Le Blob

Titre Original : The Blob

De : Chuck Russell

Avec Kevin Dillon, Shawnee Smith, Donovan Leitch Jr., Jeffrey DeMunn

Année: 1988

Pays: Etats-Unis

Genre: Horreur

Résumé:

Un monstre étrange venu d’ailleurs, informe et gélatineux, dévore tout ce qui vit, en particulier les êtres humains, dont il se régale. Mais avant qu’il n’ait complétement digéré une ville dont il s’est régalé, Meg Penny et Brian Flagg, découvrent que le Blob fuit la neige carbonique, tels les vampires les crucifix…

Avis:

Chuck Russell est un réalisateur de seconde zone, dont le film le plus connu et qui restera sûrement comme le sommet de sa carrière est le culte « The Mask » avec l’inimitable Jim Carrey.

Oui, mais une fois qu’on a dit ça, c’est qui Chuck Russell et surtout qu’a-t-il fait ? On retrouve le nom de Chuck Russell associé à du cool. On lui doit entre autre des films comme « L’effaceur« , le troisième « Freddy Krueger » ou encore les moins bons « Le roi Scorpion » ou « L’Elue« . Puis il y a « Le Blob« , film sur lequel on s’arrête avec délice aujourd’hui.

Remake d’un film des années 50 avec notamment les débuts de Steve McQueen, « Le Blob » est le film qui sent bon les années 80. Aussi bien film d’horreur généreux en gore que film fantastique à tendance science-fiction, ce « … Blob » est un régal de divertissement qui amuse autant qu’il peut fasciner par ce concept génial et tordu sur lequel on n’aurait pas parié une pièce de monnaie au départ.

Dans une petite ville perdue au fin fond des États-Unis, une comète s’écrase. À son « bord » se trouve une forme de vie extraterrestre qui a l’apparence d’un chewing-gum. Très vite, cette chose se révèle être un prédateur affamé et plus il fait de victime, plus il grossit. Le Blob s’attaque aux habitants de la ville et si personne ne trouve la solution pour l’arrêter, alors il se pourrait bien que le Blob anéantisse l’espèce humaine.

Petit film de série b horrifique, « Le Blob » est un joli délire qui fait du bien à la seule condition de se mettre entre parenthèses et se laisser happer par le truc. Oui, « Le Blob » n’est pas donné à tous, car on y parle ici d’une espèce d’énorme chewing-gum qui ne ressemble à rien et qui s’amuse à manger des gens en les tuant de toutes les manières possibles (et il y a du choix pour le coup).

Avec « Le Blob« , il clair qu’il faut outrepasser le scénario qui n’est là que pour tuer de l’adolescent insupportable, du rebelle de lycée ou de la pauvre victime qu’on ne voyait pas mourir. Pour son deuxième film, Chuck Russell fait ce que l’on peut appeler un film bête, méchant et surtout cool, très cool.

Pour apprécier ce « … Blob« , il faut donc chercher ailleurs et cet ailleurs va très vite se faire découvrir. Ce qui éclate avec ce film, c’est la générosité incroyable de son réalisateur, qui ne cesse encore et encore de faire des propositions de cinéma.

« Le Blob« , c’est un film qui déborde d’idées, nous offrant notamment quelques morts assez pharamineuses, et même dégueulasses, malgré le côté vieillot de certains effets.

Ensuite, on restera assez admiratif des effets spéciaux qui, même s’ils ont pris un coup de vieux, demeurent toujours cool. Visqueux, osé, sans concession, surprenant, car assez imprévisible dans le choix de ses victimes, « Le Blob » offre toujours quelque chose pour nous tenir attentif et nous amuser. D’ailleurs, son final est un bon moment de fun qui, s’il met un peu de temps à se mettre en place, une fois lancé, impossible de l’arrêter. On ira presque jusqu’à dire que c’est épique, tant c’est un délire en son genre.

Puis « Le Blob« , c’est une générosité indirecte. C’est une générosité qui sent tellement bon les années 80 avec cette façon presque unique qu’ont les films de vieillir. L’ambiance terrible est rehaussée avec tous ces looks, ces idées, cette BO et ces morceaux choisis, un peu comme un best of de ce que l’on adore des années 80.

« Le Blob« , c’est des cadrages osés, des effets spéciaux et des incrustés qui se voient, mais ne font pas dans le nanar. Puis ses acteurs sont magiques, aussi bons que décalés et parfois mauvais. Mais comme chacun y croit, il se dégage une vraie sincérité qui nous fait apprécier même les jeux les plus approximatifs.

Bref, « Le Blob » est donc un bon délire made in 80. C’est le genre de film devant lequel on passe un excellent moment entre potes. Tout comme, il donne aussi envie de s’arrêter sur son film original, histoire d’être au top.

Note : 13,5/20

Image de prévisualisation YouTube

Par Cinéted

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Facebook : Lavisqteam.fr – Contact: lavisqteam@laposte.net