décembre 4, 2020

Colossal

De : Nacho Vigalondo

Avec Anne Hathaway, Jason Sudeikis, Dan Stevens, Tim Blake Nelson

Année: 2017

Pays: Espagne, Canada

Genre: Fantastique, Comédie

Résumé :

Gloria est une jeune new-yorkaise sans histoire. Mais lorsqu’elle perd son travail et que son fiancé la quitte, elle est forcée de retourner dans sa ville natale où elle retrouve Oscar, un ami d’enfance. Au même moment, à Séoul, une créature gigantesque détruit la ville, Gloria découvre que ses actes sont étrangement connectés à cette créature. Tout devient hors de contrôle, et Gloria va devoir comprendre comment sa petite existence peut avoir un effet si colossal à l’autre bout du monde…

Avis :

À quarante ans, Nacho Vigalondo, réalisateur espagnol, compte quatre longs-métrages derrière lui, plusieurs films collaboratifs, et même une nomination à l’Oscar du meilleur court-métrage. Baignant dans le cinéma de genre, le réalisateur s’est quelque peu exilé aux Etats-Unis pour ses derniers projets.

Après un film avec Elijah Wood et Sasha Grey, (« Open Windows« ), sorti directement en VOD en 2014, Nacho Vigalondo revient cette année avec l’un des films les plus étonnants et barrés de l’année, « Colossal« , et autant dire que le projet porte très bien son nom. Joli coup de cœur, le dernier ovni du réalisateur espagnol est un ouragan de fraîcheur et d’humour, tout en n’oubliant pas d’avoir un fond et surtout un côté touchant, grâce à une histoire plus profonde qu’elle n’en a l’air.

Bref, même si le film n’a pas que des qualités non plus, il ne méritait certainement pas un E-Cinéma, car pour avoir eu la chance de l’avoir découvert en salle, « Colossal » a de la gueule et vaut carrément le détour.

Gloria est une jeune femme dont la vie part totalement en vrille. Au chômage depuis un certain temps, ayant un penchant plus que prononcé pour la bouteille, Gloria dérive lentement et tristement. Un matin, alors qu’elle rentre de beuverie, son copain, malgré l’amour, ne supporte plus son état et finit par lui demander de partir.

Gloria rentre donc dans la maison familiale. Enfin les parents n’y habitent plus et la maison est vide, presque abandonnée. Et alors qu’elle croyait avoir touché le fond, Gloria va découvrir quelque chose de totalement improbable. À des kilomètres d’elle, tous les jours à 08h05, un kaiju attaque la ville de Séoul et il se pourrait bien que Gloria puisse contrôler ce monstre…

« Colossal » est donc l’une des surprises de l’été 2017. Avec son pitch à la limite de l’ubuesque, Nacho Vigalondo arrive à faire un film qui en plus de fonctionner, se trouve être drôle, étonnant, imprévisible et surtout touchant.

Bourré d’originalité et d’audace, le réalisateur espagnol nous entraîne donc dans une séance pour le moins unique. Une séance qui va s’amuser à mélanger les genres. Comédie, fantastique, « Transformers« , qui tire sur le film d’horreur parfois, pour finalement offrir un drame qu’on n’attendait absolument pas.

Partant au départ sur les routes de la comédie romantique avec une pointe de fantastique, Nacho Vigalondo va prendre le temps de nous exposer son héroïne et ce qui fait son drame. Si le film dégage d’emblée énormément de charme, notamment grâce à une Anne Hathaway plus qu’attachante et pétillante, on pourra toutefois reprocher à son réalisateur une ouverture un peu molle et il faut un certain temps à « Colossal » pour se mettre vraiment en place. Mais une fois lancé, alors « Colossal » devient un objet génial et jouissif qui porte à la perfection son nom. Intelligent, pensé, réfléchi et pertinent, Nacho Vigalondo nous entraîne dans une histoire aussi folle qu’elle est d’une grande tristesse. « Colossal« , derrière le grand délire (qui tient bien la route), le plus fascinant, que dis-je, le plus passionnant, va être quand le réalisateur s’intéresse à ces deux personnages et ce qui les lies. Et avec ces personnages tous très touchants, Nacho Vigalondo aborde la solitude de l’homme et l’envie d’une vie meilleure et jusqu’où l’on est prêt à aller pour se rendre intéressant aux yeux des autres. Dès lors, même si le côté fantastique et la dérision folle vont toujours être présents, « Colossal » va bel et bien être un très beau drame. Un drame qui allie très bien folie et justesse et qui en prime, restera fun jusqu’à la dernière image et ne tirera pas dans le larmoyant. Nacho Vigalondo mesure son film, et se fait même de belles envolées avec des idées de mise en scène qui suggèrent plus qu’elles ne montrent et c’est assez percutant. Le film détient certaines scènes qu’on n’a vraiment pas envie d’oublier. Nacho Vigalondo offre donc pile ce qu’il faut et le résultat est vraiment très bien.

« Colossal » est aussi une belle réussite car il jouit d’excellents acteurs qui démontrent là un talent incroyable. Anne Hathaway est parfaite dans le rôle de la poivrote de service, qui se sait malade et qui aimerait bien changer.

Mais la vraie surprise, c’est bien Jason Sudeikis qui trouve là l’un de ses plus beaux rôles. L’acteur qu’on voit trop souvent dans de petites comédies, démontre ici un grand talent qu’on adorerait voir bien plus souvent. Tenant un rôle difficile, l’acteur s’aventure sur une palette d’émotions pleine de richesses. Il étonne et surtout, il se révèle être terriblement touchant. Bref, « Colossal » est une grande réussite pour lui.

« Colossal » est donc la preuve que le cinéma avec un petit budget sait se faire original et surprenant. Avec ce film, Nacho Vigalondo nous offre un ovni, aussi rafraîchissant qu’il est touchant et des objets de cette qualité, on adorerait en voir plus et finalement, on quitte la séance avec deux regrets. Que le réalisateur n’est pas poussé encore plus son film et surtout que le dit film ne sorte pas en salle, car il y a toute sa place.

Note : 15,5/20

Image de prévisualisation YouTube

Par Cinéted

AqME

Amateur d'horreur, Métalleux dans l'âme, je succombe facilement à des images de chatons.

Voir tous les articles de AqME →

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.