juin 24, 2024

Sully – Hudson, On n’a Plus de Problème

De : Clint Eastwood

Avec Tom Hanks, Aaron Eckhart, Laura Linney, Anna Gunn

Année: 2016

Pays: Etats-Unis

Genre: Biopic

Résumé:

Le 15 janvier 2009, le monde a assisté au « miracle sur l’Hudson » accompli par le commandant « Sully » Sullenberger : en effet, celui-ci a réussi à poser son appareil sur les eaux glacées du fleuve Hudson, sauvant ainsi la vie des 155 passagers à bord. Cependant, alors que Sully était salué par l’opinion publique et les médias pour son exploit inédit dans l’histoire de l’aviation, une enquête a été ouverte, menaçant de détruire sa réputation et sa carrière.

Avis:

À quatre-vingt-six ans, inutile de présenter celui qui est une véritable légende vivante du cinéma. Alors que certains avec une telle carrière auraient pris leur retraite, Clint Eastwood tient une forme olympique allant presque jusqu’à un film par an. Et pas n’importe quel film, puisque si le réalisateur offre des films moins forts que d’autres, une chose reste sûre, ses films restent de qualité et c’est toujours un plaisir d’en découvrir un nouveau… Surtout quand celui-ci mène une autre légende devant sa caméra, l’immense Tom Hanks.

Depuis la fin des années 2000, Clint Eastwood enchaîne les biopics et autres films adaptés de faits réels. Il y a un peu plus d’un an, le réalisateur nous racontait la vie Chris Kyle héros américain au destin tragique. L’année d’avant, Clint Eastwood avait posé sa caméra pour nous raconter les The Four Seasons, puis avant eux, ce fut J. Edgar Hoover qu’Eastwood mit en lumière. Pour son cru 2016, le réalisateur s’est arrêté sur ce que l’on peut qualifier de miracle.

Revenant sur l’exploit du commandant Sullenberger dit Sully, Clint Eastwood nous offre un beau film, profond, un poil stressant et touchant. Un film qui mérite qu’on s’y arrête pour le découvrir sur grand écran.

Ce matin du 15 Janvier 2009, le vol 1549 d’US Airways heurte des oiseaux en plein décollage au-dessus de New-York. Plus de réacteurs, le commandant de bord va alors prendre une décision impressionnante et ainsi amerrir dans les eaux glacées du fleuve Hudson. Alors qu’il y avait peu de chance de s’en sortir indemne, le commandant va non seulement arriver à amerrir sans encombre, mais aussi sauver la vie de tous ses passagers.

Est-ce une erreur humaine qui a amené à cela ? Comment ce miracle a-t-il été possible ? Qui est responsable ?

Le vol n’aura duré que deux cent huit secondes. Deux cent huit secondes où tout bascule et la difficulté de cette histoire est d’en tirer un film d’une heure et demi sur ces deux cent huit secondes. Comment raconter ce calvaire si rapide et bref ? Comment en tirer un scénario qui raconte tout, n’oublie rien et surtout ne parait pas s’étirer en longueur pour combler ce qui pourrait être un moyen métrage ou encore un documentaire ? Le pari était difficile, risqué même, il fallait un scénario solide et captivant pour revenir en permanence sur ces quelques secondes et Clint Eastwood l’a fait. Et mieux encore, puisqu’il l’a fait de très belle manière.

« Sully » est un drame touchant et majestueux. Avec ce film, Clint Eastwood nous invite à décortiquer cet accident dans tous les sens. Ici, grâce à un montage des plus astucieux, intelligent, précis, mélangeant passé et présent, le réalisateur nous fait revivre cet accident de plusieurs manières tout en offrant un beau portrait d’homme et un savoureux portrait de l’Amérique dans le présent. Déchaînement des médias pour transformer le commandant en héros, alors que les rouages de l’enquête pencheraient sur le contraire, Clint Eastwood nous emmène au cœur de cette enquête pointilleuse, voire même poussive, qui a tendance à agacer. « Sully » est aussi un film qui rappelle le 11 septembre sans jamais le mentionner. C’est un film qui rappelle de traumatisme auquel on ne peut que penser. Et ce qui est génial finalement avec ce « Sully« , c’est que tout ou presque, est fait pour peindre le portrait de ces pilotes. Chaque acte, chaque décision, est là pour appuyer le ressenti qui règne dans l’esprit de ces pilotes. Émotionnellement fort, « Sully » captive de bout en bout par son intrigue, par la simplicité de sa mise en scène, par son côté sage et majestueux, et même si parfois Clint Eastwood s’aventure sur des scènes qui ne servent pas à grand-chose, au final, on retient le plaisir d’avoir angoissé devant des scènes de « crash » plus que réaliste et l’émotion que l’enquête nous amène.

« Sully« , c’est aussi deux acteurs fabuleux et tellement complémentaires l’un de l’autre. Le génial Tom Hanks tient un rôle merveilleux et le comédien laisse encore une fois éclater tout son talent. Ça faisait un bout de temps qu’on n’avait pas vu Tom Hanks aussi investi.

À ses côtés, on trouve un Aaron Eckhart bien loin de ses rôles habituels. Éternel second couteau, il trouve ici un beau rôle, qui touche et qui complète celui de Tom Hanks. C’est principalement à travers leurs yeux qu’on découvre et qu’on vit la catastrophe. Et malgré d’excellents seconds rôles, tels que Laura Linney ou encore plusieurs des passagers parmi lesquels on y trouve Sam Huntington ou Autumn Reeser, on ne retiendra principalement que Tom Hanks et Aaron Eckhart.

« Sully » est donc un très beau drame qui touche par son côté humain et sans exagération. Clint Eastwood offre un film puissant, à la mise en scène pointue, tenu d’une main de maître. Nous faisant revivre ces quelques secondes inlassablement, rajoutant à chaque fois quelques éléments, on reste captivé de bout en bout et l’on ressort de la salle avec la sensation d’avoir vu un grand Eastwood. Il serait donc dommage de passer à côté !

Note : 16/20

[youtube]https://www.youtube.com/watch?v=nnM8aoJv-f8[/youtube]

Par Cinéted

AqME

Amateur d'horreur, Métalleux dans l'âme, je succombe facilement à des images de chatons.

Voir tous les articles de AqME →

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.