Entre mes Mains – Henry Marsh

Auteur : Henry Marsh

Editeur : Les Presses de la Cité

Genre : Témoignages

Résumé :

Imaginez-vous penché au-dessus d’un crâne. Imaginez ce crâne ouvert en deux. Imaginez avoir entre vos mains le siège de la pensée, de la raison, des émotions, des souvenirs. Imaginez-vous œuvrer à des miracles. Sachez maintenant que le moindre mouvement trop brusque du bras peut tuer ou handicaper à vie la personne allongée là. Pensez devoir annoncer un diagnostic fatal. Vous aurez alors une idée – mais seulement une idée – de ce qui peut constituer le quotidien d’un neurochirurgien.
A travers les cas et les patients qui l’ont le plus marqué au cours de sa longue carrière, Henry Marsh met à mal le cliché selon lequel, pour être un grand neurochirurgien, il faudrait des nerfs d’acier, – un cœur de lion et des doigts de femme… Et il nous convie à une extraordinaire épopée au cœur du cerveau, notre organe le plus labyrinthique, le plus sensible et résolument le plus intelligent.

Avis :

Entre mes mains est un livre à la fois joyeux, triste, étonnant, drôle, macabre et difficile. L’auteur passe par de multiples émotions. Parmi elles, on compte la rage, le désespoir, la joie, le soulagement, la fierté, l’angoisse, la confiance, sans oublier le fait d’être totalement sûr de lui, voire même imbu de lui-même et il ne s’en cache pas. Ces émotions affectent grandement le lecteur, surtout après les premiers chapitres, une fois que la lecture a été bien enclenchée.

On s’attache plutôt facilement à ce neurochirurgien mais cela ne veut pas dire qu’on le plaint ou qu’on l’admire. Au contraire. Comme lui, et c’est ce qu’il cherche à faire à travers ce livre, on accepte et endure les coups durs comme les bonnes nouvelles sans arrière-pensée et sans le prendre pour un dieu vivant ou un malchanceux. On le prend pour ce qu’il est : un homme comme nous, à la passion dévorante et belle, qui essaie de bien faire son travail.

Le métier de neurochirurgien est difficile. Il n’était pas nécessaire de lire ce livre pour s’en rendre compte. Le cerveau est encore un mystère pour les scientifiques et toutes opérations le concernant sont sujettes à risque. On ne compte plus les maladies l’attaquant : cancer, tumeur, AVC, etc. Le plus de ce roman, car oui tout y est romancé comme dans un récit de vie, est de s’attarder sur tous les à-côtés du métier et de ne rien cacher ni minimiser. Il n’est pas toujours facile de lire certains chapitres tant certains sont psychologiquement durs et ceux concernant les enfants ne sont pas les pires. L’auteur nous raconte ses expériences les plus marquantes et ce ne sont pas forcément celles qu’il a réussies.

Chaque chapitre porte sur une maladie ou une opération bien précise dont le terme technique et/ou scientifique est défini dès le départ pour que l’on suive, ou que l’on fasse semblant. Enormément, si ce n’est toutes, sortes de maladies sont mises en avant, en passant par l’anévrisme, l’épendymome, le carcinome et par d’autres noms tous aussi barbares. En général, l’auteur nous raconte une de ses interventions, parfois plusieurs, en ne cachant rien de ses émotions et de ses relations avec tous ses autres collègues infirmiers, médecins, chirurgiens ou cadres dirigeants.

Il n’hésite pas à critiquer ouvertement certaines méthodes, ou certaines procédures comme notamment la gestion des lits dans beaucoup d’hôpitaux publics. Henry Marsh compare également souvent le passé avec aujourd’hui et le lecteur se rendra vite compte que les nouvelles lois l’agacent et l’empêchent de faire son travail comme il le voudrait. Ses collègues sont aussi mis à mal et ce ton à cœur ouvert fait du bien dans un environnement aussi sombre et dramatique.

L’auteur nous décrit les expériences, les diagnostics et les recherches scientifiques avec attention et détails. Les plus curieux y apprendront énormément de choses sur le cerveau, les vaisseaux qui le traversent, ses réactions post-opératoires ou ses différents attributs. Beaucoup de ces descriptions sont tout de même complexes et pas toujours faciles à suivre pour des non-initiés. Après la première moitié du roman, le lecteur attentif comprendra cependant mieux certaines parties. Le domaine de la neurochirurgie reste complexe et évolue sans cesse.

En plus de nous décrire certaines de ses opérations les plus marquantes, l’auteur nous livre d’autres moments de sa vie les plus intimes : la maladie de son fils, la maladie de sa seconde femme, ses voyages à l’étranger pour améliorer la neurochirurgie outremer, sa propre histoire, le pourquoi de sa vocation récente et ses études ainsi que son premier mariage raté. Les chapitres ne se suivent pas chronologiquement et cette façon de faire permet de nous faire voyager dans le temps et dans l’espace sans s’ennuyer. En effet, la description des opérations et leurs procédures ne changent pas beaucoup et cela peut lasser tant cela semble se répéter. Même si les patients varient grandement, que les maladies ne sont pas les mêmes et que les résultats et conséquences sont souvent uniques et dépendants d’un psychisme particulier, certains passages se reproduisent à l’identique.

Les discussions avec les patients ou leurs familles sont émouvantes et bien mises en scène. Il est toujours incroyable de voir la sagesse de ceux qui savent leurs derniers jours proches et il est toujours compréhensible de voir que les proches ont du mal à accepter cette fin prématurée.

L’auteur a su reproduire les émotions de ses proches et patients ainsi que les siennes d’une jolie manière. On rit avec lui et on pleure de même. On en apprend beaucoup sur le domaine du cerveau, des hôpitaux et des dures conditions de vie du corps médical. Il est important de se rendre compte de tout ceci, de ne pas prendre les médecins pour ce qu’ils ne sont pas et de ne pas non plus sans cesse leur en vouloir car ils souffrent également des conséquences parfois dramatiques de leurs actions imparfaites.

Bref, même s’il nous a expliqué avoir des défauts et ne pas réussir toutes ses interventions, on le laisserait bien nous ouvrir le cerveau sans hésitation !

Note : 18/20

Par Lildrille

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Facebook : Lavisqteam.fr – Contact: lavisqteam@laposte.net