avril 15, 2021

Once Upon a Time Saison 4

D’Après une Idée de : Adam Horowitz et Edward Kitsis

Avec Jennifer Morrison, Ginnifer Goodwin, Lana Parrilla, Robert Carlyle

Pays: Etats-Unis

Nombre d’Episodes: 22

Genre: Fantastique

Résumé:

De nos jours, dans une bourgade du Maine appelée Storybrooke, les contes de fées existent encore. C’est ce que va découvrir Emma, une jeune femme au passé trouble, embarquée dans un merveilleux et tragique voyage par le fils qu’elle a abandonné 10 ans plus tôt. Elle croisera sur son chemin la méchante Reine, qui n’est autre que l’impitoyable Maire de la ville, Blanche Neige, devenue la douce Sœur Mary Margaret Blanchard, Tracassin, l’effrayant expert en magie noire ou encore Archie, le sympathique Jiminy Cricket local. Avec son arrivée, c’est l’espoir de toute une communauté amnésique qui renaît…

Avis :

Sur la même lancée que la saison 3, cette saison se voit séparée en deux blocs avec une nette différence entre la première et la seconde partie. Les deux parties sont intéressantes et pleines de surprise. On y fait la rencontre de plein de nouveaux personnages et les nouvelles sous-intrigues sont plutôt captivantes.

Les premiers onze épisodes concernent, sans grande surprise, l’histoire d’Elsa, la Reine des Neiges, issue tout droit de l’univers Disney. La fin de la saison trois avait été claire à ce sujet avec son apparition pendant les quelques dernières minutes. L’actrice représente le personnage avec une justesse rare. Les vêtements sont identiques, les cheveux et la coiffure également et on est bluffés par la ressemblance de l’actrice qui a été bien choisie. On retrouve cette qualité chez les acteurs d’Anna, sa sœur, et de Kristoff, le compagnon d’Anna, qui paraissent directement sortir du dessin animé.

L’histoire de ces personnages dans la série se passe après les évènements racontés par Disney. Les idées mises en avant sont en nombre et une nouvelle méchante fait son apparition : Ingrid, la Reine des Glaces et la tante des deux jeunes filles, très charismatique et flamboyante dans ses atours. On apprend à la connaître via les nombreux flashbacks. Ces derniers mettent également en avant ses liens avec Emma. Le spectateur ne sait pas trop s’il doit l’aimer ou la détester. Le lien entre l’admiration, la peur et la haine se fait ténu avec ce personnage. Les passages la mettant en scène sont passionnants, nous faisant nous poser plein de questions et foisonnant de suspense. Au contraire, ceux dans lesquels Elsa cherche sa sœur Anna sont rapidement lassants car ne donnant pas beaucoup d’informations à se mettre sous la dent. Les premiers épisodes sont tout de même intéressants : on retrouve Hans, l’ennemi des deux sœurs dans le dessin animé qui est ici de retour, et on suit des pans de vie de Kristoff et d’Anna qui s’avèrent avoir connu David, le prince Charmant, dans le royaume de la Forêt Enchantée. Tous ces nouveaux liens sont bien construits, cohérents et crédibles.

Le dénouement de cette première partie est satisfaisant, bien qu’il ait pris du temps à se mettre en place. Cependant, il reste plutôt attendu malgré quelques rebondissements.

Les effets spéciaux sont bien réalisés. Le pouvoir de glace d’Elsa est bluffant de réalisme, tout comme celui de la Reine des Glaces. L’histoire de cette première partie s’est révélée finalement originale et plaisante, quoique mal proportionnée, avec des épisodes de remplissage qui ne faisaient rien avancer.

La seconde partie est, elle aussi, inégalement rythmée. L’intrigue principale de cette partie met en place de nouveaux méchants : Cruella (des 101 dalmatiens), Maléfique (de la Belle au Bois Dormant) et Ursula (de la Petite Sirène). Les trois actrices choisies pour ce rôle sont géniales et, avec elles, pas d’ambiguïté : on aime qu’elles soient aussi malfaisantes. Elles paraissent très extravagantes, avec des gestes, des mouvements et mimiques exagérés. Leur alliance rapide avec Rumplestilskin n’étonne d’ailleurs pas et nous offre un groupe malsain rondement mené par un Ténébreux en puissance qui désire retrouver l’Auteur, celui qui permettra aux méchants d’avoir aussi leur fin heureuse. On sent clairement l’influence de Belle dans cette quête, ce qui n’est pas pour déplaire. Le rôle de l’Auteur est bien amené et ses pouvoirs sont gigantesques. La venue de cette nouvelle puissance est une bonne idée qui renouvelle quelque peu la série et amène une intrigue de fond riche.

En parallèle de cette quête de l’Auteur, l’intrigue de Robin des Bois continue et fait souffrir Regina que l’on apprécie de plus en plus, et que l’on plaint à présent. La venue de Marianne à Storybrook n’arrange clairement pas les choses. On suit aussi toujours les péripéties de Blanche-Neige et de David, nouveaux parents qui découvrent ce que c’est que d’élever un bébé.

Le personnage d’Henry prend de plus en plus de place et d’importance dans cette saison, notamment grâce à son lien avec l’Auteur. L’acteur a grandi et se range aux côtés des autres acteurs avec talent.

Le spectateur retrouve ses acteurs favoris dans cette quatrième saison qui, même si certains épisodes paraissent inutilement longs et infructueux, sont toujours aussi attachants. La fin de saison laisse présager une cinquième un peu plus sombre, ce qui est un parti pris nouveau et intrigant. Vivement la suite !

Note : 15/20

Image de prévisualisation YouTube

Par Lildrille

AqME

Amateur d'horreur, Métalleux dans l'âme, je succombe facilement à des images de chatons.

Voir tous les articles de AqME →

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.