octobre 26, 2020

Le Procès Paradine

Titre Original : Paradine Case

De : Alfred Hitchcock

Avec Gregory Peck, Ann Todd, Charles Laughton, Charles Coburn

Année: 1949

Pays: Etats-Unis

Genre: Policier

Résumé:

Keane est chargé de la défense de la belle Mme Paradine accusée d’avoir tué son mari aveugle. Marié à une fort jolie blonde, il tombe néanmoins très amoureux de sa cliente qui n’a aucun mal à le convaincre de son innocence. Cependant, peu avant l’ouverture du procès, Keane s’aperçoit que Mme Karadine était la maîtresse de son valet d’écurie…

Avis :

Au tout début des années 40, David O. Selznick, éminent producteur à Hollywood, fait venir Alfred Hitchcock pour réaliser Rebecca, qui deviendra par la suite l’un des meilleurs films de la filmographique du maître du suspens. Sauf que l’écriture du contrat stipulait la réalisation de trois films et il a donc fallu que le réalisateur fasse deux autres films après Rebecca. Cette période américaine fut assez douloureuse pour Hitchcock puisqu’il ne s’entendait pas du tout avec son producteur, ce dernier faisant sans cesse retourner des scènes qui ne lui convenaient pas ou laissant des mémos à Hitchcock pour certaines choses. Cela n’empêcha pas le cinéaste de pondre La Maison du Docteur Edwardes en 1945, puis Le Procès Paradine en 1949. Ce film marqua la fin de leur collaboration, mais il y a une histoire autour de ce métrage. Déjà, à l’époque, c’était l’un des films les plus chers de l’histoire, coûtant la bagatelle de 4 millions de dollars. Mais ce n’est pas tout. En effet, la version initiale devait durer près de trois heures, puis fut réduite  à 2h11. Malheureusement, David O. Selznick prit la décision d’écourter encore cette version pour aboutir à un film durant moins de deux heures. Mais au final, est-ce que cela joue sur la qualité intrinsèque du film ?

Quand on ne connait pas les retraits qu’a subit le métrage, on ne voit pas ce qu’il manque et c’est plutôt une bonne chose. Mais le plus important, c’est que finalement le film est suffisamment long comme ça. En effet, Le Procès Paradine, malgré son scénario intéressant et sa joute de sentiments, est un film assez lent qui aime la palabre et présente un procès de près d’une heure, soit la moitié du métrage. Du coup, le film joue constamment sur des révélations pour essayer de garder le public alerte, mais parfois, on ressent quelques longueurs. Des longueurs qui seront aussi dues aux tics de réalisation d’Alfred Hitchcock. C’est-à-dire que certains plans sont très codifiés et ne laissent aucun doute sur la psyché de certains personnages, dont la principale victime, Mme Paradine. Le cinéaste la présente de façon froide, avec un contre-champ vers le haut, augmentant ainsi son côté froid et calculateur. Du coup, le suspens en prend un petit coup et le film ne laissera que peu de doutes sur l’accusation de meurtre.

Cependant, ce n’est pas pour autant que le film est ennuyeux ou pénible. Bien au contraire, Alfred Hitchcock va profiter de cette histoire pour peaufiner les thèmes qui lui sont chers, comme les secrets de famille bourgeoise, les meurtres étranges au sein d’une famille aisée ou encore les relations amoureuses complexes. Le Procès Paradine, c’est tout ça en même temps et on ne peut que citer son sublime Rebecca dont il fait écho. Très clairement, le réalisateur joue à fond la carte du triangle amoureux en semant le trouble chez un avocat marié. Fort amoureuse de sa femme, il va être troublé par Mme Paradine, une beauté froide et sensuelle qui manie son monde à la perfection. Les sentiments sont très forts dans ce film et on ressent toute la manipulation de la femme chez l’homme. Ainsi donc, Hitchcock place encore l’homme comme une victime, que ce soit par le meurtre commis avant le film auprès de ce riche M. Paradine qui souffre de cécité, par l’entremise de cet avocat qui succombe aux charmes de sa cliente ou encore l’amant de Mme Paradine qui va finir par se suicider. Cela est d’autant plus prégnant lorsque certains hommes tentent de profiter des femmes et s’en mordent les doigts, à l’image de ce juge qui tente de charmer la femme de l’avocat et qui se fait repousser à cause de son attitude malsaine et malpropre. On pourrait presque dire que ce film est un pamphlet féministe avant l’heure, montrant de façon frontale que l’homme n’est que le jouet de la femme et que les méthodes de goujats ne fonctionnent jamais.

Mais ce n’est pas tout. Le principal atout de ce film, c’est qu’il propose des comédiens hors pair dotés d’une sensibilité importante. Gregory Peck est tout simplement sublime dans ce rôle difficile où il doit jouer l’amoureux transi devant une femme qui le mène par le bout du nez. Sa compagne lui mène la vie dure aussi mais lui prouve à quel point elle est amoureuse et livre parfois des diatribes touchants et intelligents. Ann Told est tout simplement bouleversante dans ce rôle de femme mariée qui voit son mari tomber amoureux d’une autre. Elle est d’une douceur extrême. Quant à Alida Valli, cette beauté froide, elle est tout simplement détestable et envoutante, le genre de femme fatale dont on se méfie rapidement. Le trio fonctionne à merveille et sert donc les propos du réalisateur. On rajoutera à cela un Charles Laughton parfaitement ignoble et libidineux pour parfaire un tableau à la fois grotesque et représentatif d’une bourgeoisie sclérosée dans des mœurs plus que douteuses.

Au final, Le Procès Paradine est un bon film. Ce n’est certes pas le meilleur du maître, mais il reste un film engagé et qui prend le temps de développer son intrigue, son enquête et le débordement d’émotions. Si le film détient quelques longueurs et qu’il est parfois un peu trop bavard, Alfred Hitchcock signe pour sa dernière réalisation américaine avec David O. Selznick un film intéressant et plus profond qu’il n’y parait. Enfin, la restauration en HD est tout simplement sublime.

Note : 15/20

Image de prévisualisation YouTube

Par AqME

AqME

Amateur d'horreur, Métalleux dans l'âme, je succombe facilement à des images de chatons.

Voir tous les articles de AqME →

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.