Final Touch

cover_space-cowboys

Auteur : Mike Elliott

Joueurs : 2 à 4

Durée : 20 min

 

But du jeu : être le premier à obtenir 25 dollars grâce aux peintures que l’on obtient ou que l’on nous laisse.

 

Règles du jeu :

 

Dans Final Touch, nous incarnons un artiste peintre, faussaire de son état, qui va devoir modifier des toiles pour gagner de l’argent. Les toiles à modifier comportent plusieurs symboles correspondant aux cartes que l’on a en main, chaque joueur en ayant cinq. Chaque symbole est associé à une seule couleur, vert, bleu, marron, jaune ou rose.

 

A son tour, le joueur actif doit choisir parmi deux options : améliorer ou gribouiller.

 

Pour améliorer une œuvre, il suffit de jouer autant de cartes que l’on veut de notre main correspondant aux symboles. Exemple, telle peinture a besoin de 3 jaune 4 vert 1 bleu pour être améliorée, je peux donc jouer autant de cartes que je veux qui rentrent dans ce motif. Si j’ai en main 2 jaune 1 marron 2 bleu, je peux jouer jusqu’à 2 jaune et 1 bleu. En effet, le deuxième bleu étant excédentaire, il ne rentre pas dans le cadre de l’amélioration.

 

Pour gribouiller une œuvre, il faut jouer une carte et une seule, soit dans une couleur qui n’apparaît pas sur la toile, soit dans une couleur dont le quota est déjà atteint. Dans l’exemple précédent, soit 1 marron soit 1 bleu pourvu que le bleu précédent ait déjà été joué.

 

Une fois qu’un joueur a choisi son option, il pioche jusqu’à avoir 5 cartes en main, et c’est au joueur suivant de choisir.

final-touch-2

Si une œuvre est améliorée en entier, que donc tous les symboles ont été fournis, le joueur ayant complété la peinture retourne cette dernière côté verso et gagne les points indiqués, correspondant aux dollars que lui rapportera la vente. Si une œuvre est gribouillée trois fois, alors le joueur dont c’est le tour la donne à son adversaire, qui ne marque que les points qu’elle vaut côté recto, soit deux fois moins que le verso. Dans tous les cas une nouvelle toile est piochée et mise entre les joueurs et la partie continue, commençant par celui ayant mis fin à la manche précédente.

Et ainsi de suite jusqu’à ce que l’un d’entre eux atteigne 25 dollars. A noter qu’à 2, les protagonistes s’affrontent simplement, à 4, deux équipes de deux joueurs tentent de l’emporter sur l’autre, mais à 3 c’est assez différent. Lorsque vous gribouillez une toile, vos deux adversaires obtiennent tous les points côté recto de la peinture.

Avis :

L’éditeur de Final Touch, Space Buddies, est la branche de jeux d’ambiance de Space Cowboys, un éditeur très connu pour avoir sorti le désormais célébrissime Splendor, l’excellent Elysium et l’original coopératif  T.I.M.E. Stories, qui a été nominé aux As d’Or 2016 dans la catégorie Jeu Expert. Du coup, le côté Ambiance se ressent fortement. Les règles sont très simples et les parties plutôt rapides, environ 20 minutes, voire moins. Et finalement n’est-ce pas tout ce qu’on lui demande ?

La mécanique ne casse pas trois pattes à un canard mais c’est voulu. En effet, l’auteur est un vétéran ayant fait ses preuves depuis de nombreuses années, participant à l’élaboration de nombreuses extensions du cultissime Magic : l’Assemblée, co-inventant une mécanique originale basée sur les dés avec Quarriors… Même si son nom n’est pas très connu en France, il a un sacré palmarès. Pour autant, est-ce suffisant pour justifier qu’il se « relâche » un peu ? Eh bien… Pas forcément.

Final Touch est assez décevant par plusieurs aspects. Au rang des points positifs, c’est très coloré et vif. Des saynètes amusantes représentent les protagonistes en train de se battre sur le recto des peintures et les tableaux du jeu sont tous des chefs-d’œuvre plus ou moins connus mais redessinés selon le style graphique de l’illustrateur avec des petites modifications les rendant amusantes (La Persistance de la Mémoire de Dali avec le Lapin Blanc d’Alice, Adam jouant au janken contre Dieu dans La Création d’Adam de Michel Ange, etc…). Mais le thème est finalement assez secondaire. En effet, il serait possible de transposer la peinture à la plupart d’autres univers et le monde de la peinture n’est pas forcément très accrocheur. Beaucoup de joueurs ont du mal à s’immerger dans un jeu si la forme ne leur plaît pas.

Et qu’en est-il du fond ? Du fait de cette mécanique assez simpliste, le jeu pourra ravir ceux qui n’ont pas l’habitude de jouer mais ennuiera les habitués qui ne trouveront que très peu d’intérêt. Le titre manque de subtilité et même si c’est le but, c’est un peu dommage.

Final Touch est donc plutôt destiné à un public novice en matière de jeux, ou aux enfants. Les autres trouveront qu’il n’est pas mauvais mais pas bon non plus.

Note : 12/20

Par Flippy Who

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Facebook : Lavisqteam.fr – Contact: lavisqteam@laposte.net