Bruce Lee – La Naissance d’une Légende

Titre Original : Bruce Lee my Brother

De: Manfred Wong et Wai Man Yip

Avec Tony Leung Ka Fai, Aarif Rahman, Christy Chung, Jin Auyeung

Année: 2010

Pays: Hong-Kong, Chine

Genre: Biopic

Résumé:

Biopic sur l’acteur et spécialiste des arts martiaux de légende, Bruce Lee.

Avis:

Les films d’arts martiaux sont devenus un genre à part entière dans les années 70. Sous l’égide du cinéma asiatique et notamment chinois ou hongkongais, les métrages mettant en scène des combats dans des chorégraphies stylisées sont devenus monnaie courante et ont permis à certains acteurs de sortir du lot. Parmi les plus connus, on ne peut bien évidemment pas passer à côté de Bruce Lee. Malgré une carrière bien trop courte de sept années (il disparaîtra à l’âge de trente-deux ans en 1973 des suites d’un œdème cérébral dû à une allergie médicamenteuse), l’acteur va marquer au fer rouge le cinéma d’arts martiaux et quasiment tous ses films sont devenus cultes aujourd’hui. Et forcément, quand on attise la curiosité et l’amour, il n’en fallait pas plus pour que plusieurs biopics voient le jour. Cependant, de nombreux films s’attardent sur la carrière de Bruce Lee aux Etats-Unis puis à Hong-Kong, mais peu se focalisent sur sa jeunesse, avent qu’il ne parte justement pour Seattle. Or, Bruce Lee – La Naissance d’une Légende ne se porte que sur la jeunesse de l’acteur, de sa naissance à San Francisco jusqu’à son départ pour les Etats-Unis. Et on peut conférer de la crédibilité à l’ensemble, puisque c’est son frère qui raconte cette époque presque bénie.

Le film débute donc avec le père de Bruce Lee qui était un acteur de théâtre et de cinéma, se représentant à San Francisco. C’est là que va naître Bruce, dont le nom sera choisi par une incompréhension de la part de l’infirmière. De retour à Hong-Kong, dans la grande demeure familiale, la vie va suivre son court et c’est entre les plateaux télé de son père et les bêtises dans la rue que Bruce Lee va se faire connaître. On va alors apprendre quelques petites choses sur sa vie d’enfant, comme le fait qu’il a joué quelques petits rôles dans des films avec son père et qu’il se fait remarquer par son bagou. La suite des évènements sera beaucoup moins rose, la faute à la Seconde Guerre Mondiale et à des japonais un peu trop invasifs. Le jeune Bruce va voir son père et sa mère se faire malmener dans leur maison et il va vouer une haine à certains d’entre eux. Mais très vite, le film va basculer dans le bon côté des choses. On occulte volontairement l’adolescence du jeune homme pour le retrouver entre ses 16 et 20 ans.

Il s’agit-là d’un âge d’or pour lui, puisqu’il va continuer de jouer dans quelques films, devenant presque une star dans son pays, puis il va surtout profiter en quelque sorte de l’argent de sa famille pour s’inscrire dans une école d’arts martiaux et devenir un « ennemi » d’un boxeur anglais. Mais le plus important dans cette période qui nous est contée, c’est la relation qu’il entretient avec un ami et deux histoires d’amour qu’il va complètement foirer, notamment à cause de sa bonté. Ces histoires d’amitié et d’amour vont alors avoir une importance sur sa vie future, causant des déceptions de cœur, mais aussi une immersion dans le monde de la drogue, causant son départ pour le pays de l’oncle Sam. Le portrait devient alors moins idyllique, même si on aura toujours de l’espoir.

Le principal atout de ce film, c’est qu’il se penche sur une partie de la vie de Bruce Lee, et c’est une partie peu connu. On ne s’attardera que très peu sur son initiation aux arts martiaux et on apprend qu’il y viendra parce qu’il se prend une raclée par un champion de boxe européen et qu’il veut prendre sa revanche sur un ring. Le film va surtout s’attarder sur les amours de Bruce Lee et son parcours atypique dans un Hong-Kong fantasmé, qui est finalement très américanisé. La période de l’après-guerre est joyeuse, le jeune Bruce profite de ses journées avec ses amis et semble se passionner pour le cinéma, même s’il n’arrive pas encore à percer dans ce milieu. Le film est vraiment basé sur la vie simple de cet homme, bien loin de toute image pop que l’on peut avoir aujourd’hui. D’ailleurs, le film ne le montrera quasiment jamais en train de se battre, mais plutôt de danser, profiter de sa famille ou encore d’être très fidèle à ses amis. Une fidélité qui va le pousser à démanteler un réseau de drogue et qui va bouleverser sa vie à tout jamais.

On peut accorder énormément de crédit au film, puisqu’il est narré par son jeune frère et sa sœur aînée, voulant éviter tout cliché ou tout mystère concernant la vie de leur frère. On pense bien souvent que Bruce Lee est tombé dans la drogue, mais visiblement, cela n’est pas vrai. Les acteurs prêtant leurs traits aux personnages sont vraiment exceptionnels, notamment Aarif Rahman, qui semble prendre un plaisir monstrueux à jouer Bruce Lee. Et au niveau de la réalisation, c’est plutôt bien fichu, avec une photographie toujours lumineuse et voulant à chaque fois trouver le meilleur éclairage pour rendre l’ensemble rayonnant. Et c’est peut-être là aussi un défaut de ce film. Quand on termine Bruce Lee – La Naissance d’une Légende, on a la sensation d’avoir vu un biopic beaucoup romancé. C’est-à-dire que tout est beau, tout est bien, tout est sourire et rire, et toutes les parties un peu plus sombres sont soit rapidement occultées, soit vues sous un angle héroïque, comme le final qui met Bruce Lee face à un cartel de la drogue et où finalement, il ne risque pas grand-chose et sauve même l’un de ses amis. Alors dans l’ensemble, ça ne nuit pas forcément à l’empathie que l’on ressent pour les personnages et globalement, c’est vraiment bien, mais on peut se poser la question de la légitimité de certaines séquences et de peut-être la volonté du frère de rendre un portrait glorieux de son frère.

Au final, Bruce Lee – La Naissance d’une Légende est un bon film, un bon et beau biopic. Les acteurs sont vraiment investis et la réalisation est plutôt bien fichue. On regrettera seulement que parfois, la bonne ambiance qui règne semble trop parfaite pour sembler réelle et cela peut nuire à la crédibilité de l’ensemble. Mais en l’état, il s’agit-là d’un bon film qui met en exergue une partie peu connue de la vie de l’acteur, parti malheureusement beaucoup trop tôt.

Note : 14/20

Image de prévisualisation YouTube

Par AqME

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Facebook : Lavisqteam.fr – Contact: lavisqteam@laposte.net