avril 2, 2023

The Wicker Man

De : Neil LaBute

Avec Nicolas Cage, Ellen Burstyn, Kate Beahan, Frances Conroy

Année : 2006

Pays : Etats-Unis

Genre : Horreur

Résumé :

Le sergent Howie est chargé d’enquêter sur la disparition d’une petite fille sur une île isolée. Au cours de ses investigations, il découvre que la population locale se livre à d’étranges cérémonies d’un autre âge et que la jeune disparue a peut-être été victime d’un sacrifice humain…

Avis :

Dramaturge à succès, Neil LaBute eut un début de carrière très remarqué. Son premier film, qu’il réalise pour la modique somme de vingt-mille dollars, le met sur le devant de la scène, remportant des prix à Sundance et Deauville. Neil LaBute s’intéresse à la part sombre de l’être humain et c’est ainsi qu’il va pendant une petite dizaine d’années livrer des thrillers et des drames sociaux qui ne feront qu’accentuer les thèmes qu’il aime. Aimant raconter les côtés sombres de l’homme, il était alors presque logique que Neil LaBute s’intéresse à une intrigue telle que celle de « The Wicker Man« . Il y avait ainsi tous les ingrédients pour fasciner Neil LaBute, or, c’est avec ce remake que le réalisateur fait un tournant dans sa filmographie.

Alors qu’il y avait tout pour que « The Wicker Man » soit un excellent film, et un très bon moment de cinéma, Neil LaBute va se rater et livre là un film qui a bien du mal à nous convaincre, entre cette histoire très étrange, voire tirée par les cheveux, ce rythme, ou plutôt ce non-rythme, et ces acteurs qui ont tendance à en faire des caisses. Bref, avec « The Wicker Man« , Neil LaBute, malgré de bonnes idées et quelques bons moments, notamment son final, très bien mis en scène, nous laisse entre ennui et marbre.

Edward Malus est un policier qui vit en Californie. Un matin comme un autre, il va vivre un grand traumatisme. Alors qu’il essaie tant bien que mal de se remettre de ce qu’il vient de vivre, il reçoit une lettre de son ex-fiancée qui l’implore de venir à son aide. Cette dernière habite sur une île privée dans l’état de Washington et sa petite fille a disparu. Ne pouvant faire autrement, Edward se rend sur place et découvre alors une communauté bien étrange.

Autant le dire tout de suite, je n’avais jamais vu le film de Robin Hardy et dans cette confession, je dois même dire que je n’avais pas entendu parler du film d’Hardy, du coup, en commençant cette version 2006, je ne savais pas que celle-ci était un remake. Je pensais trouver un Nicolas Cage original, qui sortirait un peu des navets que l’acteur (que j’aime de tout mon cœur) a tendance à enchaîner les uns à la suite des autres.

Voilà, ceci étant dit, le fait de ne pas savoir que le film de Neil LaBute était un remake n’aura pas aidé, car même sans cette information, « The Wicker Man » fut très loin de me transcender.

Le principal souci que j’ai rencontré avec ce film, c’est une sensation de faux tout au long de son intrigue. Il y a quelque chose qui sonnait comme faux et alors que cette histoire peut attiser cette sensation dans le bon sens de son terme, ici, c’est tout le contraire qui s’est produit. Ici, tout sonne faux et ça ne fonctionne pas. « The Wicker Man » est un film qui a une tendance à faire que plus son intrigue se dévoile et moins celle-ci devient crédible. Le scénario que tient là Neil LaBute est truffé d’incohérences, et surtout, il soulève pas mal d’interrogations. Interrogations qui ne trouveront pas vraiment de réponse d’ailleurs. De plus, ce scénario balance maladroitement des rebondissements qui résonnent comme convenus et surtout, ces derniers seront sans surprise,. On ajoute à cela, cette enquête qui traîne en longueur et surtout qui n’avance pas. Bref, il y a pas mal d’éléments qui abîment ce qui, surtout le papier, laissait penser à quelque chose de très bon.

Après, tout n’est pas mauvais non plus et au milieu de ses défauts, le film de Neil LaBute tient quelques bons passages, je pense à son ouverture qui, si elle ne sert finalement pas à grand-chose, ou qu’elle se veut mystérieuse, reste assez traumatisante. On retiendra aussi son final, assez glauque, redoutable et bien efficace.

Neil LaBute voulait offrir un film sombre, ça se sent à plus d’une reprise dans ce « … Wicker Man« . Mais on ne peut pas dire que le metteur en scène américain y arrive. Bien souvent, son film manque d’ambiance, d’intensité, et ce n’est pas son mystère qui arrive à nous tenir, car comme je le disais plus haut, beaucoup du film sonne comme faux. De plus, cette enquête a bien du mal à nous tenir, car Neil LaBute n’arrive pas à imposer un rythme à son film. « The Wicker Man » traîne en longueur et s’il se ressaisit dans ses derniers instants, tout ce qui aura été fait avant, fait que finalement, ce n’est pas son bon final qui ravivera la flamme, qu’on a attendu tout au long des une heure quarante que dure le film.

Enfin, pour ce film, Neil LaBute avait réuni un casting des plus alléchants, Nicolas Cage, la très grande Ellen Burstyn, Kate Beahan, Frances Conroy, Leelee Sobieski, Molly Parker, James Franco… Mais entre des personnages qui sont creux et caricaturaux (coucou Ellen Burstyn en prêtresse), et des acteurs qui en font clairement de trop (coucou Nicolas Cage et Leelee Sobieski), franchement, on peine à accrocher et suivre ces personnages jusqu’au bout.

Première grosse foirade pour Neil LaBute, « The Wicker Man » avait pourtant tellement d’ingrédients sur le papier, malheureusement pour nous, comme pour le réalisateur et son équipe, « The Wicker Man » ne fonctionne pas. Entre fausses pistes, faux rebondissements, et une intrigue qui laisse plus de questions qu’autre chose, franchement, on ressort de ce cru 2006 de Neil LaBute très embêté et déçu. Et finalement, le seul vrai bon point que peut avoir ce film, c’est qu’il donne très envie de s’aventurer dans son film orignal, surtout si, comme moi, vous apprenez cette information une fois celui-ci vu.

Note : 06/20

Par Cinéted

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.