The Game

De : David Fincher

Avec Michael Douglas, Sean Penn, Deborah Kara Unger, James Rebhorn

Année : 1997

Pays : Etats-Unis

Genre : Thriller

Résumé :

Nicholas Van Orton, homme d’affaires avisé, reçoit le jour de son anniversaire un étrange cadeau que lui offre son frère Conrad. Il s’agit d’un jeu. Nicholas découvre peu à peu que les enjeux en sont très élevés, bien qu’il ne soit certain ni des règles, ni même de l’objectif réel. Il prend peu à peu conscience qu’il est manipulé jusque dans sa propre maison par des conspirateurs inconnus qui semblent vouloir faire voler sa vie en éclats.

Avis :

En 1997, David Fincher a seulement cinq ans de carrière en tant que réalisateur de long-métrage et il a déjà un chef-d’œuvre derrière lui, le culte et incroyable « Se7en » qui s’inscrit dans les meilleurs thrillers jamais réalisés. La carrière de David Fincher, c’est de l’excellence et ce troisième long-métrage ne va faire que confirmer ceci.

Il était difficile de passer après la claque indémodable qu’est « Se7en » et pourtant, sans pour autant arriver à livrer un thriller aussi pointu que son film précédent, David Fincher va encore une fois tenir toutes ses promesses, et moins d’un an après son premier chef-d’œuvre, il revenait avec une leçon de manipulation, « The Game« . Exceptionnel, avec « The Game » David Fincher nous tient en haleine pendant plus de deux heures avec un thriller noir et machiavélique à souhait. Et si David Fincher avait brillé avec son film précédent, il réussit avec brio le cap du troisième long et s’installe désormais comme une valeur sûre et un auteur incroyable.

Nicholas Van Orton est un homme d’affaires qui a tout dans la vie, au point de ne plus vraiment la savourer, car elle ne lui offre plus de surprise. Le jour de son anniversaire, son jeune frère Conrad lui offre un cadeau pour le moins étrange. Le cadeau en question est un jeu fait sur-mesure pour les hommes puissants comme Nicholas. Mais ce jeu dont Nicholas ne connaît ni les règles, ni les conditions, se trouve être bien plus machiavélique qu’il ne le laissait présager, au point de ne plus savoir s’il s’agit réellement d’un jeu ou d’une arnaque ?

Quand on survole le synopsis de « The Game« , comme ça, sur le papier, le film de David Fincher s’annonce comme un thriller classique. Oui, mais c’est David Fincher qui est aux commandes alors forcément, dans la forme, on va être loin du classique. C’est même tout le contraire qu’on trouve là, Fincher nous offrant un thriller surprenant qui prêche le faux du vrai, pour finalement nous embrouiller, nous perdre, et nous tenir alerte en permanence.

Leçon d’écriture comme de mise en scène, doté d’une atmosphère incroyable, « The Game » vire au thriller psychologique et paranoïaque, où tout le monde sera suspect. Parfaitement tenu dans son intrigue qui ne cesse de brillamment semer le doute en nous, avec un engrenage impeccable, « The Game » est-il un jeu ou l’arnaque du siècle pour son personnage. Une question qui va autant nous tarauder que son personnage principal. Une réponse qui sera bien difficile de prouver avec exactitude avant sa grande messe finale.

Et ce qui est plus fou encore, c’est que le film fonctionne tout aussi bien à chaque fois qu’on le revoie.

Avec « The Game« , David Fincher fait simple dans sa mise en scène. Il ne donne pas dans la surenchère d’action par exemple. Non, Fincher sait tenir son suspense et mise énormément sur son atmosphère paranoïaque. Son film est comme un château de cartes qui s’effondre avec une parfaite maîtrise sur son personnage, pour l’enfermer de plus en plus dans des doutes et il est nul besoin d’en faire trop.

« The Game« , c’est aussi des acteurs parfaits, à commencer par Michael Douglas qui, entre deux films moins convaincants, retrouve là un rôle dans lequel le comédien se perd totalement. Le rôle de Nicholas Van Orton est fait pour lui et c’est son meilleur rôle sur la fin des années 90. Impossible de passer à côté de l’énigmatique et géniale Deborah Kara Unger, actrice souvent sous-estimée qui tient là l’un des meilleurs rôles de sa carrière.

Seul petit hic à l’horizon, le regret que David Fincher ait sous employé Sean Penn, car avec un tel acteur, il est vrai qu’on en attend et qu’on en veut plus, car même si Sean Penn est très bon dans le peu de scène qu’il a, il est dommage de l’employer pour un si petit rôle.

« The Game » est donc un bijou fascinant qui s’inscrit parfaitement dans la filmographie incroyable de David Fincher. Une intrigue fascinante et bluffante, un final incroyable, une ambiance paranoïaque à souhait, des mensonges, des faux-semblants, un engrenage dingue, des acteurs au top et une BO mélancolique et angoissante à la fois, qui colle parfaitement au film. Franchement, « The Game » mérite autant de lumière que les deux films qui l’entoure, « Se7en » et « Fight Club« . Bref, encore une fois, un grand David Fincher.

Note : 17/20

Image de prévisualisation YouTube

Par Cinéted

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Facebook : Lavisqteam.fr – Contact: lavisqteam@laposte.net