mai 25, 2022

Alerte Rouge – Pandarmageddon

Titre Original : Turning Red

De : Domee Shi

Avec les Voix Originales de Rosalie Chiang, Sandra Oh, Ava Morse, Hyein Park

Année : 2022

Pays : Etats-Unis

Genre : Animation

Résumé :

Les aventures de Meilin Lee, une jeune adolescente de 13 ans, pleine d’assurance, mais tiraillée entre son image de petite fille modèle aux yeux de sa mère hyper protectrice et le chaos de l’adolescence. Et comme si tous les changements qui s’opèrent en elle ne suffisaient pas, chaque fois qu’elle est débordée par ses émotions – ce qui, pour une ado, arrive quasiment tout le temps – elle se transforme en panda roux géant !

Avis :

Cela devient une habitude (et une forte marque d’irrespect), mais après Soul et Luca, Alerte Rouge est le nouveau film des studios Pixar qui ne passe pas par la case cinéma. Selon toute vraisemblance, Disney n’a pas envie de sortir les films de la boîte à la lampe dans les salles obscures, et cela marque un déni assez incroyable du travail titanesque des gens au sein de Pixar. D’autant plus qu’Alerte Rouge marque un véritable tournant dans son équipe, qui est composée principalement de femmes, et c’est même le premier film Pixar réalisé entièrement par une femme, Domee Shi, qui a déjà bossé sur Vice-Versa. En dehors de ça, c’est aussi un film qui parle d’un sujet important, le passage à l’adolescence, et à l’âge adulte, et qui propose un parti pris graphique très intéressant. Bref, il y avait toutes les raisons du monde pour sortir ce film au cinéma.

Le Panda en Moi

L’histoire du film propose de suivre la petite Meilin dans son quotidien. Agée de 13 ans, elle forme un petit clan avec ses trois meilleures amies et elle se force à être parfaite partout pour plaire à sa mère. Ainsi, elle mène de front plusieurs batailles, dont son travail au collège et l’entretien du temple du panda avec sa mère. Fille modèle, tout va partir en vrille quand elle va découvrir qu’elle se transforme en panda lorsqu’elle laisse ses émotions la submerger. Elle va apprendre que ce qu’elle subit est une malédiction familiale, et qu’il faut qu’elle soit opérationnelle pour un rituel particulier. Manque de bol, le rituel tombe en même temps que le concert de son boys band préféré, et elle va devoir faire un choix crucial. Derrière sa bonhommie tout en rondeur, Alerte Rouge est un film qui brasse de nombreux sujets, dont celui du passage à l’adolescence.

De façon très claire, on va voir que Meilin devient de plus en plus colérique. Elle gère mal ses émotions, autant amoureuses que passionnées, et cela la transforme alors en un panda roux géant. Allégorie aux règles et au corps qui change lors de l’âge ingrat, Meilin va devoir faire face à des changements radicaux et se rendre compte qu’elle n’est plus une petite fille. Si le film est assez explicite sur son sujet principal, il est assez intelligent pour affronter de front des moments tabous, comme par exemple en mettant en premier plan un lot de serviettes hygiéniques. Ça n’a l’air de rien comme ça, mais c’est la première fois qu’un film d’animation aborde le sujet de plein fouet, et n’utilise des atours métaphoriques pour en parler. Une manière de dédouaner un sujet qui n’a pas à être tabou. Mais ce n’est pas le seul sujet intéressant ici.

Petite Fille Modèle et Mère Tyrannique

Si les changements d’humeur sont le point central de l’intrigue, on verra aussi que la relation mère/fille va évoluer, et pas forcément dans le bon sens. Alors que Meilin est une petite fille, elle est sage et travaille pour rendre sa mère fière. Une mère qui compte beaucoup sur sa fille et espère la modeler à son image. Les prémices de l’adolescence arrivant, une attitude rebelle va faire surface, avec l’envie de découvrir d’autres choses à l’extérieur du giron de sa mère. De ce fait, des disputes vont éclater, jusqu’à arriver à un point de non-retour, où mère et fille ne se parlent plus et préfèrent se rendre des coups. Ainsi donc, on a vraiment un portrait assez intéressant de l’ado rebelle, mais aussi de la mère tyrannique qui n’accepte pas les changements de sa fille. Une mère qui rejette la faute sur les autres.

Car si Meilin est fautive dans ce qu’elle entreprend, comme la collecte d’argent pour se payer les billets de concert, elle ne le dit jamais à sa mère, qui estime qu’elle a de mauvaises fréquentations. Le plus fort dans tout ça, c’est lorsque la génération précédente est évoquée, avec la grand-mère qui déboule pour régler le problème. On sent que dans la famille, les non-dits sont nombreux et qu’il y a de la crainte, plus que de l’amour. Et c’est Meilin qui va faire prendre conscience que les temps changent et qu’il faut évoluer, accepter de grandir autrement et apprivoiser le panda qui sommeille en chacun de nous.

Et pour réussir cela, il faut trouver le juste équilibre entre amour parental, amitié forte et sincère et respect de l’autre et de ses choix. Bien sûr, tous ces thèmes sont amenés avec humour et parfois gravité, dans un bel équilibre dont seul Pixar a le secret.

De la Ref en Pagaille

En dehors de son scénario qui est très bien trouvé, comme d’habitude chez Pixar, on trouvera de nombreuses références dans ce film, que ce soit dans les itérations cinématographiques, ou tout simplement dans l’époque du film. Car l’action se passe en 2002 et on retrouvera un boys band qui ressemble à s’y méprendre aux Backstreet Boys ou autre truc interchangeable. La fibre nostalgique n’est pas trop appuyée et si l’on excepte le Tamagochi, on pourrait intercaler l’époque du film n’importe où. C’est dans la mise en scène que les choses deviennent intéressantes aussi, notamment dans les références très manga, surtout sur les scènes d’action, ou encore sur un final qui évoque les Kaiju Eiga, avec un panda roux géant destructeur. Domee Shi n’hésite pas à citer ses références, à les digérer et à les régurgiter de façon nouvelle, avec de nombreuses idées absolument géniales.

Au final, Alerte Rouge est encore une fois un très bon Pixar. Si on peut lui reprocher, comme pour Soul, de manquer un peu d’émotions dans ses relations, on reste sur un film qui explore parfaitement son sujet. Jouissant d’un bel équilibre entre gravité et légèreté de ton, le film de Domee Shi exploite au maximum ses idées visuelles pour parfaire des messages importants et essentiels chez toute une nouvelle génération. Toujours doté d’une double lecture, Alerte Rouge est à la fois un divertissement réjouissant et un regard tendre sur un âge ingrat difficile à passer, pour les enfants comme pour les parents. Dommage que le film n’ait pas pu bénéficier des salles de cinéma…

Note : 15/20

Par AqME

AqME

Amateur d'horreur, Métalleux dans l'âme, je succombe facilement à des images de chatons.

Voir tous les articles de AqME →

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.