Cannibal Corpse – Red Before Black

Avis :

Le Brutal Death Metal, voilà un sous-genre du métal qui évoque une sainte mélodie à l’oreille et quelques prouesses techniques au niveau des riffs. Si l’on enlève le cynisme absolu de cette première phrase, le Brutal Death Metal est un genre qui est apparu assez tôt dans la musique métal (fin des années 80) et qui continue aujourd’hui à faire vrombir les vitres de voitures de certains fans de la première heure. Pilier du genre, Cannibal Corpse se forme dans le sang en 1988 autour de plusieurs joueurs de Death Metal. Très rapidement, le groupe signe chez Metal Blade Records, qui ne quitteront alors plus jamais. Et pour preuve, après presque trente ans de carrière, le groupe est toujours chez le même label, une fidélité rare dans le métier. Mais il faut dire que Cannibal Corpse est un des rares groupes de ce sous-genre à vraiment fonctionner, notamment grâce à une technique de folie, mais aussi et surtout une image sulfureuse parfaitement maîtrisée, jouant constamment sur les codes du film d’horreur. Et cela se voit dès les titres des albums, comme en atteste ce quatorzième album, Red Before Black, qui signifie que l’on voit d’abord le rouge du sang avec le noir de la fin. Mais globalement, le groupe a-t-il encore quelque chose à nous offrir dans ce genre si redondant ?

L’album débute de façon très brutale avec Only One Will Die qui est un morceau finalement assez classique dans le style de Cannibal Corpse. C’est rapide, voire même trop, le chanteur laisse éclater son growl de façon très efficace, la batterie tabasse à un rythme effréné et finalement, on reste dans un style assez codifié. Alors oui, le refrain est encore plus bourrin avec le chanteur qui essaye de faire un chant crié ultra rapide, mais cela ne suffit finalement pas à pleinement convaincre, le groupe se contentant de faire le minimum syndical, même si c’est relativement réussi. En fait, l’énergie du groupe est vraiment débordante et on sent que la formation est encore bien enragée. Des titres comme Red Before Black, Heads Shoveled Off ou encore Firestorm Vengeance sont des morceaux bourrins à souhait, qui peuvent parfois manquer de variations ou de finesse, bien que ce mot soit complètement hors de propos quand on parle de Cannibal Corpse. Mais tout de même, malgré des thématiques chères au groupe, à savoir les films d’horreur, il manque un peu d’ambiance dans l’album, qui s’enchaîne sans véritablement prendre le temps de poser quelques moments angoissants ou malsains. Et pourtant, ce n’est pas le choix de la pochette qui indiquera le contraire. On a la sensation que le groupe veut faire un film à la Premutos, avec du gore de partout, mais sans jamais prendre le temps de peaufiner l’ambiance et c’est un peu dommage.

Alors bien évidemment, tout n’est pas à jeter et globalement, l’album est une réussite, notamment pour les fans du groupe. On trouvera certains titres qui sortent du lot à l’instar de Code of the Slashers, qui essaye tant bien que mal de poser les bases d’une ambiance poisseuse avec une introduction lourde et un poil moins rapide que le reste. Le chanteur George Fisher peut poser sa voix puissante et offrir une belle alternative à la rapidité parfois un peu trop redondante, l’empêchant de lâcher quelques growls plus longs. On peut aussi parler de Remaimed, un titre efficace, puissant, au refrain qui rentre immédiatement en tête et qui fait mal au caisson de basse. Enfin, on peut aussi évoquer In the Midst of Ruin grâce à son rythme assez syncopé au départ et qui va partir très rapidement en eau de boudin pour lâcher quelques riffs plus rapides. Néanmoins, le titre s’en sort grâce à une belle variation rythmique en son sein, changeant un peu du reste de l’album. Car même si cette galette est très nerveuse et déborde d’énergie, on ne peut s’empêcher de ressentir un léger ennui au bout de plusieurs écoutes. Les titres s’enchaînent très (trop ?) vite et manquent parfois d’impact au niveau mémoriel. En fait, on écoute, on prend plaisir, les solos sont toujours aussi forts, mais ils ne restent pas en tête, ce qui est grandement dommage.

Au final, Red Before Black, le dernier album de Cannibal Corpse, est un album réussi dans son genre mais qui ne fait pas dans la demi-mesure. S’accrochant encore et toujours à son crédo, le groupe américain propose une quatorzième galette surpuissante, qui ne détiendra que peu de surprises, mais qui reste une valeur sûre pour tous les fans de Brutal Death Metal. Et finalement, n’est-ce pas la seule chose que l’on demande à des groupes tels que Cannibal Corpse ?

  1. Only One Will Die
  2. Red Before Black
  3. Code of the Slashers
  4. Shedding my Human Skin
  5. Remaimed
  6. Firestorm Vengeance
  7. Heads Shoveled Off
  8. Corpus Delicti
  9. Scavenger Consuming Death
  10. In the Midst of Ruin
  11. Destroyed Without a Trace
  12. Hideous Ichor

Note : 14/20

Image de prévisualisation YouTube

Par AqME

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Facebook : Lavisqteam.fr – Contact: lavisqteam@laposte.net