe ? Comment donner sa confiance ? Comment diriger d’une poigne de fer sans tomber dans l’excès ? Autant de questions que ce jeu et l’entreprise de Darrow essaient de mettre au clair.

De multiples personnages sont introduits dans cette seconde partie et il est difficile de tous les retenir. Quelques personnalités sortent du lot et marquent mais aucun personnage n’arrive vraiment à être attachant. Le système et leur vie les ont tous rendus austères, cruels et inhumains. On les voit tricher sans moralité, torturer avec plaisir ou violer sans retenue. Les quelques révélations finales ne parviennent pas vraiment à nous atteindre tant on se sent peu proches des principaux intéressés. Darrow était attachant lors de la première partie du récit, et l’est de moins en moins au fur et à mesure que la société s’empare de son cœur et de son esprit. Cette noirceur ambiante peut tout de même plaire à un public averti et prêt à supporter ce genre d’atmosphère pesante. Il est à espérer que les tomes suivants nous feront découvrir davantage certains personnages tout en nous montrant que, finalement, l’humanité ne les a pas encore totalement abandonnées.

Un univers navigant péniblement entre originalité et déjà-vu, violence et agressivité, qui peut limiter le plaisir d’évasion d’un certain auditoire, tant le monde imaginé ressemble trop au nôtre. L’espoir est tout de même permis et la suite risque d’être totalement différente, étant donné que Darrow n’aura plus à faire ses preuves. L’intrigue pourra ainsi se recentrer sur le système, la politique et le changement, limitant les scènes barbares qui ont pullulé dans ce premier tome et qui ne laissaient pas toujours le temps au lecteur de respirer.

Note : 12/20

Par Lildrille

Lildrille

Passionnée d’imaginaire et d’évasion depuis longtemps, écrire et lire sont mes activités favorites. Dans un monde souvent sombre, m'évader et fournir du rêve sont mes objectifs. Suivez-moi en tant qu'auteure ici : https://www.facebook.com/ChloeGarciaAuteure. Et en tant que chroniqueuse aussi là : https://simplement.pro/u/Lildrille.

Voir tous les articles de Lildrille →

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.