Ironflame – Lightning Strikes the Crown

Avis :

Le Power Métal est un genre qui s’est largement répandu après l’avènement de DragonForce grâce au jeu Guitar Hero. Il faut dire que le jeu fut un véritable tremplin pour le groupe cosmopolite, notamment grâce au titre Throught the Fire and Flames, qui était quasiment injouable. Cependant, après ce succès largement mérité pour le groupe (comme pour le jeu), le Power Metal s’est largement démocratisé et d’autres groupes ont senti leur moment venir. Principalement européen, et même scandinave, le Power Metal fait tout de même son petit bonhomme de chemin outre-Atlantique et certains groupes tentent une percée. Pour le cas de Ironflame, c’est différent, puisqu’il né sous l’impulsion de Andrew D’Cagna, chanteur du groupe de métal Brimstone Coven. Pour créer sa nouvelle formation, il fait alors appel à d’autres musiciens de divers groupes (Coldfells, Necromancing the Stone, Leather Leone) et va changer le line-up au fur et à mesure des morceaux de l’album. Un pari risqué, qui aura bien du mal à exister sur scène, mais qui a le mérite d’être novateur et peut permettre de changer de style à chaque titre. Lightning Strikes the Crown est donc le premier album du groupe et le premier mot qui vient en tête après plusieurs écoutes c’est : réussite.

Le skeud débute avec Firestorm qui est un titre assez commun pour les habitués du genre. Le rythme est rapide, les riffs sont épiques et dans son ensemble, le morceau donne une forte envie de bouger son corps et d’aller guerroyer auprès d’une horde de chevaliers en armure. La voix du chanteur, absolument parfaite, permet au morceau de prendre de l’ampleur et donc d’offrir un titre de grande qualité. Même le solo de guitare est complètement réussi. Avec Marching On, le groupe s’affirme complètement et donne un morceau fort plaisant, encore plus épique que le premier malgré des riffs plus lents. Le refrain est plus catchy et au fur et à mesure des écoutes, le titre prend une réelle envergure. Avec The Gorgon, le groupe virevolte entre deux genres assez différents mais pourtant très proches, à savoir le Power donc, et le Heavy. Le titre est encore une fois très réussi et Ironflame peut se vanter d’être un jeune groupe talentueux avec beaucoup d’idées et d’énergie. Encore une fois, la voix du chanteur est parfaite sur ce genre d’exercice et le morceau est relativement bon. Mais l’un des meilleurs titres arrive en quatrième position, puisqu’il s’agit de Heavy Metal Warriors. Le morceau est très accrocheur dès le départ et il ne va pas nous lâcher durant les cinq minutes qu’il dure. C’est rapide, puissant, mais surtout, le refrain rentre immédiatement en tête et donne une forte envie de se lever et de pogoter dans tous les sens. Sans parler du solo d’une technique à tomber par terre.

La seconde moitié de l’album sera du même acabit, c’est-à-dire d’une grande qualité. Eternal Night est un titre assez classique, mais qui s’avère très efficace, notamment dans la rythmique imposée par les grattes, et même si le titre peut paraître plus face par rapport aux autres, il n’en demeure pas moins un morceau énergique et plein de générosité. Quant à Fallen Glory, la chanson est beaucoup plus rêche que les autres, dans le sens où elle est plus rude, plus lourde dans les riffs et propose donc une autre ambiance, moins joyeuse, plus tendue et le groupe excelle là-aussi, même si quelques grognements de la part du chanteur auraient apporté un petit quelque chose en plus. What We’ve Sown est un titre plus lent, mais qui renoue avec l’aspect Power et qui donne plus d’importance au solo que l’on peut entendre vers la fin. Enfin, Shadow Queen est typiquement le genre de titre que l’on aime entendre dans le genre, à savoir quelque chose d’épique, qui emporte son auditoire et qui donne une furieuse envie de combattre. Brassant des paroles guerrières, le titre est parfait comme conclusion. En fait, le seul gros défaut de cet album, c’est qu’il ne dépasse pas les quarante minutes et de ce fait, il manque peut-être une pièce ou deux pour gagner en poids. On peut aussi trouver une légère redondance dans les rythmiques, mais le groupe offre tellement de richesse technique, qu’il faudrait être de mauvaise foi pour ne pas voir toute la générosité du groupe et cette volonté de proposer quelque chose de qualité.

Au final, Lightning Strikes the Crown, le premier album de Ironflame, est une belle réussite et c’est même une grosse surprise provenant d’un tout premier album. Le groupe américain originaire de Washington propose un skeud énergique, mélodique, mais aussi et surtout accrocheur et cohérent avec l’univers qu’il explore. Le plus étonnant dans tout ça, c’est que cet album n’a quasiment aucune faille (hormis sa courte durée) et que pour un premier jet, c’est assez percutant. Bref, un album qui passe un peu trop inaperçu et c’est bien dommage.

  1. Firestorm
  2. Marching On
  3. The Gorgon
  4. Heavy Metal Warriors
  5. Eternal Night
  6. Fallen Glory
  7. What We’ve Sown
  8. Shadow Queen

Note : 17/20

Image de prévisualisation YouTube

Par AqME

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Facebook : Lavisqteam.fr – Contact: lavisqteam@laposte.net