Janis

11995695_1159808520699222_1357374683_n

Titre Original : Janis : Little Girl Blue

De: Amy Berg

Avec Janis Joplin, Cat Power

Année : 2015

Pays : Etats-Unis

Genre : Documentaire

Résumé :

Janis Joplin était une rock star et une déesse de la musique, mais pas que… Ce film dépouille le personnage rock’n’roll qu’était Janis mais révèle aussi la douce, fiable, sensible et puissante femme derrière la légende. L’incroyable histoire d’une épique, turbulente et courte vie qui changea la musique pour toujours.

Avis :

Amy Berg est une réalisatrice qui s’intéresse aux documentaires. En 2008, elle avait présenté « Délivrez-nous du mal« , un documentaire sur Oliver O’Grady, l’un des prêtres les plus tristement connus de l’histoire du catholicisme. La réalisatrice y narrait le parcours de cet homme qui durant plus d’une vingtaine d’années a joué de son pouvoir pour parvenir à ses fins.

Le festival de Deauville, ce n’est pas que des « films ». Si on a la compétition et les avant-premières, le festival a aussi une sélection appelée « Les docs de l’Oncle Sam » et c’est dans ce cadre que l’on peut découvrir en avant-première ce documentaire qui retrace la vie de Janis Joplin, chanteuse célèbre pour avoir ouvert en quelque sorte la route du Rock’n’roll aux femmes.

11922005_1159808690699205_1595718352_n

Et malgré le fait que l’on sache tout sur la chanteuse, on prendra plaisir à suivre ce documentaire qui nous offre un angle de vue très intéressant.

1943/1970, voici les dates de naissance et de décès de la grande Janis Joplin. Vingt-sept ans d’une vie forte, extrême, presque incroyable. Alors qu’elle s’est éteinte brutalement, la chanteuse aura laissé une trace indélébile dans l’histoire du rock’n’roll et de la musique en générale. Dotée d’une voix puissante et d’un charisme à toute épreuve, elle restera comme une légende indémodable, qui continue encore aujourd’hui à convertir encore et encore des fans.

« The way she was Janis« , « Janis, le film« , « sur la route, Janis » ou encore « Janis, the final hours« , la vie de Janis Joplin a toujours fasciné et différents réalisateurs se sont attaqués à la raconter. Mark Rydell a même été jusqu’à faire une évocation de la vie de la chanteuse avec son chef d’œuvre « The Rose« . Alors, pour parler de Janis Joplin dans un documentaire, il fallait renouveler les choses pour ne pas tomber dans ce qui avait déjà été fait et dit, et c’est ce que la réalisatrice Amy Berg a fait avec ce film.

« Janis, Little girl blue » raconte bien entendu la vie de la star, de son début, de son adolescence et des problèmes d’intégration dans son lycée, à sa fuite vers San Francisco, sa ville d’adoption. Comme convenu, le documentaire abordera les années galères, la folie de l’époque et les premiers groupes pour aller jusqu’à la révélation au festival de Monterey. Le film aborde la gloire, la célébrité et les doutes que la jeune femme avait et comme on s’en doute, il finira par son décès et l’héritage qu’elle a laissé dans le domaine musical. Mais là où la réalisatrice change la donne, c’est qu’elle va nous raconter cette histoire en s’appuyant en grande partie des lettres que Janis Joplin écrivait à sa famille, ainsi que les réponses de cette dernière. Son film dégage alors quelque chose de très authentique. Grâce à ces lettres, à ces conversations et bien sûr aux différentes interviews des membres de sa famille, des amis ou des anciens collaborateurs, Amy Berg va dresser le portrait d’une jeune femme pleine de vie, de bonne humeur, d’espoir et de talent. Une jeune femme extrêmement touchante, qui a ses failles, ses peurs, ses démons bien sûr, et surtout sa fragilité. L’approche qu’a la réalisatrice sur son sujet est très bien amenée. Elle nous fait découvrir Janis Joplin sous un nouvel angle, avec tout ce qui faisait ce qu’elle était. Torturée, triste, blagueuse et révolutionnaire, elle nous la montre comme rarement et nous fait presque ressentir ses émotions. La réalisatrice n’oublie pas non plus de parler des moments où la chanteuse travaille, où elle est en pleine création. Le film qui contient tout même quelques longueurs, mais si peu.

Ce qui est aussi très appréciable, même si on le retrouve dans chaque film qui a été fait sur la chanteuse, c’est bien sur ses chansons. Belles, indémodables, passionnantes ou émouvantes, on se laisse transporter par ce grain si spécial qu’elle a. On reste encore et toujours impressionné par ses performances sur scène, par cette énergie débordante qu’elle transmettait à tous. Amy Berg, en plus de ça, a bien su choisir les lives qu’elle intègre à son film.

12008347_1159808630699211_1977309783_o

Bref, vous l’aurez compris, « Janis Little Girl Blue » est donc un film fort recommandable. Et à la sortie, faire un nouveau documentaire sur la chanteuse est toujours bon dans un sens cela permet aux nouvelles générations de peut-être la découvrir, et puis ça nous permet aussi, admirateurs de la chanteuse, de la revoir sur grand écran et de l’entendre dans les meilleurs conditions possibles et rien que pour ça, ça vaut le déplacement.

Note : 15/20

Image de prévisualisation YouTube

Par Cinéted

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Facebook : Lavisqteam.fr – Contact: lavisqteam@laposte.net