octobre 25, 2021

Blanche comme Neige

De : Anne Fontaine

Avec Lou de Laâge, Isabelle Huppert, Charles Berling, Damien Bonnard

Année : 2019

Pays : France, Belgique

Genre : Comédie

Résumé :

Claire, jeune femme d’une grande beauté, suscite l’irrépressible jalousie de sa belle-mère Maud, qui va jusqu’à préméditer son meurtre. Sauvée in extremis par un homme mystérieux qui la recueille dans sa ferme, Claire décide de rester dans ce village et va éveiller l’émoi de ses habitants… Un, deux, et bientôt sept hommes vont tomber sous son charme ! Pour elle, c’est le début d’une émancipation radicale, à la fois charnelle et sentimentale…

Avis :

Anne Fontaine est une grande réalisatrice française qui ose aller sur tous les fronts. Si l’on prend ces dix dernières années, avec de bons comme de mauvais films, Anne Fontaine a fait de la comédie, du drame, du social, du film d’époque, elle est partie tourner en Australie avec Naomi Watts et Robin Wright entre autres. Bref, c’est ce que personnellement j’aime chez Anne Fontaine, la cinéaste a des envies et dans la mesure du possible, elle essaie tant bien que mal de mettre ces dernières en images.

Parmi les films de la réalisatrice, il en est un qui ressort quelque peu du lot de par l’étrangeté de son projet. Sorti en 2019, comme son titre le laisse deviner, avec « Blanche comme Neige« , Anne Fontaine a décidé de revisiter le célèbre conte des frères Grimm, et ça donne un film intéressant dans sa démarche, mais clairement décevant. Intéressant de par le choix d’Anne Fontaine d’amener ce conte connu de tous vers d’autres horizons et décevant, car même s’il y a de l’idée, de l’ambiance, et la vision des personnages est intéressante, « Blanche comme Neige » n’arrive jamais à décoller et le film se fait ennuyant. Dommage.

Claire est une jeune femme d’une très grande beauté. Claire habite désormais avec sa belle-mère, car son père vient de mourir. Mais quand Bernard, le compagnon secret de Maud, tombe sous le charme de Claire, pour la belle-mère, c’est trop et elle se laisse dévorer par la jalousie. Sur les conseils d’une femme, Maud décide alors de faire tuer Claire, mais une fois kidnappée, l’assassin qui emmenait la jeune femme vers son funeste destin fait un accident et Claire peut s’échapper.

« Blanche Neige« , s’il y a bien un conte des frères Grimm qui a été transposé à l’écran par bon nombre de cinéastes, c’est bien celui-là. Bien sûr, on pense d’emblée à la version des studios Disney, mais si l’on regarde plus loin, « Blanche Neige » a été mangé à toutes les sauces, du film d’auteur au film pour enfants, dont un avec Lou de Laâge qui incarne déjà Blanche Neige. On a eu du « Blanche Neige » en téléfilm, du « Blanche Neige » horrifique, du « Blanche Neige » en blockbuster et il faut bien le dire, du « Blanche Neige » tordu. Bref, du « Blanche Neige » en veux-tu en voilà et aujourd’hui, c’est la française Anne Fontaine qui s’y colle.

Pour sa vision de « Blanche Neige« , Anne Fontaine a décidé de s’inspirer du conte, d’en prendre les grandes lignes et de réinventer le reste, afin de moderniser le tout. Il est clair qu’Anne Fontaine avait de l’ambition avec ce film et qu’elle voulait proposer aux spectateurs quelque chose de nouveau. Entre étrange, érotisme et drame, « Blanche comme Neige« , au départ, pique l’intérêt, on peut même dire que la réalisatrice nous amuse, notamment avec la déclinaison des nains qui sont tenus par une belle troupe de comédiens.

Réécrit par Anne Fontaine et Pascal Bonitzer, la réalisatrice explore ici la féminité de Blanche Neige sous les traits de Claire. Anne Fontaine aborde donc la liberté de la femme, la découverte du corps, des corps, et plus largement des envies. Évidemment, le film abordera la jeunesse et le temps qui passe, car « Blanche comme Neige » est décliné en trois parties, explorerant dans ses deux premières le personnage de Claire, mais aussi celui de Maud, avant d’aller vers « Blanche Neige ». Là encore, ce principe est très intéressant, ces trois parties se valent dans leur analyse et leur histoire.

« Blanche comme Neige« , c’est un casting de luxe qui est étrangement employé, entre fantasmes et sous-emploi, entre envie, désir, mais aussi « survol » de personnages. Lou de Laâge et Isabelle Huppert y sont excellentes, quant aux nains (qui seront plus sept manières d’être masculin finalement), certains sont à tomber, Pablo Pauly, Jonathan Cohen, Richard Fréchette, Benoit Poelvoorde, quand d’autres laissent plus dubitatif, et tout particulièrement Vincent Macaigne et Damien Bonnard.

« Blanche comme Neige« , c’est aussi un film qui tient une belle mise en scène. Anne fontaine a enfermé son histoire dans le Vercors, et entre la superbe photo, les paysages sublimes et la BO incroyable de Bruno Coulais, « Blanche comme Neige » est visuellement très beau, passant d’un style à l’autre avec légèreté et cohérence.

Mais voilà, malgré ce cahier des charges impeccablement rempli, « Blanche comme Neige » n’arrive jamais à nous emporter pleinement. Si la réalisation est belle, elle manque pourtant de quelque chose pour nous captiver. De manière décalée et intéressante, le film suit le schéma qu’on connaît du conte, et malgré les inspirations, plus le film avance et plus les longueurs commencent à se faire sentir. Comme ces scènes, Anne Fontaine les étire pour finalement ne rien dire de plus. Et de manière générale, on aurait presque tendance à attendre que « Blanche comme Neige » démarre vraiment. Une attente aussi étrange que frustrante. De plus, si l’on peut prendre plaisir à suivre ces délirants nains obnubilés par la beauté de Claire, il faut aussi dire que parfois, leurs assauts mettent mal à l’aise, Damien Bonnard notamment.

Je ressors de ce « Blanche comme Neige« , certes déçu, car on est loin de la beauté des précédents films de la réalisatrice « Marvin … » ou « Les innocentes« , mais plus que déçu, je ressors de ce cru 2019 très partagé, car cette relecture de « Blanche Neige » par Anne Fontaine est aussi intéressante qu’elle est ennuyante. Alors peut-être un deuxième visionnage s’impose, mais face à la déception, pour l’instant, je n’en aurais pas envie.

Note : 10/20

Par Cinéted

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.