octobre 28, 2020

J’ai Tué ma Mère

11051263_1047369415276467_1137601159_n

De: Xavier Dolan

Avec Xavier Dolan, Anne Dorval, Suzanne Clément, Elise Guibault

Année: 2009

Pays: Canada

Genre: Drame

Résumé:

Hubert Minel n’aime pas sa mère. Du haut de ses 17 ans, il la jauge avec mépris, ne voit que ses pulls ringards, sa décoration kitsch et les miettes de pain qui se logent à la commissure de ses lèvres quand elle mange bruyamment. Au-delà de ces irritantes surfaces, il y a aussi la manipulation et la culpabilisation, mécanismes chers à sa génitrice. Confus par cette relation amour-haine qui l’obsède de plus en plus, Hubert vague dans les arcanes d’une adolescence à la fois marginale et typique -découvertes artistiques, expériences illicites, ouverture à l’amitié, sexe et ostracisme- rongé par la hargne qu’il éprouve à l’égard d’une femme qu’il aimait pourtant jadis.

Avis:

Le festival de Cannes, c’est l’un des festivals de cinéma les plus prestigieux au monde, un festival capable de lancer des carrières en un coup de cœur. L’année 2009 est l’une de celles-ci puisqu’elle a vu l’arrivée d’un jeune homme talentueux. Si le jury, présidé par Isabelle Huppert, a récompensé Michael Haneke de la palme d’or pour son « Ruban Blanc« , un film et un nom ont été sur toutes les lèvres, « J’ai tué ma mère« , premier film d’un jeune réalisateur québécois, Xavier Dolan. À toujours juste dix-sept ans, le réalisateur se fait remarquer et sa carrière est lancée. Six ans plus tard, et cinq films tournés, on ne présente désormais plus Xavier Dolan, tant le jeune homme a su convaincre le public et les critiques.

Auréolé d’un très bon bouche à oreille, je me souviens avoir vu ce film à l’époque et il m’avait franchement ennuyé. Tellement, que j’avais fait une sorte de blocage avec le cinéma de Xavier Dolan. « Les amours imaginaires » ne me tentait absolument pas. Puis, il y a eu « Tom à la ferme » qui me tentait bien et que j’ai vraiment apprécié. Puis il y a eu la déferlante « Mommy« . Du coup, je me relance dans ce premier film avec un autre regard et peut-être que je vais enfin découvrir le chef d’œuvre qu’on m’a tant vanté.

11015905_1047369505276458_694291769_n

Hubert, c’est un jeune adolescent de seize ans à peu près comme les autres. Tout pourrait aller dans la vie d’Hubert, il est bon élève, il a un petit copain et il fait de nouvelles expériences de son âge. Mais voilà, Hubert a un très gros problème relationnel avec sa mère. Il ne l’aime pas comme un fils devrait l’aimer. Elle l’agace dans presque tout ce qu’elle fait. Il développe un sentiment d’amour et de haine envers cette femme, qu’il finit par voir comme une entrave à son épanouissement. Que de sentiments qui se bousculent dans sa tête, mais comment gérer ce non-amour ? Comment l’assumer ?

J’avais quelques craintes en me replongeant dans le premier film de Xavier Dolan. Il faut dire que les sentiments de mes souvenirs n’étaient vraiment pas au mieux et j’avais très peur de passer encore une fois un long moment. Et à mon deuxième visionnage, même si j’ai plus apprécié, je dois dire que je reste encore partagé, car il y a autant de choses et de moments qui me séduisent, que d’autres qui m’ennuient et m’agacent. C’est donc avec un goût partagé entre la surprise et la déception que je quitte ce « J’ai tué ma mère« .

Quand on regarde « J’ai tué ma mère« , c’est vrai qu’on reste bluffé devant la qualité visuelle de ce film. Son esthétisme est vraiment sublime, Xavier Dolan fait preuve pour son jeune âge d’une maturité incroyable dans la composition de ses images, des cadres et de son rythme, il y a une très belle originalité, et le film fourmille d’idées. Le réalisateur nous offre des scènes magnifiquement montées et accompagnées par un score mélancolique qui rend le film fascinant à plusieurs instants.

On peut aussi lui laisser l’audace et la volonté de se lancer dans un sujet, aussi difficile que casse-gueule surtout à son âge. On pourrait se dire qu’il n’a pas encore le recul pour parler de l’adolescence, vu qu’il en sort tout juste, mais c’est faux. J’ai trouvé que son film parlait assez bien de cette période charnière de la vie. Le film développe une belle justesse et analyse bien les rapports conflictuels entre cette mère et son fils. C’est parfois un peu naïf, mais dans l’ensemble, l’intrigue fonctionne. Mais ce si beau sujet est aussi dans un autre sens ma déception. Je dois vous dire que « J’ai tué ma mère » est un film assez plat et sans surprise et j’ai eu du mal à m’accrocher au personnage principal. Je trouve un côté très caricatural à ses personnages, en particulier celui justement joué par Xavier Dolan. Dans le rôle d’un ado hystérique, je trouve le réalisateur insupportable à plusieurs moments. Alors que le sujet est beau et bon, à maintes reprises, les fulgurances expressives et verbales du personnage sont vraiment très dures à suivre. Si bien que je trouve le personnage et le jeu de l’acteur baignent dans la caricature. D’ailleurs, en y regardant de plus près, on ne voit que lui dans ce film, et les autres personnages peinent à exister face au show que Xavier Dolan nous fait (il n’y a qu’Anne Dorval qui s’en sort bien, d’ailleurs, c’est le personnage le plus juste et fin du film) et pourtant les comédiens sont bons, ce n’est pas le problème. Dans un sens, je pense que si Xavier Dolan n’avait pas joué dans son film et qu’il avait laissé la place à quelqu’un d’autre, alors le film m’aurait surement plus pris.

photo.php

Mais malgré le côté irritant que je trouve au film, malgré les passages plus plats, qui ne m’ont pas forcément captivés, je reconnais que « J’ai tué ma mère » reste un film sympa à regarder. Un film tout à fait Dolanien, un film qui lui ressemble, qui a son style particulier et qui est excellent visuellement. Xavier Dolan a de l’idée dans sa mise en scène et le film vaut le coup d’œil.

Note: 11/20

Image de prévisualisation YouTube

Par Cinéted

AqME

Amateur d'horreur, Métalleux dans l'âme, je succombe facilement à des images de chatons.

Voir tous les articles de AqME →

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.