Mirrors 2

mirrors-2-affiche_344296_19889

De : Victor Garcia

Avec Nick Stahl, Emmanuelle Vaugier, Evan Jones, William Katt

Année : 2010

Pays : Etats-Unis

Genre : Horreur

Résumé :

Quand Max, qui se remet peu à peu d’un accident traumatisant, est engagé comme gardien de nuit dans un centre commercial, il commence à voir dans les miroirs du magasin le reflet d’une mystérieuse jeune femme.

Avis :

Quand une suite sort directement en format vidéo, c’est rarement une bonne nouvelle. Il suffit de voir chez Disney, à l’époque ou Le Roi Lion, La Petit Sirène ou encore Rox et Rouky avait des suites, elles étaient données à des réalisateurs de seconde zone et destinées à un marché plus underground pour les fans hardcore. Cependant, la qualité n’était pas au rendez-vous et à chaque fois, c’est un fait avéré. Bien entendu, cette règle s’applique facilement avec Mirrors 2, qui se veut être une suite au film d’Alexandre Aja, mais qui ressemble plus à un spin-off ou à une œuvre mercantile surfant sur le succès du premier film qui avait eu les honneurs d’une sortie en salles. Et ce n’est pas avec ce film que l’exception confirmera la règle, puisque c’est non seulement moins bien que le premier film, mais c’est aussi pas bien du tout, dans son ensemble.

640full-mirrors-2-screenshot

Il faut dire que le scénariste est assez peu inspiré. On délocalise l’histoire dans un nouveau magasin qui récupère le grand miroir du premier, on prend un homme brisé suite à un accident de voiture, puis on remet un esprit dans le miroir qui souhaite quelque chose et pour se faire entendre, elle fait des horreurs aux gens. Rien de bien mirobolant, mais surtout, l’unique lien avec le premier vient du miroir. C’est un peu léger et on sent vraiment que c’est juste une note d’intention afin de faire un film facilement. Seulement, il ne suffit de reprendre un premier concept pour faire un bon film et le point fort du film d’Alexandre Aja résidait dans une ambiance délétère, craspec et dérangeante. Et le lieu y faisait beaucoup avec ses mannequins brûlés et l’état de délabrement du grand magasin. Hors, dans cette suite, le réalisateur Victor Garcia (qui depuis a réalisé le dernier opus des Hellraiser) a choisi un magasin tout neuf, tout propre, ce qui gâche complètement la mise en scène et surtout l’ambiance si prégnante et chère au premier métrage.

Mais en plus, le film ne peut pas se reposer sur son intrigue ou son scénario. Reprenant les tenants et les aboutissants du premier, on se doute bien que la personne dans le miroir souhaite quelque chose et que son seul interlocuteur sera le gardien de nuit auquel elle montre des choses horribles. Il y a une certaine incohérence dans ces passages qui ne collent pas entre ce que montre le fantôme (même s’il est revanchard) et sa volonté d’appeler à l’aide. Mais au-delà du scénario très léger et dont on devinera très rapidement la résolution, le problème vient des personnages qui seront des clichés sur pattes. Tout le monde est détestable, à l’exception de ce pauvre héros malgré lui, brisé à cause de la pire demande en mariage de la télé. Du coup, les acteurs en font des caisses et le réalisateur perd complètement ce qui fait le charme d’un film d’horreur, l’attachement aux personnages. Finalement, on se fout de ce qui arrive à tous ces salopards et le film loupe de le coche de faire peur ou de se rendre un tant soit peu intéressant dans son intrigue. Et mettre de l’humour là-dedans rajoutera une plus-value dans la médiocrité avec deux inspecteurs de police incompétents.

Alors sur quoi peut-on se rattraper si l’ambiance est absente et si tous les personnages sont inintéressants ? Il semblerait que Victor Garcia mette un point d’honneur sur le côté gore de son film. Alors qu’Alexandre Aja, pourtant rompu au genre avec La Colline a des Yeux, jouait à fond sur la suggestion et mettait de simples pointes de gore, le réalisateur espagnol rentre tête baissée dans l’aspect dégueulasse des meurtres. Et on en aura pour notre argent avec un homme défiguré à cause de bouts de verre, une décapitation dans une douche après un nu intégrale, une éventration à petit feu avec de longs intestins, bref, beaucoup de joyeusetés pour pigmenter un film qui en avait bien besoin. Seulement, encore une fois, ce gore ne sert strictement à rien et n’apporte rien à l’histoire si ce n’est de montrer la colère du fantôme envers ces personnages. Alors certains moments sont bien faits et ont l’avantage de faire passer le temps, mais il n’y a rien d’extraordinaire là aussi, notamment à cause d’effets spéciaux dépassés et flagrants. On préfèrera largement un passage tout simple où le miroir joue avec la réflexion de la lumière pour donner une identité.

mirrors-2-videos-5236fd229a384

Au final, Mirrors 2 est une suite abjecte et complètement inutile qui résonne plus comme un outil marketing pour surfer sur un premier succès horrifique. Il en résulte un film bas de gamme, d’une finalité débile et avec des acteurs de seconde zone qui ne semble pas quoi faire pour se rendre intéressant. Bref, un film à éviter qui en plus, ne trouve pas de lien avec le premier, n’y faisant quasiment aucune référence, montrant que ce film n’est qu’un geste opportuniste pour faire du blé auprès des fans.

Note : 05/20

Image de prévisualisation YouTube

Par AqME

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Facebook : Lavisqteam.fr – Contact: lavisqteam@laposte.net