juin 23, 2024

Forgive and Forget

10013711_829747053707383_1524692893_n

De : Aisling Walsh

Avec John Simm, Steve John Shepherd, Laura Fraser, Maurice Roëves

Année: 2000

Pays: Angleterre

Genre: Drame

Résumé:

David est plâtrier et homosexuel. Il est amoureux de Théo, son meilleur ami depuis quatorze ans. Lorsque Hannah entre dans la vie de Théo, David ne sait pas comment réagir et il décide de faire son coming-out.

Avis :

Inconnu au bataillon, « Forgive and forget » est un joli film anglais qui va traiter avec douceur, mais fermeté l’acceptation de soi-même, le regard des autres et les conséquences de ses actes. C’est un film que je découvre grâce à deux acteurs que j’adore, John Simm et Stephen Graham qui dans leur début de carrière ont tournés dedans. Si le film ne restera pas dans les annales du cinéma, il mérite quand même son petit coup d’œil pour le traitement de son histoire, de son sujet et surtout son final qui personnellement, m’a un peu choqué et j’ai mis du temps avant de l’accepter. Mais en fin de compte c’est très bien et assez réaliste malheureusement.

19469340

Donc le film, on va suivre David, un jeune plâtrier qui travaille sur des chantiers à Londres. Le jeune est beau garçon et il pourrait avoir toutes les filles à ses pieds. Son métier lui apporte de quoi bien vivre et il est bien entouré par sa famille et ses amis. Depuis toujours il est ami avec Théo, les deux hommes sont inséparables, ils ont grandi ensemble, fait les quatre cents coups ensemble. Théo vit depuis quelques mois avec une fille qui a l’air d’être la bonne cette fois-ci, mais alors que cela devrait faire plaisir à David pour son ami, c’est tout le contraire qui se produit, car David a un lourd secret et ne sait pas comment et à qui le dire. David est homosexuel et il est amoureux de Théo depuis des années. Il a toujours fait avec, jusqu’à l’arrivée d’Hannah dans la vie de son « meilleur ami ». Il ne sait comment réagir, car il n’a jamais pu en parler à personne et Théo ne se doute de rien. Mais plus l’histoire d’amour de Théo prend de l’ampleur et plus David a beaucoup de mal à vivre dans son mensonge. Puis un beau matin, il décide de faire son Coming-Out dans une émission de télé.

« Forgive and forget » est un film assez dur dans sa réalité. Sans savoir à quoi m’attendre je me suis lancé dans ce film avec simplement l’envie de voir deux acteurs que j’aime et j’ai découvert un film joli, très subtil, qui ne va pas faire dans la dentelle avec son sujet. Le scénario est juste et le traitement des sentiments cachés est émouvant. J’ai été pris dans cette histoire qui personnellement m’a beaucoup parlé et je me suis bien retrouvé dans le personnage de David. Le réalisateur va nous dresser le beau portrait d’un garçon qui ne sait comment réagir face au poids de ses sentiments, de son mensonge, qui dans le fond n’en est pas un, puisque c’est plus par peur de perdre l’autre, qu’il ment par omission. L’intrigue est simple dans son déroulement, les petites péripéties du scénario, sont sympas. Et plus l’histoire avance et plus on découvre ces deux potes et la forte amitié qui les unis. Puis comme petit à petit on voit se glisser entre eux ce poids (C’est vraiment le mot qui définit le mieux ce film je trouve), sans que ce soit flagrant au départ, mais il finit par s’imposer et les personnages en souffrent peu à peu jusqu’à ce point de non-retour, qui est à l’image du personnage principal, maladroit et violent mentalement et qui nous amènera vers un final dur, injuste et tellement compréhensible en même temps. J’avoue que j’ai eu du mal avec cette fin au départ. Je l’ai trouvé choquante et il m’a fallu du temps pour la digérer, car le film m’a beaucoup hanté après son visionnage. Il fait réfléchir ce film et c’est bien.

Le film est plutôt bien, j’ai eu un peu de mal avec l’acteur principal. Même si son personnage m’a beaucoup touché dans son traitement, je dois dire que Steve John Shepherd, qui joue David est assez fade par moments, alors qu’il est capable de nous transporter dans certaines scènes comme dans le final par exemple, il y a plein de moments où l’acteur est assez inexpressif et c’est dommage, car le sujet, comme le personnage, sont forts et le film aurait mérité un autre interprète je pense. C’est d’ailleurs la seule chose que j’ai à lui reprocher. John Simm est encore une fois épatant. Ici dans le rôle du meilleur ami, amoureux et torturé, c’est le meilleur personnage du film. L’acteur nous fait passer par tout un tas d’émotions et il renforce les actions comme les émotions que dégage le personnage de David. Le film, comme Steve John Shepherd, doivent beaucoup au naturel de John Simm. Laura Fraser qui joue Hannah est très bien aussi, l’actrice que je ne connais pas est très juste. Elle va parfaitement avec John Simm, ils forment un joli couple, il y a une belle harmonie qui se dégage d’eux, aussi bien quand ils sont amoureux, que quand ils s’engueulent. Il faut aussi noter la présence de Stephen Graham dans un petit rôle, qui devrait vous faire rire. L’acteur est très peu présent, mais quand il est là, c’est un petit moment de bonheur.

19469366

Ne vous fiez pas à cette affiche vraiment affreuse, car cette affiche ne représente absolument pas le film, on se demande bien comment ils font, de temps en temps, pour nous pondre un truc aussi moche et dénué de caractère. Mais bref, « Forgive and Forget » est joli film, dur et réaliste à la fois. Le réalisateur évite les clichés et ne tombe pas dans la niaiserie. C’est dommage, qu’il y ait quelques petites longueurs et une belle erreur de casting, sinon dans le fond, c’est une belle surprise en sommes.

Note : 12/20

[youtube]https://www.youtube.com/watch?v=KQbvl3eVQKE[/youtube]

Par Cinéted

AqME

Amateur d'horreur, Métalleux dans l'âme, je succombe facilement à des images de chatons.

Voir tous les articles de AqME →

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.