décembre 9, 2021

Sherlock Saison 3

sherlock-saison-3

D’Après une Idée de : Steven Moffat et Mark Gatiss

Avec Benedict Cumberbatch, Martin Freeman, Mark Gatiss, Una Stubbs

Pays : Angleterre

Genre : Aventure, Policier

Nombre d’Episodes : 3

Résumé :

Les aventures de Sherlock Holmes et de son acolyte de toujours, le docteur Watson, sont transposées au XXIème siècle

Avis :

Il aura fallu patienter deux ans, deux longues années pour enfin savoir ce qui s’est réellement passé à la fin de la deuxième saison. Deux ans qui sont passés telle une éternité, tant la fin de cette deuxième saison était aussi frustrante que jubilatoire.

Puis enfin au jour de ces 730 jours à peu près de torture, nous y voilà.

La deuxième saison était tout simplement énorme et j’avais bien du mal à me dire que c’était possible de faire mieux, tant elle atteint de vrais somments de bonheur, j’avais même peur d’être un peu déçu, mais à la vision de cette dernière, je peux vous le dire, il y a vraiment pas de quoi avoir peur. La première saison est géniale, la deuxième la surpasse de loin et bien la troisième est tout simplement la meilleure de toutes, elle est incroyable sur ces trois épisodes et franchement, je veux bien attendre encore deux ans, si c’est pour voir des épisodes de cette qualité-là.

358323-lars-mikkelsen-le-frere-de-mads-sera-620x0-1

Il y a maintenant deux ans que Sherlock Holmes a maquillé son faux suicide. Cela fait maintenant deux ans que John Watson est en deuil puisqu’il a perdu le seul véritablement ami qu’il avait. Il a essayé de refaire sa vie, loin des enquêtes du 221 B Blackstreet, maintenant il est médecin et vit avec Mary, qu’il a rencontrée peu après la mort de Sherlock. C’est même grâce a Mary qu’il a réussi à refaire un peu surface.

Mais ce que peu de monde sait, c’est que Sherlock œuvre dans l’ombre pour détruire ce qui reste de l’organisation de Moriarty. Mais voilà, la mission arrive à son terme et il se trouve qu’on a besoin des lumières du célèbre détective à la casquette à Londres. Le moment est donc venu pour Sherlock de revenir à Londres et de reprendre contact avec ses vieux amis, John Watson, mais aussi Lestrad et Madame Hudson.

Beaucoup de choses ont changé en deux ans et ces amis vont avoir un sacré choc…

Mon dieu, alors prenons un moment pour chanter à la gloire des scénaristes anglais, ces gens qui nous font rêver en nous offrant des séries toutes plus palpitantes les unes que les autres et qui de saisons en saisons nous font vibrer, comme rarement on vibre en ce moment.

Comme je le disais plus haut, ils auront mis deux ans pour nous balancer cette saison trois, mais quelle saison Peter Moffat et Mark Gatiss, nous on offert là. En trois épisodes, ils ont emmenés avec grâce « Sherlock » vers des sommets de retrouvailles. Jamais des retrouvailles ont été aussi passionnantes, touchantes, excitantes. L’attente en valait largement la peine.

La série continue sur le même programme qu’à l’accoutumée, c’est-à-dire que l’on a le droit à trois nouveaux épisodes d’une heure trente chacun. Ces trois épisodes que le duo nous a concoctés vos être terriblement différents les uns des autres et tous d’une qualité scénaristique incroyable, qui fait qu’on aura bien du mal à se dire quel est le meilleur des trois, tant ils sont tous excellents.

La série va se diviser en deux parties. Les deux premiers épisodes sont un moment de bonheur et de rigolades. Le premier verra notre Sherlock tant aimé resurgir dans la vie de ceux qui le croyaient mort, et les réactions vont être diverses et variées allant de la franche poignée de mains en guise de soulagement, au hurlement à la vision d’un fantôme. C’est drôle, fun et décalé, c’est du Sherlock dans toute sa splendeur. Mais ce qu’on attend et ce qu’on craint aussi, ce sont les retrouvailles avec Watson. Et là encore les scénaristes vont être parfaits en les prolongeant un maximum, on est autant touché qu’amusé, partagé entre la pitié pour John Watson, l’inconscience de Sherlock et notre propre plaisir coupable tant on l’a rêvé et c’est encore mieux que ce qu’on l’on imaginait. À la fin de ce premier épisode, on est heureux, comblé et l’on attend le deuxième avec une impatience folle, la semaine prochaine parait si loin.

Pour ce deuxième épisode, je le qualifierais d’épique ! C’est génial, encore mieux que le premier, Moffat et Gattis ont fait très fort. Tout l’épisode se passe pendant le mariage de Watson. Là encore, on est aussi ému qu’amusé, Sherlock est le pire et meilleur témoin du monde. L’épisode enchaîne présent et passé, racontant une enquête pendant un discours, se remémorant les événements passés qu’on appréciera revoir, mais aussi d’autres comme le passage immanquable lors d’un mariage, l’enterrement de vie de garçon que je qualifierais d’instantanément culte, tant c’est énorme, je les remercie encore pour ce très grand moment de télévision.

Puis enfin arrivera le troisième épisode, qui sera un comble de suspens, ne cessant de réinventer la série pendant un heure trente. Il est tellement intense autant dans sa mise en scène que dans son scénario qu’il ne nous laisse pas une minute de répit. On a même envie de hurler de nous laisser un peu tranquille, de laisser notre cerveau en paix.

C’est avec un immense plaisir qu’on retrouve nous personnages préférés. Après deux années de patience, ils étaient attendus et sont très loin de nous décevoir. Benedict Cumberbatch réendosse pour la troisième fois le trois quart de Sherlock et l’acteur est prêt à nous offrir le grand jeu. L’acteur est dément dans la peau du détective, je crois que cet homme n’a pas toute sa raison, il est inconscient. Cet homme revient d’entre les morts, et il ne percute pas l’impact de sur son entourage, ce qui nous donne des scènes folles et touchantes aussi. On est heureux de retrouver l’exubérance de personnage et le jeu malicieux de Cumberbatch qui est bien l’une des meilleures versions du célèbre détective.

Pour son opposé, Martin Freeman retrouve les chemises bien repassées de John Watson, et le comédien va encore une fois faire mouche. Vraiment très touchant pendant toute cette saison, Martin Freeman est un shoot d’émotion à chacune de ses scènes. L’acteur dont le talent n’est clairement plus à prouver, est capable de nous émouvoir en un plan, une scène, un geste. C’est un comédien que j’adore, que je trouve incroyable, minutieux dans son jeu, le moindre geste, la moindre respiration est bien placée. C’est encore avec plaisir qu’on retrouve Una Stubbs dans la peau de Madame Watson, ainsi que Rupert Graves dans celui de l’inspecteur Lestrad et bien sûr Mark Gatiss dans la peau de Mycroft Holmes le frère tant aimé de Sherlock.

Pour cette nouvelle saison, on accueille les bras ouverts Amanda Abbington, dans le rôle de Mary, la future femme de Watson et qui est pour la petite info, la compagne de Martin Freeman à la ville. L’actrice nous séduit dès sa première scène. Elle est sympathique et va être vraiment touchante au fur et à mesure de la série. Puis cette troisième saison nous réserve aussi quelques surprises avec le retour de certains personnages, dont je terrais le nom.

Sherlock-saison-3-episode-2-The-Sign-of-Three-REVIEW_portrait_w532

On l’a attendu patiemment cette nouvelle saison de « Sherlock« , et la série va s’amuser à nous torturer, elle nous perd et massacre nos repères à un certain moment, tant elle est imprévisible et part dans tous les sens. On doit bien avouer que c’est un vrai plaisir coupable, on en savoure chaque minute, chaque péripétie, chacque moment, c’était tout simplement parfait.

Il me tarde tant de voir cette saison quatre qui ne se laisse entrevoir que pour 2016… Autrement dit encore une fois, une éternité…

Note : 20/20

[youtube]https://www.youtube.com/watch?v=9UcR9iKArd0[/youtube]

Par Cinéted

AqME

Amateur d'horreur, Métalleux dans l'âme, je succombe facilement à des images de chatons.

Voir tous les articles de AqME →

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.