octobre 24, 2021

Civil War

Civil-War-absolute

Résumé :

Alors que de nouveaux super-héros s’en prennent à de méchants mutants lors d’une émission de télé-réalité, un drame survient, une explosion fait 800 morts dont une école entière. Bouleversé par cet évènement, le pays décide d’établir une loi de recensement des super-héros afin d’avoir une meilleure traçabilité. Deux camps s’opposent alors, celui d’Iron Man qui accepte la loi et celui de Captain America qui refuse cette loi, la trouvant totalitaire. Une guerre éclate alors entre tous les super-héros.

Avis :

Depuis la création des super-héros, les histoires deviennent vite redondantes. Bien souvent, on a le grand méchant qui fait des mauvais coups, et le gentil super-héros qui fait tout pour l’arrêter. Et si ce n’est pas ça, c’est un très grand méchant, qui veut détruire la Terre et une flopée de super-héros qui vont le friter pour sauver l’humanité. Relativement manichéen, durant de longues années le comics s’est vu cantonné aux adolescents boutonneux rêvant de devenir un jour des modèles de beauté et de bravoure. Et cela, que ce soit chez DC ou chez Marvel. C’est durant la fin des années 90 que la révolution s’opère chez DC avec un certain Kingdom Come, mettant en avant la légitimité des super-héros et les conséquences de leur pouvoir. Pour Marvel, le changement s’est effectué plus récemment avec Civil War, qui va bouleverser tout l’univers de la boîte.  Mais cela est-il bon, ou tout du moins, est-ce aussi bon que Kingdom Come ? Allons à la rencontre de nos super-héros préférés !

L’histoire de Civil War ressemble véritablement à Kingdom Come, tout du moins dans son début. En effet, dans les deux cas, on retrouve un super-héros qui va créer une explosion et faire beaucoup de morts, la faute à de jeunes vengeurs intrépides, n’ayant pas forcément de formation pour faire la chasse aux grands méchants sans dégâts. Mais la ressemblance s’arrête là, car si pour Kingdom Come, Superman s’occupait lui-même des super-héros afin de créer une milice disciplinée, dans Civil War, ce sont les humains et les politiques qui décident de créer une loi. Cette loi, est une loi de recensement des super-héros, pour plus de contrôle, ils deviendraient alors des fonctionnaires de l’état et seraient soumis aux autres lois du pays. Malheureusement, cela inclut aussi de dévoiler sa véritable identité, ce qui pose un gros problème, celui de la sécurité des proches des super-héros, comme Spider-Man. C’est alors que deux clans vont se mettre en opposition. D’un côté, Iron man, qui est pour la loi, car pour lui, et pour gagner la confiance du pays et des citoyens, il faut adhérer à cette loi.  Et de l’autre, Captain America, qui refuse catégoriquement cette loi, car non votée et liberticide. Du coup, Captain America devient un hors la loi et Iron Man va tenter de l’arrêter. Seulement, les deux camps ont constitué une armée et la guerre semble inévitable. Voilà le point de départ très riche que propose Civil War. Mais cela ne s’arrête pas là, car la narration choisie est très intéressante. En effet, si le départ reste classique jusqu’à un certain point, il faudra suivre la suite via trois personnages importants. Tout d’abord, les questions que se pose Spider-Man, puis le raisonnement de la compagne de Captain America qui bosse pour le S.H.I.E.L.D, et enfin, la confession d’Iron Man. De ce fait, le récit devient vraiment complet, très travaillé, et montre les tiraillements des personnages les plus importants. On a donc droit à quelque chose de nerveux, car les batailles sont nombreuses et violentes, mais aussi de très intelligent, mélangeant habilement gentils et méchants, complots et questionnements.

civil war 7a 001

Parlons peu, parlons bien, mais au niveau du graphisme, c’est juste formidable. Alors bien entendu, dans l’intégrale, il y a quatre dessinateurs différents pour chaque segment. Le premier, l’histoire de Civil War, est vraiment très beau, montrant tous les super-héros sous leurs meilleurs angles et avec un design fidèle à l’univers Marvel, mais aussi de superbes scènes de batailles où les détails fourmillent et faisant ressortir la violence de la dualité. Le deuxième segment, concernant la partie de Spider-Man est vraiment très beau visuellement, mais aussi très intéressant, car ils montrent les questionnements d’un héros emblématique. La fin est bouleversante. Le troisième segment est le plus sombre, concernant Captain America et sa compagne. On va donc voir comment cette jeune femme, amoureuse du héros va se faire manipuler. Les séquences nocturnes sont très nombreuses et les aplats de noir soulignent la noirceur du récit et la tragédie finale. Enfin, le dernier segment, concernant la confession de Iron Man, est montré comme une tragédie shakespearienne, tel Hamlet devant son crâne et montre les démons intérieurs ainsi que le déchirement du héros à l’armure sang et or. Le tout est d’une beauté époustouflante et donne une réelle envie de revenir de temps à autre.

Au final, Civil War est à Marvel ce que Kingdom Come est à DC. Un scénario brillant, changeant complètement la vision de ce monde manichéen, proposant une rivalité entre super-héros et déchirant par la même occasion les lecteurs. Véritable tragédie qui impose les questionnements sur la liberté, le nationalisme et l’amour de son pays, Civil War est aussi intelligent que beau. A lire impérativement pour tous les amoureux de comics et de super-héros en costume et en collant !

Note : 17/20

AqME

Amateur d'horreur, Métalleux dans l'âme, je succombe facilement à des images de chatons.

Voir tous les articles de AqME →

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.