Powerwolf – Blessed & Possessed – La Force du Loup

18532

Avis :

Groupe d’origine teutonne, Powerwolf fait partie de ces groupes relativement récents, mais qui ont eu un succès assez retentissant dans leur pays, mais aussi dans toute l’Europe. Et c’est une chose plutôt étonnante, puisque le groupe ne fait pas de la pop et encore moins de l’électro, mais bel et bien du power métal. Genre popularisé au milieu des années 90 par des groupes comme Gamma Ray ou encore Blind Guardian, ce style de métal a pour originalité d’être très rapide, d’avoir des chants proche du lyrique, de mettre en avant des claviers et autres orgues et surtout, d’axer ses paroles vers des histoires fantastiques, proche de l’Héroïc-Fantasy avec ce qu’il faut de guerriers velus et autres dragons à la gueule flamboyante. Et c’est pour cela que voir Powerwolf caracoler en tête des charts allemands lors de leur cinquième album est une surprise car c’est un genre peu populaire et ayant toujours mauvaise presse à cause de son inaccessibilité commerciale mais aussi de sa notoriété, certains reprochant au genre d’être satanique (au même titre que d’autres genres de métal me direz-vous !). Quoiqu’il en soit, en dix ans, et à raison d’un album tous les deux ans, Powerwolf est devenu une référence dans le genre et ce n’est pas Blessed & Possessed, le sixième skeud du groupe, qui va venir prouver le contraire.

Parce que ce qui définit Powerwolf, c’est son énergie et sa générosité. Alors certes, pas sur la durée, car le skeud est assez court, ne dépassant pas les 45 minutes sur onze titres, mais il émane de chaque chanson une envie de faire de la vraie musique, de faire quelque chose de porteur et dans lequel le groupe s’épanouit, et cet épanouissement nous renvoie come une lueur divine. Dès Blessed & Possessed, le premier titre de l’album, on sent une envie de bien faire, mais aussi et surtout de faire plaisir. Les riffs sont rapides, le chanteur possède un organe incroyable qui lui permet d’envoyer et de suivre une rythmique incroyable et qui plus est, le refrain est entêtant au possible. En fait, la véritable réussite du groupe, c’est d’avoir réussi à rendre le power métal accessible et non pas comme un genre à part dans le métal et fait pour les mecs aux cheveux longs portant des pendentifs à l’image de Game of Thrones. Car même si les paroles sont très accès sur la religion et les légendes (comme le loup-garou, le groupe ne porte pas ce nom par hasard), l’ensemble (rythmique, refrain, paroles, riff, mélodie) demeure très accessible et peut permettre aux néophyte de découvrir un nouveau genre de musique. A titre d’exemple, on peut citer Higher Than Heaven, qui est d’une rapidité déconcertante et qui est pourtant « grand public » ou encore We are the Wild et son solo qui rentre parfaitement dans le cadre du power tout en cheminant un sentier plus mainstream que la plupart des autres groupes de ce style.

345429powerwolfband2015638

Néanmoins, sur le skeud demeure très bon dans sa globalité, il n’est pas non plus exempt de défauts, et la principale chose que l’on peut lui reprocher, c’est qu’il peut paraître redondant. En effet, la double-pédale du batteur marche bien, vu qu’il ressort quasiment le même schéma sur chaque titre et chaque titre est basé sur la même structure, c’est-à-dire, une intro percutante, une rythmique endiablée, puis un refrain entêtant, avant de parvenir à une rupture qui peut-être un solo ou un passage plus calme avec des claviers. Du coup, pour celui qui n’est pas habitué à ce genre de musique, le skeud peut lui paraître répétitif, même si en réalité il n’en est rien, puisque le groupe joue sur plusieurs tempos tout en gardant une énergie débordante. Enfin, certains titres rentrent moins en tête que d’autres, à l’image de Christ & Combat ou encore Sanctus Dominus, la faute justement à cette sensation de répétition où l’on ne sait plus vraiment quelle chanson on n’écoute. Cela est contrebalancé par d’autres titres plus puissants comme Sacramental Sister ou encore l’excellent Armata Strigoi, dont le refrain rentre immédiatement en tête.

Au final, Blessed & Possessed, le dernier album de Powerwolf, reste une valeur sûre du power métal tant il brille par son énergie et sa volonté de fer à garder un schéma directif, certes répétitif, mais puissant et droit. On obtient ainsi un skeud rapide, technique, qui ne fait pas dans la demi-mesure et qui se veut direct, sans chichi pseudo grandiose qu’offrent généralement ce genre de groupes à base d’orgues surdimensionnés et d’effets de style lyrique intempestif. Un excellent cru 2015, ce qui n’est pas évident vu la cadence du groupe qui sort un album tous les deux ans.

  1. Blessed & Possessed
  2. Dead Until Dark
  3. Army of the Night
  4. Armata Strigoi
  5. We are the Wild
  6. Higher Than Heaven
  7. Christ & Combat
  8. Sanctus Dominus
  9. Sacramental Sister
  10. All You Can Bleed
  11. Let There Be Night

Note : 17/20

Image de prévisualisation YouTube

Par AqME

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Facebook : Lavisqteam.fr – Contact: lavisqteam@laposte.net