mars 5, 2021

Savages

savages-affiche1-grand-format

De : Oliver Stone

Avec Taylor Kitsch, Benicio Del Toro, Blake Lively, Aaron Taylor-Johnson, Salma Hayek, John Travolta

Année: 2012

Pays: Etats-Unis

Genre: Thriller

Résumé:

Laguna Beach, Californie : Ben, botaniste bohème, Chon, ancien Navy Seal, et la belle O partagent tout. Ben et Chon sont à la tête d’un business florissant. Les graines ramenées par Chon de ses missions et le génie de Ben ont donné naissance au meilleur cannabis qui soit. Même s’il est officiellement produit pour des raisons thérapeutiques, ils en dealent partout avec la complicité de Dennis, un agent des stups. Leur affaire marche tellement bien qu’elle attire l’attention du cartel mexicain de Baja, dirigé d’une main de fer par Elena. Face à leur proposition d’ »association », Chon est partisan de résister par la force, mais Ben préfère tout abandonner. Pour les contraindre à coopérer, le cartel kidnappe O. Elena a eu raison d’utiliser les liens très forts du trio, mais elle a aussi sous-estimé leur capacité à réagir… C’est le début d’une guerre entre l’organisation du crime dont le bras armé, Lado, ne fait aucun cadeau et le trio. Qu’il s’agisse de pouvoir, d’innocence, ou de la vie de ceux qu’ils aiment, tout le monde a quelque chose à perdre.

Avis :

Oliver Stone fait partie de ces réalisateurs dont le nom et la renommée ne sont plus à prouver. En quelques films, il a su s’imposer dans le septième et à prouver qu’il était un grand dans ce monde. Avec des films comme Platoon, JFK ou encore Tueurs Nés, il a su imposer son style, oscillant entre drame et thriller sulfureux. Seulement, comme un bon nombre de réalisateurs, il a connu une période de vache maigre depuis les années 2000 avec des films beaucoup moins intéressants comme World Trade Center ou encore  Alexandre. Savages est son dernier film et il est une adaptation du roman éponyme de Don Winslow. S’articulant autour de la drogue et du soleil, on retrouve les thèmes qu’apprécie le réalisateur. Mais le film est-il bon ? Signe-t-il le renouveau de Oliver Stone ? Le film est-il aussi sulfureux que le laisse présager la bande-annonce ? Allons faire un tour à Laguna Beach, entre soleil, plage, cocotier et marijuana !

Savages raconte une histoire assez simple, alternant les moments de thriller angoissant et les moments de film pour adolescents des années 90. On va suivre un trio amoureux, deux hommes et une femme, qui fabrique de la drogue. Le petit génie de la bande, humaniste à ses heures perdues a trouvé le moyen de faire quelque chose de quasiment pure. Se taillant une bonne part du marché, le trio se voit rapprocher par un cartel mexicain, leur proposant un deal. Seulement, le deal est refusé par les héros de l’histoire et le cartel va kidnapper la belle blonde. C’est alors que va se déclencher une guerre, parfois violente, parfois des nerfs, qui va aboutir à un règlement de compte dans le désert. Avec une histoire assez simple, Oliver Stone essaye tant bien que mal à proposer une vision de l’être humain et des raisons qui le pousse à faire du mal ou à tuer. Que ce soit pour se protéger, par amour ou par appât du gain, les différentes versions proposées sont assez plaisantes, mais loin d’être inoubliables. En effet, si le film reste dynamique et que l’on ne s’ennuie jamais, cela grâce à une réalisation exemplaire, le métrage demeure décevant à cause d’un aspect un peu trop lisse, un peu trop superficiel et surement pas assez rentre dedans. Bien loin de thriller sulfureux, le film fait plutôt vacances mouvementées à Laguna Beach. Il faut dire que les décors, paradisiaques n’aident pas vraiment à se forger une atmosphère inquiétante et urgente. Mais encore une fois, le film demeure malin, jouant avec nos perceptions et montrant les différents points de vue des personnages, ainsi, on aura le flic corrompu, le second qui veut devenir le maître du cartel, le trio qui ne souhaite rien d’autre que de vivre en paix, bref, tout ça est intéressant et montre l’intelligence du scénario. On se posera quand même des questions sur la bande-annonce, proposant un film sulfureux alors qu’il n’en est rien, sauf si ce n’est deux scènes de cul.

120706035614-savages-blake-lively-taylor-kitsch-aaron-johnson-story-top

Une blonde qui baise sur demande, que demande le peuple !

Mettant en avant un casting jeune face à un casting de stars confirmées, le réalisateur prend quelques risques, mais s’en sort finalement bien. On retrouvera Taylor Kitsch, héros montant de Hollywood, déjà vu dans Battleship, qui joue ici un ancien militaire, protégeant son meilleur pote et sa dulcinée. Il tient bien son rôle et joue beaucoup mieux que dans le film précité. A ses côtés, on retrouve Aaron Taylor-Johnson, alias Kick-Ass, tenant le rôle du cerveau, celui qui fabrique et qui réfléchit. Là aussi, il demeure très convaincant et on se prendra facilement d’affection pour son personnage. Les deux messieurs jouent avec la même personne, l’ex à Leonardo DiCaprio, Blake Lively. Elle joue assez bien son rôle, quoique parfois un peu trop superficielle. Ce qui est marrant, c’est qu’en face d’eux se trouve deux grandes stars mais sur la phase déclinante. Salma Hayek, toujours aussi sublime, joue les mères de la drogue et elle reste peu crédible. Trop fragile, comportant trop de points faibles, elle ne respire pas le danger, malgré ses phrases assassines et ses menaces. John Travolta quant à lui, hérite d’un rôle secondaire, celui d’un flic corrompu, mais qui veut s’assurer l’avenir de ses filles à cause du cancer qui ronge sa femme. Surjouant volontairement, il demeure à la fois drôle et tragique, voir touchant. Malheureusement, il deviendra rapidement détestable. Enfin, on pourra saluer la prestation de Benicio Del Toro, toujours impeccable dans ses personnages, et jouant ici la crapule de service, le tueur de sang froid, le taré à la moustache. Stupide mais cruel, il campe un personnage intéressant, parfois drôle mais souvent abject et il détient le meilleur rôle pour le coup. Bien entendu, les passages gores ne manquent et font un peu tâche sur ce métrage. Entre les décapitations ou encore la torture du type dans le hangar avec son œil qui pend, on est dans du frontal pur qui dénote avec une ambiance chaude et onirique. Néanmoins, tout cela rappelle que la violence est crue même sous le soleil. Enfin, petit bémol, la fin, qui se targue d’un retournement, certes habile, mais inutile et beaucoup moins fort que ce à quoi on s’attendait.

Au final, Savages est un film intéressant et plaisant à voir. Dirigé en main de maître par Oliver Stone, le film se laisse regarder sans problème malgré sa longue durée. Seulement, le traitement semble un peu trop impersonnel, et le tout sent la superficialité et c’est vraiment dommageable pour un Oliver Stone. Maintenant, reste à savoir s’il va réaliser la suite, Cool, toujours avec notre trio !

Note : 14/20

Image de prévisualisation YouTube

AqME

Amateur d'horreur, Métalleux dans l'âme, je succombe facilement à des images de chatons.

Voir tous les articles de AqME →

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.