janvier 19, 2021

Tori Amos – Gold Dust

1349195645-tori-amos-2012-gold-dust-front

Avis :

Difficile de juger le travail d’une artiste comme Tori Amos qui change de registre à chaque album et qui explore différentes facettes musicales à chaque nouvelle sortie. Estampillée chanteuse pop rock, puis purement rock, elle va faire beaucoup parler d’elle suite à des albums de reprises en mélangeant du jazz, de l’électro et parfois même de la musique classique. Née en 1963, cette chanteuse et pianiste américaine connait le succès en au début des années 90, et notamment en 1992 avec Little Earthquakes et en 1994 avec Under the Pink. Mais ce qui est le plus amusant avec cette artiste, c’est qu’elle ne va connaître l’expérience d’un orchestre philarmonique qu’en 2011 avec l’album Night of Hunters et c’est ce qui va lui donner l’idée de faire un album de reprises en version classique avec le Metropole Orchestra. Sauf qu’ici, il n’est pas question de faire des reprises d’autres groupes, mais de chansons lui appartenant. C’est ce qui amène à la création de Gold Dust, qui est sorti en septembre 2012. Alors je suis assez mal placé pour faire un papier sur un album qui s’axe autour de la musique classique, car il est évident que mon expérience dans ce domaine est assez pauvre, mais après tout, cela reste de la musique et on peut juger sur la qualité artistique de l’album et sur la voix de la chanteuse. Alors, ce Gold Dust, esbroufe commercial ou véritable joli petit album ? Alors écouter cela de plus près !

Il va être assez complexe de faire des comparatifs entre les deux versions des morceaux car je ne les connais pas. Il va sans dire que mon jugement ne se fera donc que sur la version classique que propose cet album. Le skeud commence avec un sublime morceau et une introduction douce et paisible qui fait la part belle au piano et aux violons. Flavor installe une ambiance douce et mélodieuse qui ne quittera jamais l’album du début à la fin. Alors bien évidemment, on pourra faire un reproche au skeud, celui de faire quasiment toujours la même chose, surtout avec le piano en première ligne, mais Tori Amos va s’amuser à essayer différents genres dans le thème du classique. Ainsi, Yes, Anastacia fait plus pop baroque ou carrément bande originale de film épique et cela rend de fort belle manière. Jackie’s Strength fait plus comptine pour enfant, avec une sonorité claire au piano. Winter ira plus chercher vers le slow et le morceau mélancolique. Programmable Soda sera l’interlude très acidulé du skeud, durant moins de deux minutes mais proposant quelque chose de rafraîchissant et qui fait presque hors de propos dans l’album, mais qui offre une bulle d’air. Bref, on peut donc voir que l’album reste bien varié et très intéressant à l’écoute. Techniquement parlant, c’est juste parfait. Les mélodies sont enchanteresses, le piano, tenant une place prépondérante est exceptionnel, et la présence de l’orchestre philarmonique donne une envergure incroyable aux morceaux, leur donnant un sens épique, une ampleur cinématographique, un peu comme dans Marianne. Bref, on est en présence de quelque chose qui allie à merveille sérieux et fun et qui propose quelque chose de touchant, de beau et de sobre. Et c’est bizarre de ma part de dire cela, car je suis un fana de métal et non pas de musique classique.

tori-amos-gold-dust

Au niveau de la voix, Tori Amos possède un organe vraiment magique. Elle possède vraiment une voix sublime qui n’a besoin d’aucun subterfuge. Le chant est clair, puissant et beau. Alors bien entendu, elle se fait parfois aider par des chœurs sur certains titres, mais cela reste vraiment très discret et dans la continuité de la chanson ou de l’album. Comme par exemple sur le sublime morceau Silent All These Years ou encore sur le long morceau Flying Dutchman. Elle peut très bien aller vers les aigus pour redescendre vers quelque chose de plus grave sans que cela ne soit raté. Bref, c’est vraiment une chanteuse talentueuse bien loin devant toutes les braillardes que l’on connait. Et que je ne citerai pas !

Au final, Gold Dust, l’album de reprises de ses propres chansons de Tori Amos est une agréable découverte. Mettant en avant une musique classique au service d’une pop en arrière plan, les choix de l’artiste sont plus que louable et livre un album mélodieux et beau. Bien loin de son image pop rock et parfois presque punk, Tori Amos remet les pendules à l’heure avec cet album qui est très bon.

  1. Flavor
  2. Yes, Anastacia
  3. Jackie’s Strength
  4. Cloud on my Tongue
  5. Precious Things
  6. Gold Dust
  7. Star of Wonder
  8. Winter
  9. Flying Dutchman
  10. Programmable Soda
  11. Snow Cherries From France
  12. Marianne
  13. Silent All These Years
  14. Girl Disappearing

Note : 15/20

Image de prévisualisation YouTube

Par AqME

AqME

Amateur d'horreur, Métalleux dans l'âme, je succombe facilement à des images de chatons.

Voir tous les articles de AqME →

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.