Sicario – La Guerre des Cartels

Titre Original : Sicario : Day of the Soldado

De: Stefano Sollima

Avec Benicio Del Toro, Josh Brolin, Isabela Moner, Jeffrey Donovan

Année: 2018

Pays: Etats-Unis, Italie

Genre : Action, Thriller

Résumé :

Les cartels mexicains font régner la terreur à la frontière entre le Mexique et les États-Unis. Rien ni personne ne semble pouvoir les contrer. L’agent fédéral Matt Graver fait de nouveau appel au mystérieux Alejandro pour enlever la jeune Isabela Reyes, fille du baron d’un des plus gros cartels afin de déclencher une guerre fratricide entre les gangs. Mais la situation dégénère et la jeune fille devient un risque potentiel dont il faut se débarrasser. Face à ce choix infâme, Alejandro en vient à remettre en question tout ce pour quoi il se bat depuis des années…

Avis :

Stefano Sollima, ce nom ne vous dit rien ? C’est à peu près normal, puisque le réalisateur italien, même s’il détient une magnifique filmographie, n’est pas encore connu du grand public. Fils du réalisateur Sergio Sollima, Stefano Sollima est connu pour avoir principalement réalisé tous les épisodes de la série « Romanzo Criminiale« , adapté du film de Michele Placido. Si la série a sa petite renommée, Stefano Sollima, c’est surtout pour moi le mec qui se cache derrière ces deux petites bombes italiennes que sont « A.C.A.B » ou « Suburra« . Deux films géniaux qu’on n’avait pas vu venir et qui laissent totalement K.O et admiratif.

Il y a trois ans de cela, Denis Villeneuve nous offrait « Sicario« , un film qui abordait la lutte contre les cartels mexicains. On en n’attendait rien, et la surprise fut incroyable. Percutant, intense, étouffant et immersif, Denis Villeneuve avait encore une fois visé juste et ce qui ne devait être qu’un seul film est désormais devenu une franchise, dont le second opus arrive trois ans après.

Mais voilà, malgré la présence de Sollima à la réalisation, cette suite de « Sicario » laisse un goût de déception, tant elle sent quand même l’opportunisme, et même si elle restera assez divertissante, entre ce scénario qui part dans tous les sens, ce manque de caractère et la facilité de certaines ficelles, et cette guerre promise qui n’est pas là, « Sicario, la guerre de cartel » déçoit et c’est vraiment dommage.

La montée de la violence bat son plein et la frontière entre le Mexique et les États-Unis est le territoire gardé des cartels mexicains. Alors qu’un attentat a eu lieu sur le sol américain, le gouvernement fait appel à l’agent Matt Graver pour rétablir l’ordre. Son idée est de déclencher une guerre entre les cartels, sans pour autant que ces derniers se rendent compte d’où vient l’idée. Bref, une mission extrême de la plus haute importance.

Le premier « Sicario » fut une jolie claque et je partais tellement confiant avec cette suite signée Stefano Sollima. Alors c’est vrai que dit comme ça, on pourrait croire que j’ai parfaitement détesté le film, mais ce n’est pas le cas, et je peux même dire que le film a de bonnes idées et quelques idées de mise en scène sublimes et percutantes. Non, en fait, ce nouveau « Sicario » est une déception dans le sens où il ne reste qu’un simple divertissement. Et un divertissement où il ne faut pas gratter la première couche, sinon, on a très vite fait de se questionner.

Ce deuxième « Sicario« , c’est tout d’abord un départ sur de mauvaises bases. Non mais sérieux que vient faire Daesh là-dedans ? Que vient faire Daesh au milieu des cartels mexicains ? Je ne spoile rien, c’est ce qui fait l’ouverture du film. Mal fichue, complexe pour pas grand-chose au final, mal emboîtée, dotée d’incohérences, mal amenée, cette intrigue peine à trouver son rythme et son fond, tant on reste sur le la présence de Daesh là-dedans. Ici, on sent que le scénario a été très vite écrit pour voguer sur le succès encore frais dans les mémoires du premier film et c’est vraiment dommage, car cette précipitation est en grande partie responsable du fait que ce deuxième « ‘Sicario » ne soit que moins bien. Mais bon, dans un sens, malgré ses défauts, le film se suit avec intérêt et finalement avec des plus comme des moins, il se trouve être assez agréable à regarder.

Si le scénario a ses faiblesses, là où ce deuxième « Sicario » fonctionne parfaitement et rehausse plus bien le ressenti qu’on peut avoir, c’est bien évidemment avec la mise en scène de Stefano Sollima qui est superbe. Suivant parfaitement ce qui a été fait par Denis Villeneuve, Stefano Sollima s’approprie très bien le style et arrive à l’adapter à sa sauce avec une photo à tomber par terre et des plans-séquences, comme des séquences seules, qui sont à couper le souffle. Bref, Stefano Sollima est un grand réalisateur, et il le prouve encore une fois ici, avec ce qu’il arrive à faire avec ce film qui, on le sait, n’est qu’une commande.

« Sicario, la guerre des cartels » (Où est la guerre dans ce film ?) est un film qu’on pourrait très aisément qualifier de mi-figue, mi-raisin. C’est un film qui est loin d’être mauvais, mais on ne peut pas dire qu’il soit aussi bon et passionnant que l’avait été le premier. Si le chapitre made in Villeneuve est une perle, celui made in Sollima n’est que divertissant et c’est vraiment dommage.

Note : 11/20

Image de prévisualisation YouTube

Par Cinéted

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Facebook : Lavisqteam.fr – Contact: lavisqteam@laposte.net