mai 16, 2021

Django Unchained

20366454.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx

De : Quentin Tarantino

Avec Jamie Foxx, Leonardo DiCaprio, Christoph Waltz, Kerry Washington

Année: 2012

Pays: Etats-Unis

Genre: Western

Résumé:

Dans le sud des États-Unis, deux ans avant la guerre de Sécession, le Dr King Schultz, un chasseur de primes allemand, fait l’acquisition de Django, un esclave qui peut l’aider à traquer les frères Brittle, les meurtriers qu’il recherche. Schultz promet à Django de lui rendre sa liberté lorsqu’il aura capturé les Brittle – morts ou vifs.
Alors que les deux hommes pistent les dangereux criminels, Django n’oublie pas que son seul but est de retrouver Broomhilda, sa femme, dont il fut séparé à cause du commerce des esclaves…
Lorsque Django et Schultz arrivent dans l’immense plantation du puissant Calvin Candie, ils éveillent les soupçons de Stephen, un esclave qui sert Candie et a toute sa confiance. Le moindre de leurs mouvements est désormais épié par une dangereuse organisation de plus en plus proche… Si Django et Schultz veulent espérer s’enfuir avec Broomhilda, ils vont devoir choisir entre l’indépendance et la solidarité, entre le sacrifice et la survie…

Avis:

Un film de Quentin Tarantino est toujours un événement, il faut dire que le cinéaste a toujours su nous offrir du très très bon et il m’a rarement déçu, en fait il ne m’a déçu qu’une fois avec « Jackie Brown« , tous les autres sont géniaux. J’attendais ce cru 2013 avec une belle impatience, persuadé que j’allais aimer et après l’avoir vu je peux dire que le film dépasse largement mes espérances, je ne dirais pas que c’est une tuerie … non c’est un autre niveau.

20376345.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx

Cela faisait longtemps que Tarantino voulait faire un western et bien c’est chose faite. L’histoire est aussi géniale qu’elle est riche, on suit le Docteur King Schultz, devenu chasseur de primes. Il libère un esclave nommé Django. Il lui propose un marché, Django est le seul à avoir vu les frères Brittle, activement recherchés par la justice. Si Django l’aide à les coincer, il lui rend sa liberté et par la même occasion l’aide à retrouver sa femme vendue comme du bétail au marché aux esclaves.

De cette trame va alors s’en suivre un western made Tarantino. J’adore la façon dont le réalisateur des parfaits « Pulp fiction« , « Kill Bill » ou « Inglorious Bastard » se réapproprie un univers, le dépoussière, l’adapte au sien et en fin de compte le réinvente.

« Django » est un vrai régal, un pur moment de cinéma, un grand moment de cinéma, tout est bon dans ce film, il n’y a rien à jeter, rien à enlever, on passe 2H45 à en prendre plein les yeux, les oreilles, on a des frissons, on vit le film et je dirais qu’il est trop court, à la fin, on en redemande, c’est même assez chiant de se dire que le film s’approche de son générique final. On ressort de la salle vidé, le sourire aux lèvres, les yeux et l’esprit émerveillés avec cette sensation d’avoir vu l’un des meilleurs films d’une année alors à peine commencée.

L’histoire est géniale, après sa version de la seconde guerre mondiale, le réalisateur s’attaque a une partie de l’histoire américaine peu glorieuse, son est dur et violent voir gore sur la fin (Ah le final !!) et pourtant il y a toujours ce petit côté humoristique qui est le bienvenu, certaine scène ont un impact puissant, car on imagine bien que l’époque cela devant être comme ça, voir plus, sens rien vous révéler, une ou deux scènes m’ont choqués. Le scénario est riche, le film se re-nouvel s’en cesse. Les dialogues comme toujours sont incroyables et fabuleusement joué par des comédiens d’excellence. J’ai entendu dire que c’était un film bavard, on le sait le réalisateur à l’habitude de s’offrir de belle scène de dialogues, mais là c’est jubilatoire, c’est intéressant, c’est intelligent et constructif on ne s’ennuie pas une seconde !

La mise en scène est merveilleuse, « Django » a une élégance rare, c’est un film qui a énormément de caractère et de classe. Tarantino se permet même des mouvements de caméra assez osés qui chez un autre réalisateur aurait fait kitsch, mais chez lui ça passe avec une aisance fabuleuse. La lumière du film est magnifique, le réalisateur profite de ces superbes paysages et autres décors pour les mettre en valeur et y créer une ambiance lumineuse et sombre la fois, plusieurs fois glauque, mais toujours surprenante.

La BO de ce film est parfaite et décalé. Les films de Tarantino ont toujours eu une bande son travaillée et ici en y mettant des sons soul, R,N,B et Rap, associé à l’époque où cela se passe, je trouve qu’il rend un bel hommage au peuple noir qui ferait de ces musiques une autre forme de liberté.

20376347.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx

Et enfin les acteurs sont tous immenses. On n’avait pas vu Jamie Foxx aussi bon depuis des années. Christoph Waltz est encore une fois époustouflant, dans un rôle aussi décalé qu’étonnant. Dicaprio est immense en enfoiré, il assume son rôle jusqu’au bout et si le comédien se fait attendre dans le film c’est pour mieux nous mettre KO. Mais la grande révélation de ce film pour moi est le grand Samuel L. Jackson qui livre là l’une des meilleures interprétations de sa carrière, son jeu est parfait et il m’a fait rire, alors que c’est un rôle sombre. L’acteur vole presque la vedette à tout ce petit monde dès son arrivée.

Vous l’aurez compris « Django » est un pur régal, un immense moment de cinéma. Un film intense, ingénieux, d’un réalisateur en constante évolution. C’est un film qui fera date dans la carrière du réalisateur, un film qui est instantanément un sommet de la carrière de Tarantino. Génial en tout point, il me tarde de le revoir !

Note : 19/20

Image de prévisualisation YouTube

Par Cinéted

AqME

Amateur d'horreur, Métalleux dans l'âme, je succombe facilement à des images de chatons.

Voir tous les articles de AqME →

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.