décembre 7, 2021

Associés Contre le Crime – Agatha Christie

9782253057703FS

Résumé :

Tommy et Tuppence  Beresford sont mariés depuis six ans. Tuppence s’ennuie et arrive à un moment clé de sa vie, celui où elle a envie de changement. Lorsque comme un cadeau tombé du ciel, on lui propose avec son époux de diriger une agence de détectives. Quoi de mieux pour rompre le train-train quotidien ? Les voilà lancés dans des aventures exaltantes (sept pour être précise) où ils devront faire face à des affaires diverses : telles que disparition, vol de bijou, espionnage et même meurtre… avec une mission particulière: guetter l’arrivée d’enveloppes bleues, timbrées de Russie provenant d’un marchand de jambon à la recherche de sa femme.

Avis :

Pour ma première critique littéraire, je voulais commencer par un livre de poche pour ne pas me compliquer la tâche.  Mais lequel choisir ? Et pourquoi ne pas découvrir un Agatha Christie, auteure pourtant bien connue puisqu’elle est considérée comme l’une des plus lue de l’histoire chez les Anglo-Saxons après William Shakespeare mais que je n’ai pour ma part jamais lue. Ce qui me fait pencher pour un livre ou un autre c’est la couverture, ici le fond noir avec un simple canapé d’où s’élève la fumée d’une cigarette me laisse présager de belles intrigues.

Dès les premières lignes, je suis assez surprise de la modernité de son écriture, moi qui m’attendais à un truc ringard, on en est loin. Un couple et ses aléas de la vie, ses disputes, ses envies de changement, d’aventures sans oublier les manifestations de reconnaissance.

Modernité n’est peut-être pas le mot juste en fait, on se rend bien compte que ce n’est pas un livre sorti récemment mais le ton est assez sympathique et il nous met dans une atmosphère qui nous permet de se laisser guider à travers ces histoires différentes mais qui ont en même temps le même but.

Les aspects plaisants y sont également présents, en voici deux exemples :

  • « Et c’est ainsi que Tommy et Tuppence se marièrent et qu’ils vécurent heureux à jamais, récita-t-elle. Et, six ans après, ils vivaient encore heureux à jamais… C’est incroyable ce que les choses peuvent être différentes de ce qu‘on attendait… »
  • « Espèce d’idiote congénitale, qu’est-ce qui t’a pris » « Une idée comme ça. J’ai trouvé que ça faisait bien. Fais confiance à Maman, Tommy. Maman ne se trompe jamais. »

Par contre le prénom de Tuppence me perturbe dès le début et ce tout au long de la lecture, c’est tellement inhabituel que ça casse un peu la lecture, il y a comme un moment d’arrêt qui gâche celle-ci.  Il n’y a pas que le sien d’ailleurs tous ces noms anglophones à rallonge (Miss Kingston Bruce, Lady Laura Barton, Mrs Hamilton Betts) font perdre le fil dans la deuxième enquête du couple Beresford: «  l’affaire de la perle rose ».

Chaque nouveau chapitre est une nouvelle enquête ou la suite de la précédente, vu qu’elles sont courtes. Cela donne l’avantage de pouvoir en lire une dès que vous avez un petit moment de liberté. L’intrigue est là comme tout bon policier mais pas assez exploitée.

Ce que je constate aussi c’est qu’ils se mettent dans la peau de célèbres enquêteurs de la littérature anglaise dans chaque histoire tels que Mc Carty et Riordan ou  Sherlock Holmes et Watson ou encore le détective aveugle Thornley Colton. Dans « Impasse au roi » on parle de l’homme habillé de journaux qui fait clairement référence à « Alice au Pays des Merveilles ». Au travers de ces courtes histoires vous retrouverez de nombreuses références concernant d’autres personnages de fiction; la Bible,  mais je vous laisse découvrir par vous mêmes…

J’aurais apprécié des enquêtes plus longues, plus difficiles dans leur résolution mais le style d’Agatha Christie présent ici est certainement un choix pour sa série consacrée aux Beredsford. C’est très frappant dans « L’affaire de la femme disparue » qui se termine d’une façon trop nette, l’auteure aurait pu développer un peu plus; dont la réaction de l’instigateur; on reste en suspens.

Cela me donne néanmoins envie de découvrir un autre roman d’Agatha Christie, plus long cette fois où une seule histoire serait à résoudre.

Note : 14/20

 Par Erin

AqME

Amateur d'horreur, Métalleux dans l'âme, je succombe facilement à des images de chatons.

Voir tous les articles de AqME →

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.