novembre 28, 2021

Chicago

affiche.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx

De : Rob Marshall

Avec Renée Zellweger, Catherine Zeta-Jones, Richard Gere, John C. Reilly

Année: 2002

Pays: Etats-Unis, Allemagne

Genre: Comédie Musicale

Résumé :

A Chicago, dans les années vingt, Roxie Hart, une jeune femme qui rêve de monter sur la scène de l’Onyx Club, est accusée du meurtre de son amant indélicat et envoyée en prison. Derrière les barreaux, elle retrouve celle qu’elle admire, Velma Kelly, une chanteuse de jazz condamnée pour avoir tué son mari et sa soeur, pris en flagrant délit d’adultère.
Le très populaire avocat Billy Flynn va brillamment plaider leur cause et attirer l’attention des médias sur ces deux jeunes femmes à la superbe voix. Roxie, dont Billy a fait l’emblème de la naïveté abusée, devient en quelque temps une véritable star à Chicago…

Avis :

« Chicago « , c’est le premier film de Rob Marshall. Un film auréolé de pas moins de six Oscars, dont la récompense ultime de celui du meilleur film de l’année 2003.

À l’époque de sa sortie, « Chicago » avait été une excellente surprise et je ne crois pas l’avoir revu depuis. Je me suis donc relancé dans cette comédie musicale, qui est bien l’une des meilleures sorties dans les années 2000. « Chicago » est un film que j’ai pris plaisir à revoir, toujours aussi entraînant et drôle, avec ce premier film le réalisateur s’offrait donc l’un des sommets de sa carrière.

p3.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx

Chicago, les années 20, Velma se produit avec sa sœur dans des cabarets. Mais un soir, elle a trouvé cette dernière dans les bras de son mari. Pris de rage, elle les a refroidi tous les deux. Elle s’est fait arrêter et emmener directement en prison devant la moitié de Chicago.

C’est ce soir-là que Roxie Hart, une jeune femme qui rêve de faire de la scène, comme son idole Velma, rencontre Dominic West, un homme qui lui fait croire qu’il peut l’aider, mais quand ce dernier dévoile son vrai visage et avoue qu’il n’était là que pour la bagatelle, Roxie pris de rage, elle aussi le refroidit. Découverte, elle est arrêtée et envoyée directement en prison.

La jeune femme risque la mort, la chef des matons de la prison, Mama, l’invite à prendre Billy Flynn comme avocat. L’homme est un peu cher, mais il n’a jamais perdu un procès et évite la condamnation à toutes les femmes qu’il défend. Si Roxie veut s’en sortir, il va falloir qu’elle joue aux jeux des médias et comme sur scène, elle va devoir captiver son public et se faire aimer, une chose qui va s’avérer un peu plus compliqué que prévu, puisque Billy est aussi l’avocat de Velma et que cette dernière est pleine de jalousie et aime être la star des médias.

Un gout de provocation, un parfum d’excitation, un cocktail explosif de sensualité, des regards braqués tous dans la même direction, une scène, une chanteuse qui captive, le temps d’un show et ça se répète tous les soirs, objectif être l’objet de toutes les attentions, de tous les désirs, de toutes les envies, bonnes ou mauvaises du moment qu’on est dans la lumière et qu’on parle de vous.

En fin de compte, la prison et un procès avec un risque d’être condamné coupable et être pendu jusqu’à ce que mort s’ensuive, n’est pas si différent de la scène. Et c’est cette prison et ce procès que Rob Marshall va transformer en un show grandiose où va régner tentation, corruption, sensualité, musicalité et suspens.

Avant de se lancer dans son premier long métrage et surement son meilleur à ce jour, le réalisateur Rob Marshall n’avait qu’un téléfilm à son actif.

« Chicago » est un film ambitieux, qui va nous entraîner dans un tourbillon de lumières, de chorégraphies, de costumes et de jazz, dans un monde où tout n’est qu’apparence, strasses et paillettes.

Personnellement, je trouve que le scénario de « Chicago » est génial. J’adore les histoires de toutes ses femmes tueuses d’hommes qui vont essayer de s’en sortir. J’aime beaucoup voir la belle et innocente Roxie apprendre à devenir en quelque sorte une vedette, pour pouvoir sauver sa vie. J’aime beaucoup toute cette manipulation de l’image et de ce qu’on laisse échapper de soit pour séduire à ses propres fins. Le réalisateur a très bien su jouer avec ça et s’en moquer. « Chicago » n’est que poudre aux yeux, et n’est que spectacle pour notre plus grand plaisir et la fin en est d’autant plus géniale et quand on y pense, le film ne pouvait se terminer autrement.

Rob Marshall, pour son premier film, nous a réservé un superbe film à regarder. « Chicago » est une petite merveille qui mérite bien son Oscar. La mise en scène est fantastique, le montage magique et les chansons superbes. Le réalisateur s’amuse à illustrer avec des numéros musicaux fabuleux, chacun des ressentis de ses personnages. Chacune de leurs conviction, de leurs peurs, leurs doutes et leurs désarrois, va être mis en musique, dans des shows tous plus déments les uns que les autres. J’adore tout particulièrement celui des marionnettes, où les deux personnages font un peu ce qu’ils veulent avec les médias.

Le casting de ce film est jubilatoire. René Zellweger est magique dans la peau de Roxie, cette petite chose fragile, qui va grandir au fur et à mesure du film et devenir une véritable vedette que l’on va adorer autant qu’elle va passionner les médias de la ville. L’actrice, qui est bien trop sous-estimée, trouve là l’un de ses meilleurs rôles et elle assure aussi bien dans le chant, que dans le drame. Elle est fabuleuse.

Richard Gere s’offre une nouvelle jeunesse avec ce film. L’acteur qui se fait rare, même à l’époque de la sortie du film, n’a pas été aussi bon depuis un bout de temps. Il est drôle et charmeur, j’adore les scènes du procès, où il me fait rire en exagérant tout, c’est génial.

Catherine Zeta-Jones est, quant à elle, parfaitement détestable. L’actrice en est même drôle. Elle joue les femmes jalouses et égocentriques à merveille. C’est à elle qu’on doit le premier numéro et elle donne la couleur du film à elle seule. J’ai été aussi très touché par le numéro de John C. Reilly. L’acteur s’offre une belle scène de clown triste et dévoile de belles qualités de chants. Comme pour René Zellweger, je trouve que c’est un acteur bien trop sous-estimé. Il ne faut pas oublier aussi que dans le film, on trouvera de bons rôles pour Taye Diggs (le narrateur), Queen Latifah, Lucy Liu (hilarante d’ailleurs) ou Christine Baranski.

p7.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx

Rob Marshall se paye donc le luxe de nous offrir un très, très bon et beau premier film. « Chicago » est une belle bouffée d’air frais, c’est un film devant lequel on s’amuse, devant lequel on prend plaisir à voir tous ces beaux numéros. L’histoire est bonne et change de ce qu’on a l’habitude de voir, puisqu’ici, point d’amour à l’eau de rose. Ou alors si, entre deux femmes et la scène.

Note : 17/20

[youtube]https://www.youtube.com/watch?v=6OxWtqT4IGA[/youtube]

Par Cinéted

AqME

Amateur d'horreur, Métalleux dans l'âme, je succombe facilement à des images de chatons.

Voir tous les articles de AqME →

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.