octobre 26, 2020

Prête à Tout

12736378_1245434088803331_987793267_n

Titre Original : To Die For

De : Gus Van Sant

Avec Nicole Kidman, Joaquin Phoenix, Matt Dillon, Casey Affleck

Année : 1995

Pays : Angleterre, Etats-Unis

Genre : Policier

Résumé :

La jeune et séduisante Suzanne Stone est prête à tout pour réaliser son rêve : devenir une présentatrice vedette à la télévision. Elle a épousé Larry, qui l’aime sincèrement, avant tout pour pouvoir vivre confortablement grâce à la fortune de sa belle-famille. Quand ce dernier émet l’envie d’avoir des enfants, Suzanne décide de se débarrasser de lui. Pour arriver à ses fins, elle séduit un jeune garçon dérangé, Jimmy, et le charge de tuer son époux avec l’aide de deux de ses amis…

Avis :

Au moment où Gus Van Sant sort « Prête à tout« , il fête ses dix ans de carrière et ce nouveau film porté par Nicole Kidman est son cinquième. Ce film fait suite à l’échec que fut son précédent, « Even Cowgirls Get the Blues« , sorti deux ans plus tôt et qui suivait le parcours d’Uma Thurman affublée d’une malformation d’un de ses pouces et se livrait à une passion, l’auto-stop.

Si « Even Cowgirls Get the Blues » fut un échec (à tort, car le film n’est pas si mal que ça), ce « Prête à tout » remonta quelque peu la côte de son réalisateur avant d’exploser avec l’Oscarisé « Will Hunting« . Porté par une Nicole Kidman en psychopathe de la relation, obsédée que par sa propre réussite, Gus Van Sant livre un film critique sur l’apparence, l’image qu’on véhicule et sur l’importance de « l’american dream ». Cynique et corrosif, « Prête à tout » est sûrement l’un des films les plus satiriques de son réalisateur.

12714247_1245434112136662_345491132_n

Suzanne Stone est belle, ambitieuse et prête à tout pour atteindre le but qu’elle s’est fixée dans la vie, devenir une grande journaliste de télévision. Suzanne a épousé Larry, un jeune homme élégant qui était batteur dans un pseudo groupe de rock du coin. Si elle éprouve quelques sentiments pour lui, c’est plus pour le confort qu’elle a fait ce choix, car Larry vient d’une famille quelque peu aisée et grâce à cette situation, Suzanne sait qu’elle pourra continuer à postuler comme elle le veut, sans être obligée de vivre de petits boulots. Un jour, à force de volonté, elle est engagée comme assistante pour une petite chaîne locale. Très vite, Suzanne s’impose et gravite les échelons et finit même par présenter la météo. Elle peut donc espérer à plus et cette chaîne n’est que le début d’une future grande carrière, mais le jour où son mari lui parle d’enfants et d’enfin fonder une famille, Suzanne se trouve confrontée à un problème. Un problème qu’il faut régler…

Construit comme un docu-fiction, Gus Van Sant nous livre au premier abord ce qui semble être une comédie, mais qui, si l’on cherche plus loin (et l’on ne va pas chercher bien longtemps) s’avère être un vrai drame et une amère critique de la société américaine. Une critique virulente, cynique et tristement effrayante de par son réalisme dans son propos. Le personnage qu’incarne Nicole Kidman dit « – qu’on est personne si l’on ne passe pas à la télévision » et cette phrase illustre très bien ce film. Le réalisateur dénonçant ainsi le pouvoir et la fascination qu’a la télévision sur certaines personnes.

Parfaitement raconté, « Prête à tout » est un film devant lequel on prend un malin plaisir à suivre et détester cette femme prête à n’importe quoi pour être mise en avant. Froide, arrogante, obsédée, arriviste, manipulatrice, formatée, hypocrite, Suzanne a tout d’une psychopathe et l’intrigue qui va en découler est vraiment excellente. Portrait d’un personnage affligeant, le film de Gus Van Sant est une petite perle en son genre.

Brillamment écrit, le réalisateur offre un personnage des plus passionnants à suivre. Un personnage complexe qui sait d’où elle vient, qui elle est, et elle a un but à atteindre et ça, à n’importe quel prix, quitte à écraser ou se servir de tout et de tout le monde. Ce qui est bon, c’est que Gus Van Sant n’hésite pas à forcer le trait pour en faire ressortir sa critique. Le propos et les ambitions de Suzanne en disent long sur une certaine idée et façon de penser qui s’élève petit à petit, surtout à notre époque. Dans un sens, on peut même dire que le film de Gus Van Sant est en avance sur son temps, car ici, si le personnage veut absolument passer à la télé et devenir une grande journaliste, c’est plus pour être mise en lumière, être aimée, admirée et être finalement célèbre plus que pour l’amour d’un métier, et ça, même si elle le fait bien et y est dévouée. D’ailleurs, on pourrait même dire que si elle le fait bien ce métier, et qu’elle y est dévouée, ce n’est qu’un moyen de plus pour arriver sous le feu des projecteurs afin d’atteindre le but qu’elle s’est fixée depuis toujours.

Le côté dénonçant et caricatural que le réalisateur a choisi se fait aussi sentir dans sa mise en scène puisqu’il a décidé de faire dans le genre du docu-fiction. Son film sera donc un peu comme un reportage. Si l’on suit l’intrigue comme un vrai film, elle est entrecoupée de témoignages des parents de la victime, de sa sœur, des propres parents de Suzanne, d’adolescents ayant participé au meurtre et bien entendu Suzanne elle-même qui vend son histoire avec l’arrière-pensée que cette dernière la rendra célèbre. Ces différents témoignages donnent du relief à l’intrigue et au personnage, car ils sont assez différents des uns et des autres. La réalisation est plutôt bonne, car même si par moments on sent que le film retombe un peu, Gus Van Sant ne lâche pas son idée et l’assume jusqu’au bout offrant un final assez terrible.

Gus Van Sant a choisi Nicole Kidman, une petite actrice qui monte tout doucement depuis quelques années et son choix est payant, puisque l’actrice est tout simplement géniale dans le rôle. Suzanne Stone est surement l’un de ses premiers grands rôles et Kidman y brille à chaque instant. L’actrice ressemble à un robot, parle de façon très mécanique, fait de belles phrases toutes faites, et laisse entrevoir une vraie psychopathe en puissance à qui le mot « non » n’est pas envisageable. Aussi drôle que détestable et glaçante, elle est passionnante et n’a pas volée son Golden Globe. Pour l’entourer, Gus Van Sant a réuni un casting alléchant et étonnant. On retrouve de jeunes premiers comme Joaquin Phoenix et Casey Affleck. Le réalisateur collabore pour la seconde fois avec Matt Dillon.

12746015_1245434278803312_1200604615_n

Malgré quelques petits défauts et autres temps morts, « Prête à tout » est un excellent cru de Gus Van Sant. Une mise en scène inspirée, une actrice possédée, une intrigue terrible, et surtout une critique magnifiquement cynique… À bien des arguments, on peut même dire que « Prête à tout » est l’un des meilleurs de son réalisateur. C’est donc un bon film à découvrir. Et petit plus, le film est accompagné par une belle BO, tout aussi cynique, signée Danny Elfman.

Note : 15,5/20

Image de prévisualisation YouTube

Par Cinéted

AqME

Amateur d'horreur, Métalleux dans l'âme, je succombe facilement à des images de chatons.

Voir tous les articles de AqME →

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.