mai 16, 2021

Demons 2

14cce8243a0c17a3c9d3980cc3249d8c_1398381180_

Titre Original: Dèmoni 2

De : Lamberto Bava

Avec David Knight, Davide Marotta, Nancy Brilli, Coralina Cataldi Tassoni

Année : 1986

Pays : Italie

Genre : Horreur

Résumé:

Au septième étage d’un immeuble, la fête bat son plein pour l’anniversaire d’une jeune fille. Le reste de l’immeuble tente de ne pas s’endormir devant un film de démons. La jeune fille pénètre dans sa chambre pour essayer une nouvelle robe quand surgit de son poste de télévision un des terribles démons…

Avis:

Quand on tient un filon qui fonctionne, on essaye de le réutiliser pour faire fructifier ses affaires. On le voit aujourd’hui avec des films comme les Paranormal Activity ou encore le relancement de la franchise des Scream. Durant les années 80, avec un cinéma de genre italien en plein essor, on avait déjà des petits malins qui souhaitaient faire des suites pour essayer de faire beaucoup d’argent. Avec Dario Argento au scénario et Lamberto Bava à la réalisation, à peine un an après la sortie du premier Démons, voici le deuxième opus qui essaye de faire la même chose mais dans un lieu différent. Mais ce film est-il à la hauteur de son aîné? Les démons sont-ils un poil plus intéressants que dans le premier métrage? Enfin, le côté « gore for fun » du premier épisode est-il toujours présent dans cette version? Affaire à suivre.

demons201

Quand j’ai évoqué lors de la critique précédente sur Démons premier du nom que le scénario tenait sur la bande magnétique d’un ticket de tramway, c’était la vérité. Avec le deuxième épisode, ce n’est guère mieux. C’est bien simple, on pourrait reprendre le même scénario, mais à la place du cinéma, on se met dans un immeuble de plusieurs étages avec des gens dedans. Bon, en même temps, cela aurait été très chiant de faire un film de démons mais sans innocent dans l’immeuble. Un bon nombre des habitants de l’immeuble sont en train de regarder un film de démons, lorsque l’un d’entre eux passe au travers de l’écran cathodique et contamine une jeune fille dont c’est l’anniversaire. La contagion va donc vite se propager et les habitants vont tout faire pour survivre et sortir de l’immeuble. Scénario simple et efficace, encore faut-il que l’ambiance soit sympathique et que les situations soient crédibles. Encore une fois, je regrette que les démons ne soient plus hargneux et mesquins, avec des phrases cyniques. Du coup, on regarderait un film de zombies que ce serait pareil.

Si le premier opus misait surtout sur le côté gore et survie d’un groupe de gens dans un cinoche, dans cette pellicule-là, on va plutôt voir des gens se planquer pour survivre et un homme ultra courageux souhaitant sauver sa femme enceinte des griffes des vilains démons. L’héroïsme est donc de mise dans ce nouveau démons, mais malheureusement, l’ambiance n’est pas horrifique à fond. On ressent une volonté de bien faire, mais on ressent aussi de la facilité dans certaines actions et dans certains codes et on a la sensation de se retrouver dans le même film que le précédent. La seule chose qui le différencie du précédent film, c’est l’apparition des démons et la population du bâtiment qui est plus hétéroclite. On a alors des enfants, des sportifs, des jeunes insouciants et un homme courageux.

still-from-demons-2

Oh putain, cette 3D, c’est vraiment révolutionnaire!

Par contre, et c’est plutôt un bon point pour le film, les acteurs sont surement plus intéressants que dans le premier opus. Il faut dire que leurs rôles sont un poil plus intéressants et qu’il est plus facile de donner consistance à un personnage possédant un bon background qu’à une serpillère. On retrouvera Asia Argento, la fille de Dario qui signe le scénario, dans la peau d’une démone…démoniaque. Pour le reste, j’ai été assez surpris par le bon jeu de l’enfant, qui connaîtra un destin funeste, ou encore du coach sportif, meneur d’hommes aguerri qui ne souhaite pas se laisser faire. Le héros du métrage reste assez solide dans son jeu même si par moments il se la raconte un peu trop version Rambo. Sa femme, enceinte, joue assez bien aussi et reste crédible dans son rôle. Je tiens quand même à préciser qu’il est assez délicat de juger sur des prestations d’acteur tant l’évolution a été grande entre les années 80 et aujourd’hui, mais il faut dire que tout ce petit monde reste assez crédible dans ce film.

Mais le gros point faible du film, et quand je dis ça, c’est en rapport avec le premier film, c’est que les effets gores sont beaucoup moins présents. Dans le premier opus, il y avait vraiment des passages bien dégueulasses et relativement bien foutus. Dans cette suite, il y a très peu de gore et on retrouvera seulement quelques passages identiques au premier comme le coup des ongles qui s’ouvrent en deux ou encore des dents qui tombent pour laisser la place à des crocs. Par la suite, outre quelques blessures pas très sanglantes, on n’aura pas de quoi fouetter un chat. Bon, en même temps, ça ne sert pas à grand-chose de fouetter un chat, sauf si ce dernier vous a mordu la main, et dans quel cas, il est plus facilement compréhensible d’avoir un martinet à portée de mains pour fouetter ledit chat. La seule scène assez choquante, c’est lorsque le petit garçon meure et qu’un démon en plastique lui sort du corps. D’ailleurs, les effets spéciaux sont relativement ratés dans ce film. On voit très clairement la marionnette en plastoc car elle fait très inanimée.

Au final, Démons 2 est moins bon que le premier film. Il apparait moins couillu au niveau du gore et l’apparition des démons et moins justifiée qu’auparavant. En effet, dans le premier, le masque exposé avec lequel se coupe une spectatrice est le même que celui dans le film. Ici, les démons sortent de l’écran et infectent une jeune fille, pourquoi? On n’aura jamais la réponse. Néanmoins, Démons 2 reste un film moyen, divertissant à défaut de faire peur, et dans lequel on s’ennuie rarement. Mais attention tout de même car le film comporte moins de scènes cultes que dans le premier et l’humour potache de son aîné disparait pour quelque chose de plus sérieux et de moins fun.

Note: 11/20

Image de prévisualisation YouTube

Par AqME

ServalNote de Serval: 12/20

AqME

Amateur d'horreur, Métalleux dans l'âme, je succombe facilement à des images de chatons.

Voir tous les articles de AqME →

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.