septembre 28, 2020

Retreat

11910767_1149602168386524_994024624_n

De : Carl Tibbetts

Avec Jamie Bell, Cillian Murphy, Thandie Newton, Jimmy Yuill

Année : 2011

Pays : Angleterre

Genre : Thriller

Résumé :

Parti en « retraite » sur une île presque déserte, un couple en crise va croiser la route d’un jeune homme mystérieux, les avertissant qu’un virus mortel est en train de décimer la population…

Avis :

Sorti de nulle part, Carl Tibbetts est un réalisateur qui demeure inconnu au bataillon. Il faut dire qu’il n’a réalisé que ce film à ce jour, et travaille essentiellement à la réalisation d’épisodes de séries, puisqu’il a travaillé sur des séries comme « Black Mirror« , « Hemlock Grove » ou « Tunnel« . Des séries connues des cinéphiles, et qui mériteraient d’être mis plus en lumière.

Bref, c’est donc sans crier gare et sorti discrètement en DVD que « Retreat » a réussi à passer la frontière pour arriver chez nous et cela malgré un casting alléchant. Toujours dans l’anonymat, je suis me penché sur ce huis-clos ilien et c’est un film étonnant que j’ai trouvé là. Étonnant dans son intrigue et son évolution. Et c’est pour mon plus grand plaisir que « Retreat » m’a complètement fait rentrer dans son jeu et c’est bourré de doutes que je me suis retrouvé à suivre, en essayant de prêcher le faux pour savoir le vrai.

11265339_1149602205053187_38169797_o

Kate et Martin sont en couple depuis pas mal d’années maintenant. Ils traversent une période difficile, car Kate vient de perdre leur bébé. Pour se retrouver et faire le point, ils partent dans une maison qu’ils ont louée sur une île désertique. Ils vont se retrouver là, une semaine coupée du monde, seuls avec eux même. Mais peu après leur arrivée, ils trouvent le corps inanimé de Jack, un militaire blessé à la tête. À son réveil, Jack est mystérieux et tendu. Très vite, il va alors leur apprendre que le monde civilisé vient d’être touché par un virus mortel, et que la seule façon de survivre est de se calfeutrer à l’intérieur des maisons. La radio de Kate et Martin ne marchant plus, le couple n’a alors aucune preuve des dires de Jack et ils ne savent pas s’ils doivent le croire ou non. Obéissant aux ordres du soldat, une tension radicale commence alors à l’intérieur de la maison et très vite, Kate et Martin commencent à se sentir comme pris en otage par le jeune homme. Comment alors avoir si ce qu’il dit est la vérité ou non, surtout que Jack a une attitude des plus agressives.

Simple et efficace, voilà comme on peut définir ce premier film de Carl Tibbetts qui arrive à tenir tout son récit sur la seule question : mensonge ou vérité ?

L’exercice du huis-clos n’est pas facile, car il faut arriver à intriguer et tenir en haleine son spectateur pendant toute la durée du film, sans partir du lieu de l’action. Il faut donc que le scénario se tienne et que le réalisateur installe un rythme soutenu pour que son spectateur ne décroche pas et arrive jusqu’au bout, sans ennui et c’est ce qu’a fait Carl Tibbetts ici.

« Retreat » est un film que j’ai beaucoup aimé pour l’originalité de son intrigue, qui est très bien trouvée, ainsi que pour la qualité de son scénario qui tient en tension jusqu’au bout et qui offre même de sacrés rebondissements vers la fin. Des rebondissements très bien venus, que je n’ai pas vu venir. Ce qui est terrible avec ce film, c’est qu’il tient son mystère jusqu’à la fin et s’amuse avec nous, pour nous faire passer d’un sentiment à l’autre. C’est avec beaucoup de subtilité qu’il lâche quelques indices au tout début du film. Des indices qui peuvent être à double tranchant, ce qui est encore mieux. Et ils sont aussi importants qu’ils sèment des doutes dans notre esprit.

Carl Tibbetts arrive très bien à nous projeter dans son film et remue en nous un questionnement. Que faire ? Que croire ? Comment découvrir la vérité ? Et plus le film avance et plus le réalisateur va faire monter la tension, c’est presque même agaçant (dans le bon sens du terme bien entendu). Les apparences sont trompeuses et le tout est psychologique et on essaie de déceler chez le jeune homme quelque chose dans son attitude ou ses dires qui ferait pencher la balance d’un côté ou de l’autre. Dans un sens, ce film m’a fait penser à « La Jeune Fille et la Mort« , l’un de mes préférés de Roman Polanski, où il était là aussi question d’un huis-clos où il fallait découvrir la vérité du mensonge.

Le réalisateur joue très bien aussi avec le sentiment d’être seul, abandonné et impuissant, le couple étant coincé sur cette île, n’ayant aucun moyen de communication, ce qui est bizarre, pourquoi la radio ne fonctionne-t-elle plus ? L’île, « idyllique », devient alors une prison et cette maison s’assombrit au fur et à mesure que les personnages se calfeutrent à l’intérieur. Le réalisateur veut nous mettre mal à l’aise et il y arrive parfois.

Il n’y a que trois acteurs à l’écran et ils sont très bons. Alchimie, charme, regret et rapport de force sont aux programmes. Thandie Newton et Cillian Murphy composent un joli couple, qui m’a beaucoup touché à certains moments. Quant à Jamie Bell, il compose un personnage sombre et inquiétant, qui est à l’opposé de ses rôles habituels et il nous montre une nouvelle facette de lui qu’on ne lui connaissait pas encore. Et oui, « Billy Elliott » peut être flippant.

11930013_1149602235053184_1043741728_o

Comme je le disais, Carl Tibbetts a réussi à faire un film simple et efficace. J’ai passé un petit mais très bon moment devant. J’ai beaucoup apprécié son intrigue et je me suis laissé prendre dedans jusqu’au bout. Carl Tibbetts a fait un bon premier film, qui, s’il n’est pas incroyable non plus, se tient bien jusqu’à la fin et franchement quelle fin, elle m’a presque laissée sur le cul pour le coup. Je suis curieux de voir ce que le réalisateur nous réservera pour la suite.

Note : 15/20

Image de prévisualisation YouTube

Par Cinéted

AqME

Amateur d'horreur, Métalleux dans l'âme, je succombe facilement à des images de chatons.

Voir tous les articles de AqME →

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.