décembre 5, 2020

Boardwalk Empire Saison 2

12516176_1256949017651838_968615415_n

D’Après une Idée de : Terence Winter

Avec Steve Buscemi, Kelly MacDonald, Michael Shannon, Vincent Piazza

Pays: Etats-Unis

Genre: Drame, Historique

Nombre d’Episodes : 12

Résumé :

La chronique sombre et violente du développement d’Atlantic City dans les années 20, lors de l’émergence des premiers casinos dans un climat de Prohibition, qui donnera naissance à la Pègre. Nucky Thompson, le trésorier du parti Républicain -qui dirige la ville- est en réalité celui qui tire toutes les ficelles et qui joue sur plus d’un tableau à la fois pour arriver à ses fins. Argent sale et corruption sont au rendez-vous, en passant par Chicago et New York…

Avis :

Après de bonnes audiences, une belle promo et surtout une première saison de qualité, il était normal que la série de Terence Winter, produite par Martin Scorsese, voit une deuxième saison.

Série flamboyante, la première saison n’avait fait qu’installer les bases en présentant magnifiquement ses personnages et les relations, comme les conflits qu’ils vont entretenir entre eux. La première saison s’était terminée en beauté sur l’élection truquée du nouveau Maire d’Atlantic city. Les scénaristes avaient éveillé ma curiosité et j’avais très hâte de savoir sa suite, et le devenir de certain de ces personnages qui m’ont été présentés de manière si juste. C’est donc sans aucune crainte que je me suis plongé dans cette deuxième saison et c’est avec tout autant de plaisir que je me suis avalé les douze épisodes d’une cinquantaine de minutes chacun et cette deuxième saison confirme bien le statut de grande série auquel peut prétendre sans hésitation « Boardwalk Empire« .

12596294_1256949124318494_1007457808_n

Nucky est mis à rude épreuve, car son autorité va être ébranlée par ses plus proches collaborateurs. C’est donc sur plusieurs fronts que le trésorier d’Atlantic City va être obligé de faire face. Nucky va devoir choisir prudemment ses proches et alors qu’il va être au plus bas, il va recevoir l’aide de la dernière personne à laquelle il aurait pensé.

Si la première saison installait les bases, elle laissait aussi imaginer ce que pourrait donner la suite, une fois que l’on serait au cœur du conflit. Et les rêveries de grandes saisons étaient fondées, car avec cette nouvelle saison « Boardwalk Empire » assombrit le ton et va être une série plus traitre et violente et cela dès le premier épisode avec une attaque diabolique et totalement gratuite du Ku Klux Klan.

Plus détaillée et plus sournoise aussi, cette saison deux nous réserve de tristes surprises. Traîtrises, retournements de situation, meurtres, complots et conflits vont être de la partie et les différents scénaristes vont nous donner pile ce que l’on est venu chercher. Cette deuxième saison a aussi un côté plus touchant et humain, dans le sens où c’est la chute d’un maître qui se retrouve trahi de tous les côtés ou presque et comme le personnage de Nucky est très attachant, très complexe, malgré le fait qu’il soit une sacrée ordure, on est très touché par ce qui lui arrive et l’on a l’envie qu’il s’en sorte. La série joue très bien sûr ce côté-là. Et c’est passionnant de le voir se révéler, et tenir tête, partir « au front » pour démontrer qu’il est bien le patron à Atlantic City.

Le fil rouge est donc passionnant, mais « Boardwalk Empire » pousse le jeu plus loin, puisqu’elle est aussi passionnante entre ses lignes. Abordant de plein fouet les années 20, elle continue la peinture qu’elle avait commencée dans la première saison. Racisme et féminisme sont de rigueur. La série abordera le destin, les blessures de guerre liées à la Première Guerre Mondiale ou encore l’autorité et le poids de la famille. Bref, « Boardwalk Empire » est une série très riche qui est de plus en plus convaincante dans les sujets qu’elle aborde.

D’une grande beauté esthétique, cette deuxième saison reste toute aussi belle et immersive que la première saison. Décors grandioses, costumes magnifiques, chaque épisode est un petit moment excitant qui, mit bout à bout, donne une grande saison, qui, on l’espère, donnera naissance à une grande série (à savoir qu’elle détient cinq saisons et qu’elle est aujourd’hui achevée). Puis chaque épisode a son importance pour l’intrigue, on ne trouve pas de longueur, tout est fluide et au final, même en se limitant pour faire durer le suspense, comme la saison est bien faite, elle pousse à toujours vouloir savoir la suite et elle finit par se manger rapidement et nous emporter vers un final des plus marquants et surprenants.

Comme toute nouvelle saison, c’est avec plaisir qu’on retrouve nos personnages et nos acteurs. Steve Buscemi est décidément génial dans le rôle de Nucky Thompson. Kelly Macdonald prend de l’ampleur, ce qui est loin d’être déplaisant, tout comme le personnage joué par Michael K. Williams. Gretchen Mol est de plus en plus fausse, ce qui est terrible, car on ne sait pas trop quoi penser d’elle. Elle est un peu l’énigme fascinante et passionnante de la série.

Qui dit nouvelle saison, dit aussi de nouveaux personnages, et même si la série en accueille pas mal, on s’arrêtera sur Julianne Nicholson qui joue un procureur qui apporte énormément à l’intrigue. On accueille aussi Charlie Cox qui joue un homme de main aux méthodes radicales. Puis on appréciera William Forsythe qui fait peu d’apparitions, mais toujours remarquées.

12788127_1256949050985168_2057546716_n

Cette deuxième saison s’aligne sur la première tout en l’élevant d’un cran. Plus complexe, plus sombre et haineuse, cette deuxième saison de « Boardwalk Empire » est donc une réussite qui démontre que pour l’instant, on a à faire à une grande série. En espérant qu’elle ne fasse qu’aller crescendo vers les sommets jusqu’à sa saison cinq.

Note : 18/20

Image de prévisualisation YouTube

Par Cinéted

AqME

Amateur d'horreur, Métalleux dans l'âme, je succombe facilement à des images de chatons.

Voir tous les articles de AqME →

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.