octobre 26, 2020

Re-Cycle

re-cycle_435

Titre Original: Gwai Wik

De : Oxide et Danny Pang

Avec Angelica Lee, Siu Ming Lau, Qi Qi Zeng, Lawrence Chow

Année: 2004

Pays: Hong-Kong

Genre: Fantastique, Horreur

Résumé :

Le premier roman de Ting-yin, une jeune femme écrivain de son nom de plume Chu Xun, est devenu un best-seller en Asie du Sud-Est. Il s’agit d’une histoire d’amour qui a bouleversé tous ses lecteurs…
Lors d’une séance d’autographes, Lawrence, l’agent de Ting-yin, annonce son nouveau livre intitulé The Recycle, où il est question de forces surnaturelles… Les lecteurs de la romancière attendent désormais avec impatience la sortie de ce roman…
Lorsque commence le film, Ting-yin s’attelle à son nouveau livre. Après avoir écrit un chapitre, elle s’arrête net. Elle supprime même le fichier contenant ce premier jet de son ordinateur…
Quelque temps après, elle est prise d’hallucinations inexplicables… Elle s’aperçoit peu à peu que les événements surnaturels dont elle parle dans son roman se produisent maintenant dans son monde à elle…

Avis :

Le cinéma asiatique a toujours tendance à être très fantastique et un peu fantaisiste pour nous autres pauvres occidentaux. Parfois incompréhensibles, souvent oniriques, les films d’origine asiatique restent tout de même une belle expérience et offrent de temps à autre une vraie surprise. Malheureusement, ce n’est pas avec ce Re-Cycle que la surprise demeurera bonne. En effet, piochant à droite et à gauche, jusqu’au risque de copier, le film des frères Pang se perd tout seul dans une explication à la mord-moi le nœud et surtout, dans un univers déjà vu et revu et qui montre toutes les faiblesses des deux frères. Mais qu’est-ce qui fait que le film reste si décevant ? Pourquoi dis-je que le film est une simple copie de plusieurs films ? Petit aller et retour dans un pays imaginaire trop complexe, gnangnan et pourtant presque sympathique.

L’histoire du film va raconter la complexité de l’écriture d’un bouquin, de la découverte d’une idée et des tenants et des aboutissants pour écrire un bon livre. Il parle aussi de la douleur de l’avortement et d’autres thèmes plus ou moins forts. Au départ, on va suivre une écrivaine de best-sellers et qui annonce qu’elle va se lancer dans l’écriture d’un livre de fantômes qui s’intitulera Re-Cycle. Alors qu’elle écrit le premier jet, elle ne semble pas satisfaite et jette le papier. C’est alors que des apparitions se font dans son appartement. De plus en plus la proie de visions et d’hallucinations, elle décide de sortir de chez elle et se retrouve dans un monde peuplé de créatures fantomatiques, de zombies et de personnes presque normales. Elle va alors tout faire pour sortir de ce monde et de retourner chez elle. Elle va alors rencontrer un vieux monsieur et une jeune fille qui vont l’aider dans son parcours. Voilà en gros l’histoire de Re-Cycle qui enfonce des portes ouvertes et qui surtout reprend tout ce qui se fait dans le cinéma fantastique et horrifique. Présentant un fantôme aux longs cheveux noirs la poursuivant, l’héroïne va errer dans un monde où des zombies la traquent, puis où des parcs d’attraction se retrouvent entre deux bâtiments délabrés ou encore où des bébés avortés naissent dans un puits. On reconnaîtra facilement les influences des deux frères au travers de l’œuvre et cela se voit tellement que l’on en est presque dans le copiage pur et simple. Par exemple, l’épreuve du pont où il ne faut pas respirer est la même chose que dans le film d’animation Le Voyage de Chihiro de Miyazaki ou encore le coup du parc d’attraction, qui ressemble à celui du jeu vidéo de Silent Hill 3. Bref, tout cela n’est guère convaincant et on ressent une certaine facilité dans le scénario. La nouveauté viendra de ces mondes qui se déstructurent à cause du recyclage, mais qui reste finalement trop superficiel et peu exploité, les deux frères ne sachant surement pas qu’en faire. Au niveau de l’ambiance, on reste dans quelque chose de beaucoup trop clippesque où les différents mondes se succèdent sans aucun lien, alternant des plans différents pour faire un plus onirique, ais qui finalement n’emporte pas le spectateur. Jouant sur l’horreur comme sur le fantastique et le film pour enfant, Re-Cycle n’arrive pas à se situer et le spectateur se sentira perdu dans ce marasme de plans différents et d’histoire incompréhensibles.

18616643.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx

C’est combien le tour de manège ? Quoi ? Ce n’est pas un manège mais un sèche-linge géant ?

Le film est d’autant plus déstabilisant que les acteurs sont assez hétérogènes dans l’ensemble. L’actrice principale, Angelica Lee, alterne les moments intéressants et bien joué avec les moments franchement ridicules. Prenons un exemple, la fin où elle se fait emporter est vraiment mal jouée avec une gestuelle ridicule, alors que les moments de drame avec son ex sont plutôt convaincants. Le problème, c’est que tout le reste du casting est ainsi. En effet, l’acteur interprétant le vieil homme demeure à la fois sympathique mais parfois énervant avec ses changements de rôle et même lui ne sait plus trop comment jouer cela. Il reste la petite fille qui finalement demeure la meilleure actrice. Plutôt sobre dans son interprétation, elle demeure attachante et agréable. Ce qui est aussi énervant dans ce métrage, ce sont les différents messages ponctués de ci, de là et qui sont d’une naïveté affligeante et qui ne sont là que pour mettre en place des situations plus ou moins stressantes. Le point final sur les méfaits de l’avortement reste plutôt fumeux et fumiste et exprime un point de vue et un parti pris plus que discutable. Bon, après, on sait qu’en Chine la situation avec les enfants est assez délicate et que le sujet est plutôt brûlant, alors est-ce parce que l’on ne se sent pas concerné ? Enfin, on peut aussi reprocher les effets spéciaux, bien trop grandiloquents et parfois n’ayant aucun rapport avec l’histoire ou l’écriture du livre. Par exemple, le coup du recyclage avec le gros tourbillon ou encore lorsque le fantôme et les zombies se retrouvent tranchés en plusieurs parties. Se voulant gros budget, le film se perd beaucoup trop dans des effets qui ne servent pas à grand-chose et qui ne suscitent finalement que très peu d’intérêt.

Au final, Re-Cycle reste un film assez déroutant, qui peut énerver comme il peut plaire. Le seul gros défaut viendra essentiellement du scénario, rempli de vide et avec des références beaucoup trop lisibles, montrant non pas le talent des frères Pang, mais plutôt leur médiocrité à trouver des idées par eux-mêmes. Tirant sur des ambulances avec des messages plutôt scabreux, le film agace comme il peut émerveiller. Bref, un film déroutant, plus fantastique qu’horreur et qui ne peut laisser indifférent. Personnellement, les références sont trop visibles et les messages beaucoup trop fumeux, donc c’est en dessous de la moyenne…

Note : 08/20

Image de prévisualisation YouTube

AqME

Amateur d'horreur, Métalleux dans l'âme, je succombe facilement à des images de chatons.

Voir tous les articles de AqME →

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.