octobre 25, 2021

At Any Price

De : Ramin Bahrani

Avec Dennis Quaid, Zac Efron, Clancy Brown, Heather Graham

Année : 2012

Pays : Etats-Unis

Genre : Aventure, Drame

Résumé :

Fils d’un agriculteur puissant, Dean Whipple rêve de devenir pilote automobile. Ses ambitions sont contrariées lorsque l’exploitation familiale est la cible d’une enquête.

Avis :

Américain d’origine iranien, Ramin Bahrani a d’abord étudié à New York avant de partir en 1999 en Iran pour faire son film de fin d’étude, « Stranger« , qui sortira dans un petit cercle au cours de l’année 2000. Par la suite, Ramin Bahrani ne rentre pas de suite aux Etats-Unis. L’homme vadrouille un peu, posant ses valises en France. En 2005, il réalise un deuxième film, mais c’est en 2007 avec « Chop Shop » qu’il se fait remarquer au festival de Cannes.

Cinquième film du réalisateur, « At Any Price » est le premier « gros » film du cinéaste. Après « Goodbye Solo » qui demeure encore inédit chez nous, Ramin Bahrani installe sa caméra en pleine campagne américaine pour réaliser un film très étonnant. Un film qui abordera les relations de famille, l’héritage familial, son affranchissement et plus largement la part sombre de l’American Dream ou encore un soupçon d’écologie. Tendu, simple et profond, « At Any Price » tient bien sa ligne, et arrive à nous tenir tout aussi bien et mieux encore, puisqu’il le film va même prendre une direction imprévisible, qui nous laissera au final, assez bluffé. Bref, « At Any Price » est une très bonne surprise.

Chez les Whipple, on est agriculteur de père en fils depuis des générations. Et chaque génération a étendu « l’empire » familial. Henry a deux enfants et son grand drame, c’est que ni l’un ni l’autre n’a l’air de vouloir endosser l’héritage familial. L’aîné, pour éviter cela, s’est carrément envolé pour l’Amérique du Sud, sous prétexte de découverte, et le plus jeune, Dean, est bien décidé à devenir pilote de Nascar. Si Henry regarde son plus jeune fils avec une certaine forme de regret, il essaie comme il peut de le soutenir et de s’intéresser à lui et sa passion.

« At Any Price » est un film qui aborde des sujets qu’on a déjà vu. Ramin Bahrani y parle d’un côté de la famille et de l’autre de l’American dream, et le metteur arrive très bien à conjuguer ces deux sujets pour livrer une belle et triste odyssée d’une famille qui, cachée derrière les sourires, est loin d’être aussi heureuse qu’elle le laisse montrer.

Écrit entre autres par Ramin Bahrani, « At Any Price » tient une ligne très intéressante. Une ligne qui va mettre un peu de temps à vraiment trouver son rythme, et plus largement son début, mais une fois ceci trouvé, « At Any Price » est typiquement le genre de film dans lequel on se laisse emporter et dans lequel plus il va dévoiler son intrigue, ses sujets et ses personnages, plus il va se faire de plus en plus surprenant. Ramin Bahrani dresse-là des portraits très intéressants. Des portraits bien plus profonds et touchants que l’on aurait pu l’imaginer. La famille, l’héritage, l’envie d’autre chose, de ne pas emprunter les mêmes sentiers, l’envie de vivre ses rêves, l’acceptation d’autres destinées sont autant de sujets que le metteur en scène américain traîte avec un regard loin des clichés et du déjà-vu.

À travers le regard de ce père sur ce fils et inversement, le film dégage beaucoup d’amour, de bienveillance, même s’il dégagera aussi beaucoup de regrets. Des regrets qu’on retrouvera dans la façon dont Ramin Bahrani dépeint l’American dream. Quand peut-on se satisfaire de ce que l’on peut avoir ? « At Any Price » pose cette question, sans jamais y répondre, car cette réponse est individuelle à chacun des personnages et c’est ce qui fera l’une des forces du film de Bahrani. Toujours à travers l’American dream, le cinéaste en profite pour parler de l’agriculture américaine, le rendement, le fait de toujours batailler pour des marchés, quitte à écraser les autres. La réussite personnelle, comme celle de la famille, est aussi l’un des cœurs de son film. Le réalisateur, à travers l’agriculteur, n’oubliera pas de parler d’écologie, abordant les puissantes compagnies qui tiennent et régulent un marché, ayant vicieusement presque un droit de vie ou de mort sur des exploitants. Bref, ce scénario, même s’il met du temps à se mettre en place, est vraiment construit, profond et comme je le disais en entrée, il est surprenant, car plus il avance et plus il prend une direction qui est imprévisible. Une direction difficile, qui nous laissera sur un grand drame, assurément marquant et une dernière scène lourde de sens. Une dernière scène qui conclut à merveille tout ce que le réalisateur aura mis en place en amont.

« At Any Price » est le premier film où Ramin Bahrani tient un gros casting et on peut dire que le réalisateur a très bien choisi ses acteurs, offrant à Dennis Quaid un rôle magnifique, que le comédien tient avec drôlerie parfois, mais surtout avec émotion, cachant, comme je le disais, derrière un sourire éclatant, de profonds regrets. Pour incarner son fils, le réalisateur a choisi Zac Efron, qui était encore dans la folie des « High School Musical« , et des comédies romantiques peu marquantes et convaincantes. Le jeune Zac trouve là un rôle plus mature, son premier, et en fils rêveur, rattrapé par la réalité, surprend par la justesse de son jeu et la belle simplicité de son personnage. L’acteur qui cassait son image à l’époque (sorti la même année que le crasseux « Paperboy » de Lee Daniels) démontre qu’il est plus qu’une belle gueule. On ajoutera à cela un Clancy Brown bouleversant, Kim Dickens, Maika Monroe, Red West ou encore Heather Graham.

« At Any Price » est le second film que je découvre de Ramin Bahrani, après le bouleversant « 99 Homes » et force est de constater que ce cinéaste a un ton et une façon très humaine et dure à la fois de dépeindre la société américaine. Si le film a du mal à se lancer, il finira par être intriguant, intéressant, surprenant, et finalement touchant, pour ne pas dire beaucoup plus. Bref, « At Any Price » est une belle surprise, qui mérite bien plus que l’anonymat dans lequel il se trouve.

Note : 16/20

Par Cinéted

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.