janvier 28, 2022

Freddy 5 L’Enfant du Cauchemar

B00006FMI0.08.LZZZZZZZ

Titre Original: A Nightmare on Elm Street 5: The Dream Child

De : Stephen Hopkins

Avec Robert Englund, Lisa Wilcox, Daniel Hassel

Année : 1990

Pays : Etats-Unis

Genre : Horreur

Résumé :

L’ignoble Freddy a encore trouvé un moyen pour venir hanter les cauchemars des enfants de Elm Street : il se réincarne dans le bébé qu’attend Alice, celle qui l’avait pourtant vaincu dans le précédent épisode. Il arbore à nouveau crânement son chapeau, son pull rayé et ses longues griffes aiguisées et Alice aura fort à faire pour le ramener dans le sinistre asile psychiatrique où il fut conçu.

Avis :

Difficile de se renouveler quand on arrive au cinquième opus d’une saga qui décline au fur et à mesure et avec le même tueur. Néanmoins, l’univers des rêves, exploité dans cette saga peut demeurer sans limites et les scénaristes peuvent laisser libre cours à leur imagination. Seulement, il faut éviter de partir dans le n’importe quoi et surtout garder un certain lien avec la série, avec une cohérence aussi infime soit-elle. La problème des Freddy et cela depuis le quatrième volet, c’est que la peur a laissé la place à l’humour et au gore version grand guignol. Si cela passe dans certains films, c’est parce que le choix parait évident et que le film n’oscille pas entre l’horreur et la comédie, un peu comme Shaun of the dead qui est très clairement burlesque. Avec l’enfant du cauchemar, on replonge dans l’univers de Freddy et on se doute bien de ce que l’on va trouver, des meurtres rigolos, de l’humour grinçant peut être une pointe de frayeur. Tout cela est-il au rendez-vous ? Entrons dans ce cinquième cauchemar.

530170908_1_3

T’aimes la haute gastronomie ? Alors mange ma bite !

Quand on connait le nombre de fois où Freddy est mort, on se dit à chaque fois que c’est la bonne. Sauf que ce bon monsieur a toujours la bonne idée de se ressusciter et de revenir hanter les rêves de jeunes adultes en pleine expansion sexuelle ou dépressive. Cette fois-ci, les scénaristes ont eu la bonne intuition de rajouter un petit enfant au milieu de tout ce bordel. En fait, on revient avec Alice, la survivante de l’épisode précédent et elle est enceinte. Du coup, notre bon vieux Croquemitaine va en profiter pour se réincarner dans ce bébé dans les rêves de l’héroïne. Outrageusement bête, le scénario va accumuler des incohérences énormes avec le reste de la saga et va même oublier les bases de l’épisode d’avant, Le Cauchemar de Freddy. Il se trouve qu’Alice perd tous ses pouvoirs qui faisait d’elle un super ninja, il se trouve que tout le monde a oublié qui est Krueger et que les meurtres demeurent irrésolus (alors que ça fait 5 films qu’il trucide du môme sur Elm street, le bougre !). Si tout cela demeure presque insultant pour l’intelligence des spectateurs, les scénaristes ont cru bon de refaire un Freddy et de mettre au point une histoire bidon qui ne sera le théâtre que de quelques meurtres sans grand intérêt.

Dans les deux/trois premiers épisodes, la volonté d’effrayer le spectateur était bien présente. On voyait Freddy comme un monstre sadique, puissant, sarcastique et surtout sans pitié. Depuis maintenant deux épisodes, Freddy est devenu un guignol aux lames d’acier qui s’amuse avec ses victimes et qui trouve bon de faire dans l’originalité pour ces meurtres. Le problème, c’est qui dit originalité, dit aussi parfois bouffonnerie et c’est ce dans quoi tombe Freddy. Cabotin à mort, il va enchaîner des apparitions ridicules et des meurtres parfois insignifiants. Du coup, l’ambiance en prend un coup et c’est dommage car certains passages valent vraiment le coup. La volonté d’en apprendre plus sur Freddy par exemple est une bonne idée et la découverte qu’il est né d’un viol collectif par des malades mentaux auraient pu être mieux mis en image. En effet, si on doit aller au bout des choses que l’on y aille franco, sans détour et sans blagues vaseuses. Un Freddy plus violent et moins bouffon aurait rend les choses plus dramatiques et surtout plus sombres. Les passages avec l’enfant sont aussi bien foutus et l’ambiance aurait pu être renforcée avec des moments plus encore une fois plus glauques et plus nihilistes. Seulement, si on suit l’évolution de la série, ce n’est pas le tournant voulu et Stephen Hopkins se trouve dans la continuité de cela.

freddy-5-1984-01-g

Tu vois le type qui écrit des critiques petit ! Et ben c’est un gros con !

Visuellement réussi, le film va pêcher par la présence d’acteurs vraiment pas terribles. Lisa Wilcox reprend son rôle et demeure passable. Le seul problème, c’est qu’elle semble bien jeune pour être mère d’un enfant et ne se rend pas plus crédible par la suite. Mais ce n’est pas la pire du casting, car son boy-friend, qui ne fait pas long feu dans le film est vraiment insupportable, tout comme sa copine Amanda qui va mal finir aussi. Mais le plus intéressant, c’est résolument ce cher Robert Englund, toujours à fond dans son Freddy. Il faut dire qu’il est vraiment à l’aise dans ce rôle et qu’il doit et peut s’en donner à cœur joie. En totale roue libre depuis l’opus précédent, il reste l’un des méchants les plus charismatiques de l’histoire du cinéma. On notera aussi deux rôles importants, celle de la jeune black qui survit à Freddy et qui trouve sa mère. Elle joue plutôt bien et reste la plus convaincante des personnages. L’autre rôle est celui de la mère de Freddy, sorte de sainte vierge salvatrice et malgré le peu d’apparition de celle-ci, l’actrice est assez bonne et demeure convaincante. Par contre, celui qui joue Jacob, l’enfant est vraiment mauvais malgré une tête de psychopathe à son âge. Il joue mal et ne suscite aucune émotion de la part du spectateur. Malheureusement, sa prestation plombe le film et ne donne aucun point d’attache avec les personnages, si ce n’est celui du méchant !

Le film se rattrape in extremis sur les effets visuels et sur quelques effets gores bien sentis. Ainsi, la première la mort, celle à moto, quand le personnage fusionne avec la moto pour se retrouver dans le décor est très bien foutue et on a mal pour le bonhomme. Le seul problème, c’est qu’elle s’éloigne tellement du concept de base et fait tellement peu sérieux que l’on rigolera plus qu’autre chose. Par la suite, certaines morts demeurent assez drôles, comme celle qui va se faire gaver et qui va mourir d’obésité et d’étouffement, ou encore le jeune dessinateur névrosé qui va se faire déchirer comme un vulgaire papier. D’ailleurs, l’effet visuel est bien rendu et les couleurs ont été bien choisies. Le plus gros défaut dans tout ça, c’est une absence de sang et de gore, et même si cela n’est pas très important, il y a un facteur que Hopkins a oublié, c’est la vraisemblance. Ainsi, avec un rajout de sang notamment quand la peau se fait transpercer, cela aurait rajouté un côté malsain et plus réaliste. Enfin, j’ai bien apprécié les effets de transformations sur Freddy et notamment la phase de fin avec les têtes de ses victimes qui  veulent sortir de son corps. Le moment est assez malsain et visuellement bien sale. Par contre, la fin est vraiment attendue et pas passionnante, ce qi gâche tout le plaisir.

FreddysRevenge

J’vais te déchirer la gueule ! Littéralement !

Au final, l’enfant du cauchemar est un mauvais Freddy. Bien en dessous de tous ses prédécesseurs, il ne se sauve la mise qu’avec des effets visuels réussis. Les acteurs semblent peu concernés par ce qu’ils leur arrivent et seul Englund, dans son rôle de croquemitaine semble s’amuser à faire ce film. L’histoire accumule des incohérences et ne respecte même pas l’opus précédent, ce qui est un comble. Bref, un film qui vaut le coup d’œil pour des effets dégueulasses assez réussis et des mises à mort originales. Pour le reste, on passera notre chemin !

Note : 10/20

[youtube]http://www.youtube.com/watch?v=Tr_sHMkjoBA[/youtube]

AqME

Amateur d'horreur, Métalleux dans l'âme, je succombe facilement à des images de chatons.

Voir tous les articles de AqME →

Une réflexion sur « Freddy 5 L’Enfant du Cauchemar »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.