octobre 26, 2020

La Vengeance dans le Corps – Tout ça pour Rein

12301608_431708797022784_6825228686251777734_n

Titre Original : Pound of Flesh

De : Ernie Barbarash

Avec Jean-Claude Van Damme, Darren Shahlavi, John Ralston, Aki Aleong

Année : 2015

Pays : Canada

Genre : Action, Thriller

Résumé :

Arrivé aux Philippines pour donner un de ses reins à sa nièce mourante, Deacon se réveille la veille de l’opération et découvre qu’il est victime d’un réseau de trafic d’organes…

Avis :

Le Canada est plus un pays réputé pour sa tolérance et son sirop d’érable que pour son cinéma. Complètement phagocyté par les Etats-Unis, il est difficile de sortir des films au sein même de ses frontières. Néanmoins, quelques petits thrillers ont réussi à passer les mailles du filet et on peut compter sur des films comme 5150 Rue des Ormes ou encore Les 7 Jours du Talion. Il y a aussi Vincenzo Natali qui est un réalisateur très doué mais souvent boudé, à cause de choix esthétiques épurés et souvent judicieux, en atteste la petit bombe qu’était Cube. Et en parlant de cette franchise, il ne faut pas oublier que le dernier épisode de Cube, soit Cube Zero, est réalisé par Ernie Barbarash, qui signe aussi ce film qui nous intéresse et qui remet sur le devant de la scène Jean-Claude Van Damme, totalement disparu depuis son jubilatoire rôle de méchant dans Expendables 2. Et très sincèrement, on préfèrerait voir Jean-Claude dans d’autres films que cette misérable sortie DTV.

224433.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx

D’entrée de jeu, on sent qu’il y a un loup dans le film. La réalisation fait très téléfilm, il n’y a pas une ambiance de folie et la photographie est clairement dégueulasse. Mais le plaisir de voir un acteur comme Jean-Claude Van Damme mettre des roustes à des bad guys colorés avait de quoi redonner le sourire. Malheureusement, ce ne sera pas le cas, car le film est très mauvais du début à la fin. L’histoire déjà est d’une improbabilité incroyable. Le héros se fait voler un rein alors qu’il était venu exprès pour donner le sien à sa nièce. On est dans un film, cela ne fait aucun doute, il faut de grosses ficelles pour avoir une histoire intéressante, mais là, le quiproquo est vraiment trop gros et il manque clairement un liant, une raison pour que ce rein soit volé. Mais passons le postulat de départ qui reste assez fumeux pour se concentrer sur la suite du film, qui sera une enquête très molle avec beaucoup d’allusions à la religion.

Et c’est assez surprenant de voir autant de conneries déblatérées dans un film qui se veut à la frontière du thriller et de l’action. Tout d’abord parce que ça tombe comme un cheveu sur la soupe et ensuite parce que cela ne sert vraiment pas le propos du scénario. D’ailleurs, la plupart des réflexions amenées par le film prêtes à sourire et sont souvent mal placées. On aura bien du mal à trouver des qualités au film tant les enjeux dramatiques sont maigres et tant les dialogues sont lénifiants. Mais le pire, c’est que le film se prend très au sérieux alors qu’il affiche des plans d’une grande kitscherie. A titre d’exemple, on pourra voir Jean-Claude Van Damme faire un grand écart contre une voiture qui essaye de sortir de son emplacement de parking, le tout au ralenti. On flirte clairement entre le mauvais gout et le remplissage tant le métrage demeure vide de tout intérêt. Mais s’il faut parler en termes de réalisation, on frôle carrément l’arnaque. Tout le film pue le fond vert. Mais le fond vert sur des fonds qui auraient pu être naturels. Pourquoi mettre un fond de boîte de nuit en insertion ? Pourquoi les plans de voitures sont-ils tournés en studio ? Autant de questions qui ne trouveront pas de réponses et qui résonnent comme une insulte auprès du fan.

La Vengeance dans le Corps se fourvoie aussi dans les relations entre personnages. Jean-Claude Van Damme essaye d’être touchant dans ce film, se montrant plus vulnérable et surtout aimant auprès de son frère. Malheureusement, le jeu d’acteur n’est pas à la hauteur, poussant trop à la dramaturgie et n’ayant pas une relation d’égal à égal dans le métrage. En effet, John Ralston qui joue le frère est constamment en retrait et ne sert pas à grand-chose. Quant au méchant, il est ridicule et représente une caricature de ce que l’on peut voir dans les films d’action à faible budget des années 90. Le seul vrai point positif du film, c’est qu’Ernie Barbarash arrive plus ou moins à filmer les bastons et les gunfights sans surcoupures et de manière assez lisible. Une maigre consolation pour un film d’une qualité navrante.

225995.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx

Au final, La Vengeance dans le Corps est une arnaque pure et simple où même Jean-Claude Van Damme s’est fait piéger. D’une naïveté absolue sur son propos et amenant des réflexions douteuses sur les bienfaits de la religion (quelle belle connerie), le dernier métrage du belge laisse à désirer autant sur le fond que sur la forme et on se languit de revoir l’acteur en meilleure forme dans un vrai bon film. Parce que là, ce n’est clairement pas gagné !

Note : 03/20

Image de prévisualisation YouTube

Par AqME

AqME

Amateur d'horreur, Métalleux dans l'âme, je succombe facilement à des images de chatons.

Voir tous les articles de AqME →

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.