octobre 26, 2020

F.I.S.T.

12178189_1183518988328175_623486192_n

De : Norman Jewison

Avec Sylvester Stallone, Rod Steiger, Peter Boyle, Melinda Dillon

Année : 1978

Pays : Etats-Unis

Genre : Drame

Résumé :

En 1937, à Cleveland, Johnny Kovak et Abe Belkin, deux manutentionnaires, sont injustement licenciés et deviennent membres de la Fédération des Camionneurs. Johnny prend progressivement conscience de l’influence qu’il exerce sur les syndiqués. Mais, au cours d’une grève longue et difficile, afin de faire face aux milices patronales, il n’a d’autre choix que d’accepter l’aide du racketteur Vince Doyle et de ses complices…

Avis

S’il était le « petit » acteur qui montait peu à peu, c’est en 1977 que Stallone explose et se retrouve sous le feu des projecteurs avec le désormais classique « Rocky » qui fera de lui une légende. Le succès amenant une suite, l’acteur a trouvé le temps de passer sous l’œil du talentueux Norman Jewison pour un film quelque peu oublié dans la carrière de l’acteur et c’est dommage.

12179508_1183519011661506_1925200963_n

1937, Cleveland, Johnny Kovak et Abe Belkin sont deux manutentionnaires qui viennent de se faire injustement virer après une petite rébellion envers leur patron. Approché par des hommes, Johnny retrouve très vite du travail. Son nouveau job consiste à faire que les chauffeurs de camion de Cleveland se fassent syndicaliser, pour que l’injustice que Johnny et Abe ont subi finisse un jour par ne plus se reproduire. Très vite, Johnny va se rendre compte du poids de son influence et des changements qu’il peut apporter dans la vie de ces chauffeurs. Johnny va donc s’élever contre le patronat et ses abus et bâtir à force de conviction, l’un des syndicats les plus respectés d’Amérique, le « F.I.S.T ».

Avec « F.I.S.T« , Norman Jewison livre là un excellent film dont l’histoire se révèle être passionnante, très ambiguë, baignant dans l’envie d’autre chose, d’un « monde meilleur », mais aussi dans la corruption, la violence et la mafia. Le scénario se concentre sur les trente dernières années de la vie de Johnny Kovak, personnage fictif, mais très inspiré de Jimmy Hoffa, grand syndicaliste disparu mystérieusement en 1975. L’on suppose qu’il a été assassiné par la mafia, mais aucune preuve n’a jamais été trouvée. Avec ce film, Norman Jewison, comme à son habitude, en profite pour faire un constat de l’Amérique et dresser un portrait dur, peu flatteur, violent et cynique face à la naissance du syndicalisme. L’american Dream en prend un sacré coup, surtout dans plusieurs scènes de grève qui tournent mal. D’ailleurs, le film renvoie un peu à l’actualité avec l’affaire Air France et ses déboires.

Donc Norman Jewison a décidé de raconter cette histoire et il la raconte de fort belle manière. Des renvois injustifiés aux premières prises de conscience, des premières batailles aux premières victoires, « F.I.S.T. » est un film qui prend le temps de tout nous raconter en détail. Son scénario est fourni, cohérent, crédible, complexe et dresse un portrait formidable. Le réalisateur nuance tout, ici rien n’est tout blanc ou tout noir, son héros a ses qualités comme ses défauts, et c’est passionnant d’avoir un personnage aussi juste. Surtout que ce personnage est campé par un Sylvester Stallone bien loin de ses rôles habituels et l’acteur en est d’autant plus surprenant, convaincant et meilleur, il tient son rôle à la perfection sur plus de trente ans. En fait, dans la peau de Johnny Kovak, je crois bien que c’est l’un de ses rôles qui m’aura le plus marqué et touché et j’ai vraiment apprécié de le découvrir autrement. Stallone est soutenu par des acteurs de qualité, Norman Jewison ayant réuni un sacré beau casting. On retiendra particulièrement Rod Steiger, génial en sénateur soupçonneux. Ou David Huffman très touchant dans le rôle d’Abe, l’ami, le frère de toujours.

Avec « F.I.S.T. » on pourra aussi apprécier l’excellente reconstitution de chacune des époques que le réalisateur aborde. Alors pas si éloigné que ça des époques dans lesquelles son intrigue évolue, « F.I.S.T. » est aussi un vrai bon film de costume qui est un plaisir à regarder.

12188420_1183518998328174_127398119_n

« F.I.S.T. » est donc un excellent film trop peu connu et qui mériterait d’être mis plus souvent en valeur. Le seul petit défaut que j’aurais finalement à lui faire, c’est qu’il est un poil trop long. Se déroulant sur deux heures et demie, j’avais que Norman Jewison, malgré tous les bons éléments que détient son film, laisse parfois un peu retomber la pression et l’intérêt. Mais sinon, pour le reste, on a affaire à un drame quatre étoiles, un sujet fort et un acteur incroyable, un Sylvester Stallone dans un rôle différent.

Note : 17/20

Image de prévisualisation YouTube

Par Cinéted

AqME

Amateur d'horreur, Métalleux dans l'âme, je succombe facilement à des images de chatons.

Voir tous les articles de AqME →

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.