avril 16, 2021

Un Jeu d’Enfants

De : Laurent Tuel

Avec Karin Viard, Charles Berling, Ludivine Sagnier, Camille Vatel

Année : 2001

Pays : France

Genre : Thriller, Horreur

Résumé :

Marianne, une traductrice, vit avec Jacques, son mari, et ses deux jeunes enfants, Aude et Julien, dans un vaste appartement dont elle vient d’hériter. Un soir, elle reçoit la visite d’un couple étrange qui a habité ce lieu.
Après leur venue, une série d’événements mystérieux et dramatiques pousse Marianne à croire que ses enfants sont possédés. Jacques sombrant peu à peu dans la folie, elle s’acharne à connaître la vérité pour ainsi sauver sa famille.

Avis :

Après un premier film sorti en 1995 et passé aux oubliettes, Laurent Tuel, le réalisateur derrière la comédie « Jean-Philippe« , a mis du temps avant de passer au long-métrage, puisque six années séparent la sortie des deux films. Six années où Laurent Tuel n’aura sorti qu’un court-métrage.

Si le premier film de Laurent Tuel se penchait sur une relation névrotique et malsaine, avec son second film, le réalisateur décide cette fois de basculer dans un domaine peu présent dans le cinéma français, le film fantastique. Pour cela, il a engagé Karin Viard et Charles Berling pour jouer des parents qui vont craindre de plus en plus leurs enfants. Si le film au postulat a des idées qui pouvaient être intéressantes, malheureusement le résultat final est loin d’être à la hauteur des espoirs. Peu prenant, et même ennuyant, on attend avec ce « … jeu d’enfants » que la sauce prenne, même si, parfois, le tout donne des petits signes de vie, notamment grâce à ses acteurs convaincants. On ressort donc déçu de ce deuxième film signé Laurent Tuel, duquel, on gardera que peu d’éléments en mémoire.

Marianne et Jacques vivent dans un très bel appartement à Paris, appartement que Marianne a hérité de son père, mort récemment. Le couple possède deux enfants et mène une vie sans histoire. Un jour, Marianne reçoit la visite de deux personnes âgées qui se disent frères et sœurs. Les deux vieillards assurent avoir habité l’appartement dans leur enfance et ils demandent à la nouvelle propriétaire de pouvoir le visiter afin de raviver de vieux souvenirs. Peu de temps après la visite de ces personnes âgées, Marianne commence à avoir peur des réactions de ses enfants, comme si les chérubins voulaient du mal à leurs parents et qu’ils étaient possédés.

« Un jeu d’enfants« , c’est le genre de film où d’emblée, alors même qu’il a de bonnes idées, laisse un avis mitigé sur son projet, car on a déjà vu cent fois ce genre de trame. Faire un nouveau film sur des enfants possédés, est-ce que cela allait faire bouger les choses et y a-t-il encore des choses à raconter sur le sujet ? Si on trouve encore des films qui ont su prouver que le genre pouvait encore avoir des choses à dire, le deuxième film de Laurent Tuel, lui, n’a pas vraiment fait avancer les choses.

Alors bien entendu, tout n’est pas à jeter dans ce film. On gardera premièrement les interprétations des deux gamins, Camille Vatel et Alexandre Bongibault qui arrivent à se faire très inquiétants. Laurent Tuel a très bien su les diriger et les deux gamins, face à des poids lourds comme Karin Viard et Charles Berling, s’en sortent à merveille. On notera aussi au passage que Viard et Berling sont bons et arrivent sans mal à nous convaincre des situations.

De plus, le film aura bien quelques situations qui, si elles ne feront jamais peur, ni n’arriveront à nous tenir sous pression, arriveront toutefois à nous tenir en intérêt, voulant savoir comment telle ou telle situation va se conclure ou même plus largement, même si on s’en doute, jusqu’où cette histoire va nous emmener.

Mais voilà, hormis ces quelques éléments, il n’y a pas vraiment grand-chose pour le reste à en retenir. Sans ambiance, doté d’une narration qui s’étire dans la longueur, et un rythme qui ne colle pas vraiment, franchement plus le film avance, et plus on se rend compte que l’on s’ennuie. Ici, aucune surprise, aucune originalité et l’on voit beaucoup d’éléments arriver bien en avance. On restera aussi déçu sur la possibilité d’un doute sur les enfants. Est-ce que les mômes sont possédés ou alors est-ce les parents qui perdent la boule ? Le thème était génial et le film aurait pu donner énormément de suspens rien que sur cette idée, mais le scénario très vite dévoile les ficelles et casse lui-même son doute. Résultat, on reste afin de savoir comment toute cette histoire va se conclure, mais à partir de là, rien ne nous fera trembler et vibrer et c’est bien dommage.

« Un jeu d’enfants » est donc une déception. Le deuxième film de Laurent Tuel ennuie plutôt qu’autre chose. Alors certes, il se regarde, ce n’est pas une catastrophe irregardable, mais franchement, on trouve bien mieux, avant et après le film, et l’on comprend que celui-ci soit oublié aussi bien dans la carrière de son réalisateur que de ses acteurs. Bref, aussitôt vu, aussitôt disparu.

Note : 08/20

Image de prévisualisation YouTube

Par Cinéted

AqME

Amateur d'horreur, Métalleux dans l'âme, je succombe facilement à des images de chatons.

Voir tous les articles de AqME →

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.