décembre 5, 2020

Le Sauvage

12177790_1183351498344924_405145438_n

De : Jean-Paul Rappeneau

Avec Catherine Deneuve, Yves Montand, Luigi Vannuchi, Tony Roberts

Année : 1975

Pays : France, Italie

Genre : Comédie

Résumé :

Las de la vanité parisienne, Martin, créateur de parfums, s’est exilé sur une île d’Amérique latine. Un jour qu’il est de passage à Caracas, sa nuit est troublée par l’irruption de Nelly, volcanique jeune femme fuyant son fiancée. Elle propose à Martin de lui vendre un Toulouse-Lautrec, emprunté à son patron, en guise de salaire s’il l’aide à rentrer en France. Celui-ci accepte. Soulagé, il regagne son île où il a la surprise de retrouver Nelly.

Avis :

À l’époque où Jean-Paul Rappeneau sort ce « Sauvage« , il fête ses dix ans de carrière et ce film est son troisième. Après avoir réuni un beau couple de cinéma avec Jean-Paul Belmondo et Marlène Jobert dans le sympathique « Les mariés de l’an deux« , il va réunir cette fois-ci l’immense Yves Montand et la magnifique Catherine Deneuve.

Nelly était sur le point d’épouser Vittori, mais à quelques jours du mariage, elle ne peut le faire. Elle décide de fuir une nuit, une fois que le futur époux est endormi. Une fois dans les rues, elle se prend une chambre d’hôtel, mais est très vite retrouvée par l’époux abandonné. Alors qu’elle essaie de lui échapper, elle va tomber sur Martin, bel homme, la quarantaine bien entamée. Martin a l’air gentil et il aide Nelly. Mais très vite, Martin va se rendre compte qu’aider Nelly n’est pas une mince affaire et qu’il va être très difficile de s’en débarrasser tant elle est envahissante et insouciante de ses actes.

12179112_1183351505011590_318115773_n

Je ne savais pas trop à quoi m’attendre et je me suis retrouvé devant une bonne comédie loufoque du grand Jean-Paul Rappeneau. En gros, c’est con, si on jette un œil approfondi sur l’intrigue, ça ne tient pas forcément la route, mais pourtant ça fonctionne bien et on en ressort avec la sensation d’avoir vu une très bonne comédie.

Avec « le sauvage« , Jean-Paul Rappeneau nous offre un bon film d’aventure, bourré de charme et de mordant, ainsi qu’un très bon duo d’acteurs en pleine forme. Ce qui est génial avec ce film, c’est que son scénario ne fonctionne qu’à moitié. Il peut facilement se diviser en deux, entre ce qui tient la route et ce qui est très gros pour que ça fonctionne, mais qu’on va prendre au troisième degré pour que ça passe. Et le pire dans l’histoire, c’est que ça passe. Ça passe principalement grâce à l’humour et l’absurde des situations. Le film fonctionne sur le principe d’un duo qui ne se supporte pas et c’est de ces réactions face aux différentes péripéties que le réalisateur va nous faire rire. Et franchement, on rit de bon cœur devant le regard consterné d’Yves Montand et devant l’égoïsme d’une Catherine Deneuve qui fait l’effet d’une bombe atomique dans la vie si paisible d’Yves Montand. Franchement, elle mérite, et de très loin, la palme d’or de la casse couille de service. Rarement, j’ai vu un personnage autant faire chier un autre et surtout être autant en dehors de la réalité. Et ce décalage donne lieu à des scènes incroyables d’égoïsme, bien souvent terminées par un « – Bah quoi, qu’est-ce qu’il y a ? ». Je me suis éclaté à suivre les différents rebondissements improbables que le film m’a donné. Certains, de par leur énormité et leur improbabilité m’ont même laissé bouche bée. Avec ce film, on appréciera aussi que l’intrigue ne se concentre pas que sur le personnage irrésistible de Deneuve. et c’est avec pas mal d’intelligence que le film, vers son milieu, nous fera aussi découvrir l’envers du décor pour le personnage d’Yves Montand, ce qui donne un côté assez triste à son histoire et son univers.

« Le sauvage« , en plus de son duo au top du top, est un film qui est bourré de charme. Tourné au Venezuela, Jean-Paul Rappeneau nous livre un film au décor magnifique, à l’ambiance chaude et lumineuse. Que ce soit en ville ou sur l’île de Montand, « Le sauvage » est un vrai plaisir à regarder. Jean-Paul Rappeneau a bien su saisir les différentes ambiances et jouer avec. « Le sauvage » jouit d’un rythme entraînant et une fois le film commencé, on peut dire qu’il ne s’arrête pas une minute, partagé entre le film d’aventure, d’action et la comédie. Tout est fait ici pour qu’on passe un moment sympathique et ça marche. Ça marche si bien qu’on se fiche bien de savoir si l’intrigue est crédible ou non, ce qui démontre que Rappeneau a bien réussi son film.

12188769_1183351531678254_1309820238_n

Franchement, c’est de la grande comédie, absurde, abusée, un peu folle, complètement débridée et finalement aussi romantique que convenue, mais ce n’est pas bien grave. Il était bon le temps où Jean-Paul Rappeneau savait vraiment nous amuser.

Note : 16/20

Image de prévisualisation YouTube

Par Cinéted

AqME

Amateur d'horreur, Métalleux dans l'âme, je succombe facilement à des images de chatons.

Voir tous les articles de AqME →

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.