décembre 10, 2022

Tokyo Tribe

Titre Original : Tokyo Toraibu

De : Sono Sion

Avec Ryohei Suzuki, Young Dais, Nana Seino, Yôsuke Kubozuka

Année : 2015

Pays : Japon

Genre : Action

Résumé :

Dans un Tokyo futuriste, une immense guerre des gangs fait rage et divise la ville en quatre clans qui veulent imposer leurs règles. À la tête de deux bandes, deux anciens amis rivalisent et les rancœurs et sentiments personnels viennent se mêler aux affrontements des hommes dans un chaos toujours grandissant.

Avis :

Le cinéma japonais regorge de tous les genres et l’on y trouve bien des réalisateurs qui sortent des rangs et des clichés du cinéma japonnais. Bien sûr, dans les réalisateurs un peu dingues, Takashi Miike nous vient directement en tête, puis après, il y a Sono Sion. Réalisateur fou furieux qui s’aventure dans bien des genres différents, Sono Sion bouleverse les codes et marque les esprits et ça, qu’on apprécie ou non ses films.

Troisième incursion dans le cinéma de Sono Sion pour moi, après le glauque « Suicide Club » et le chevelu « Exte« . Avec son affiche et son synopsis, je pensais trouver avec « Tokyo Tribe« , un film violent et gore (Sono Sion oblige), sur des rivalités entre gangs. Et il s’agit d’un film qui parle bien de rivalités entre gangs, qui est bel et bien gore, mais qui se révèle être aussi une comédie musicale rappée et complètement tarée. Une comédie musicale qui n’a aucune limite, et qui, je dois bien l’avouer, a demandé réflexion une fois le générique de fin arrivé, tant ce film rime avec du grand n’importe quoi, et tant il m’a fallu digérer ce que je venais de voir.

Dans le futur, la guerre des gangs fait rage dans Tokyo et ainsi, la ville est divisée en plusieurs parties. Une nuit, des jeunes filles sont enlevées dans l’un des quartiers et amenées au Roi Summi. Cet enlèvement va alors déclencher un pur chaos dans la ville et au fur et à mesure que les heures défilent, bientôt, ce sont tous les gangs de la ville qui vont se battre.

Il est dingue Sono Sion, voilà ce que je n’ai cessé de me dire tout le long de ce film, qui m’a autant fasciné et amusé qu’il a eu aussi tendance à me maltraiter et presque avoir raison de moi.

Il est très difficile de parler du menu de ce « Tokyo Tribe » tant le réalisateur japonais y a mis tout et n’importe quoi. « Tokyo Tribe« , c’est donc des jeunes qui rappent tous sur le même rythme. « Tokyo Tribe« , c’est une guerre des gangs, quatre gangs qui sont bien décidés à montrer qui a la plus grosse, même si l’un de ces gangs est plus branché Peace and Love. « Tokyo Tribe« , c’est ensuite des bastons, des gungfights, des duels, des japonaises en sous-vêtements qui bottent des culs. « Tokyo Tribe« , plus loin encore, c’est des mutilations, des corps déchiquetés avec des effets spéciaux assez grossiers. « Tokyo Tribe« , c’est par la suite un assaut avec un tank, c’est des balades en vans customisés, puis, plus improbable encore, c’est un séisme menaçant. « Tokyo Tribe« , c’est un film tout en couleurs avec des looks complètement fous, tout comme ces décors aussi dingues qu’ils font cheap. Bref, « Tokyo Tribe« , c’est une hystérie collective bourrée de défauts, d’idées, de folie et de qualités.

Pour ce film, Sono Sion s’est complètement lâché, et il y a mis tout ce qu’il avait envie, tout ce qui le faisait tripper et forcément, ça donne un film qui impose une réflexion, car même si l’on s’éclate avec ce film, il est aussi épuisant dans un autre sens.

Ce qui est le plus intéressant avec ce film, c’est son hystérie générale. « Tokyo Tribe« , c’est un film qui visuellement parlant, déborde d’idées. Il y en a pour tous les goûts, et Sono Sion mélange presque tous les styles en un film. Comédie, absurde, drame, action survoltée, hommage, film de gangs, film de sabres, comédie musicale, clips, film futuriste avec une touche de rétro… Bref, Sono Sion conjugue le tout, en fait trop, et assume totalement son ovni.

Toujours du côté de ses qualités, « Tokyo Tribe » est un film qui est généreux en action et en personnages pour effectuer ses actions. Certes, il y a trop de personnages et on ne les comprend pas tous, mais sur l’ensemble, c’est une telle folie de les suivre dans les rues de ce Tokyo qu’on se laisse prendre au jeu et surtout, on se laisse piquer par la question essentielle du « qui va survivre ». Puis il faut dire aussi que ces personnages sont tenus par des acteurs tous plus dingues les uns que les autres. C’est bien simple, chacun d’eux n’a aucune limite et se jette à corps perdu dans leur personnage, quitte en faire trop, bien trop, et sombrer dans une caricature géniale au possible. Franchement, il y a en certains qui peuvent prétendre à devenir des personnages cultes.

Mais voilà, si « Tokyo Tribe » a des côtés très cools et très funs, c’est aussi un film qui peut avoir tendance à nous épuiser. Déjà, il épuise avec son hystérie, c’est bien simple, le film n’arrête pas pendant deux heures. Sono Sion ne prend jamais de pause. Mais à la rigueur, ce n’est pas vraiment ça le plus épuisant. Non, ce qui abîme le plus « Tokyo Tribe« , et ce qui demande le plus d’effort afin de rentrer dedans, c’est son idée de comédie musicale rappée. Si on peut passer sur le fait que le film ressemble à un immense clip, ce qui est le plus agaçant, c’est que finalement, on a l’impression que tous les comédiens rappent sur le même tempo. Sur deux heures de film, il doit facilement y avoir une heure et demie de rap et le rythme, les sonorités, le flow ne bougent pas, ou pratiquement pas. Alors que le film a un rythme dingue dans ses actions, et bien ça le ralentit, et ça le rend longuet.

Côté technique, si le film est bourré d’idées cools, on restera très étonné du manque de professionnalisme du côté de la photographie qui fait des bons colorimétriques en permanence. C’est assez fou, je ne saurais dire si c’est voulu ou non. On pourra aussi reprocher au film des effets spéciaux assez grossiers ou encore, dans son intrigue, que cette dernière soit terriblement mince, même si la chute est très drôle.

« Tokyo Tribe« , c’est donc un trip, un très gros trip et comme tout trip, il faut accepter de rentrer dedans. Je n’ai pas passé un mauvais moment devant cette folie et ça, même si le film de Sono Sion fut épuisant par moment. Bordélique et délirant, osé, intéressant, inhabituel et dingue, Sono Sion est un malade, et « Tokyo Tribe« , ne serait-ce que pour l’expérience, mérite bien son coup d’œil.

Note : 12/20

Par Cinéted

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.