octobre 28, 2020

Le Grand Défi – Les 4 Pas Très Fantastiques

05a

Titre Original : Ercole, Sanson, Maciste e Ursus, Gli Invincibili

De : Giorgio Capitani

Avec Alan Steel, Howard Ross, Nadir Moretti, Yann Lavor

Année: 1964

Pays: Italie

Genre: Péplum, Comédie

Résumé :

Hercule, fils de Zeus, sauve de la noyade Omphale, la fille de Néméa, la reine de Lydie. Tombé amoureux d’elle, il désire l’épouser. Afin de prouver qu’il est bien le demi-dieu, la reine le charge de ramener un bateau plein d’or englouti sous la mer. Hercule réussit l’épreuve, mais Omphale ne veut pas de lui. Elle imagine alors un stratagème l’obligeant à défier l’homme le plus fort du monde, Samson.

Avis :

Le péplum est un genre très ancien au cinéma. D’abord exploré durant la période muette, le genre s’est diversifié et à faire le bonheur des studios hollywoodiens. Comme tous les autres genres qui ont eu du succès aux Etats-Unis (Horreur, Espionnage, Science-Fiction), l’Italie a cru bon de se jeter à l’eau avec ses propres productions, bien plus fauchées. C’est Ricardo Freda qui lance l’âge d’or du péplum en Italie avec son Spartacus (on ne parle pas de la version de Kubrick là) et une flopée de films plus ou moins connus vont suivre. Bien souvent tombé dans l’oubli, ces films adoptent un ton plus léger et surtout une volonté d’être plus grand public. La preuve est faite avec ce film, Le Grand Défi de Giorgio Capitani, un péplum mettant en scène les plus grandes légendes de la mythologie dans une comédie burlesque et parfois mal venue.

874379

Zeus laisse un choix à Hercule, prendre le chemin de la vertu ou le chemin du plaisir. Hercule choisit alors celui du plaisir et sauve Omphale de la noyade. Il tombe instantanément amoureux de la belle jeune femme. Sa mère, la reine de Lydie, y voit une excellente opportunité pour lutter contre le peuple des montagnes qui terrorisent ses habitants. Sauf qu’Omphale est amoureuse du fils du chef du peuple des montagnes. Elle imagine alors un stratagème pour ne pas épouser Hercule, elle se fait passer pour l’Oracle et demande à ce qu’Hercule batte l’homme le plus fort du monde, Samson. Celui-ci accepte le défi, mais perd sa force en perdant ses cheveux à cause de sa femme. Ignorant cela, Ursus et Maciste kidnappe Samson qui avait finalement refusé, pour affronter le demi-dieu.

Utiliser les figures emblématiques de la mythologie est une bonne chose, encore faut-il en faire quelque chose de potable. Annoncer Hercule en affiche attire toujours du monde, la preuve avec les deux films de 2014, Hercule de Brett Ratner et La Légende d’Hercule de Renny Harlin. Maintenant, il faut clairement identifier ses choix. Le Grand Défi est une comédie qui se déroule dans un décor de péplum. Le seul problème c’est qu’il demeure trop immature dans son traitement et qu’il peut correspondre à un public jeune. Malheureusement, le film date de 1964 et il sera difficile de convaincre les jeunes d’aujourd’hui de regarder un tel film, surtout que par moments, il reste assez « mature », dans le sens où il aborde des thèmes comme l’amour et l’infidélité. En effet, si Samson accepte le défi, c’est parce qu’il est presque sûr de se taper des nanas de Lydie dans le dos de sa femme. De ce fait, le film loupe son public et laisse sur un avis mitigé.

Encore une fois, il suffit de regarder les gags choisis pour se rendre compte de l’immaturité du métrage. On aura droit à un Ursus détestable, qui contracte ses pectoraux et les relâche avec une musique d’accompagnement ridicule. On peut aussi citer le passage où il baffe un homme en le faisant tourner de chaque côté, lorgnant du côté d’Astérix, la bande-dessinée. Ces choix enfantins ne vont pas forcément avec l’histoire et les volontés de chaque personnage. D’autant plus que certain ne font que de la figuration comme Maciste, qui n’est qu’un ajout inutile. Enfin, on peut aussi critiquer les bagarres, ridicules, avec des techniques improbables et surtout des faux coups que l’on voit arriver à deux kilomètres. La baston finale à quatre est vraiment indigeste.

Mais ne soyons pas mauvais, le film contient quelques bonnes choses à commencer par un second degré assumé par les acteurs. Il y a une bonne humeur qui se dégage du métrage et on voit que les acteurs, même s’ils sont très mauvais, s’amusent comme des petits fous à faire semblant de se battre. Cour de récréation pour les grands, on sent que le tournage a dû être une partie de plaisir. Enfin, la réalisation est très propre et soignée, chose assez rare pour un péplum fauché. Même si les décors sont risibles et qu’ils tiennent plus du carton-pâte, Giorgio Capitani livre quelques plans sympathiques et donne un film propre.

granddefie2

Au final, Le Grand Défi est un péplum décevant à plus d’un titre mais il est loin d’être détestable. Si on peut lui reprocher son ton badin et son approche très enfantine, le métrage reste bien fichu et la bonne humeur ambiante permet de passer un moment pas désagréable. Alors certes, c’est loin d’être un film indispensable, même dans son genre, mais il possède un fort capital sympathie et c’est déjà pas mal.

Note : 09/20

http://www.dailymotion.com/video/x2htjw1

Par AqME

AqME

Amateur d'horreur, Métalleux dans l'âme, je succombe facilement à des images de chatons.

Voir tous les articles de AqME →

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.