novembre 28, 2021

DC Comics Anthologie

CV_DC_ANTHOLOGIE2

Résumé :

16 récits qui ont marqué l’univers de DC Comics, de 1939 à 2011.

Avis :

S’il y a bien quelque chose de pénible dans l’univers des comics, que ce soit chez Marvel ou chez DC, c’est qu’il y a une pléthore de personnages, plusieurs âges, une chiée de scénaristes et des mondes parallèles à ne plus savoir qu’en faire. Il est très difficile de s’y retrouver parfois, surtout avec les sorties sous différents formats qui existent, comme les formats courts dans les kiosques ou encore les gros formats que l’on retrouve chez les libraires. Heureusement pour nous, Urban Comics, génial éditeur de comics a eu l’excellente idée de sortir une anthologie regroupant des récits de qualité aux travers les différents âges, avec en prime des informations sur les dessinateurs, scénaristes et super-héros. Il s’agit-là d’une vraie mine d’or qui permet aux néophytes comme aux rompus du genre à y voir un peu plus clair et à découvrir ou re-découvrir des histoires de très bonne facture. Alors qu’en est-il de cet ouvrage de fort bonne qualité ? Esbroufe ou must have ? Retour sur une anthologie qui part de 1939, année de la création de Superman à 2011 avec la nouvelle Justice League.

album-page-large-15025

Ce gros ouvrage contient donc 16 histoires ou plutôt des morceaux d’histoires. Ainsi, on commence en 1939 avec les origines de Superman. Alors ça sent un peu l’esbroufe car il n’y a que deux planches. Mais cela permet de se faire une idée du design et de la naïveté de l’époque. C’est à peu de choses près la même histoire avec Wonder Woman qui date de 1941, mais avec une histoire beaucoup plus longue et très ancrée dans la mythologie. Tout cela est suivi par les origines de Batman de 1948. On retrouve sa jeunesse brisée mais aussi son recrutement de Robin et sa chasse après le meurtrier de ses parents. Tout cela est très intéressant, mais on ressent quand même que le dessin a assez mal vieilli. Pour terminer cet âge d’or des comics, le recueil nous offre une histoire complète de World’s Finest, où le duo Batman et Superman affronte le Joker et Luthor dans une histoire divertissante, mais au design désuet. Pour s’en rendre compte, il suffit de regarder la tronche de la Joker-mobile ! Néanmoins, on ressent une belle recherche dans la dualité entre les deux super-héros et dans leur volonté d’aller de l’avant pour protéger les gens. On est encore bien loin des versions de Frank Miller où les deux personnages s’affrontent.

Après cet âge d’or assez naïf, on entre dans l’âge d’argent des comics et on entre dans le vif du sujet avec une histoire de Flash datant de 1961, où le nouveau Flash va rencontrer l’ancien en tournant trop vite et en partant dans une terre parallèle. L’histoire est très intéressante et on commence à voir la richesse des mondes et de tout le toutim à partir de cet âge. Autre fait important, la création de la Justice League avec une histoire de 1962 qui raconte la formation de ce collectif. L’histoire est longue et très intéressante malgré un scénario enfantin. Enfin, pour terminer cet âge, on accueille une histoire du Green Lantern, avec les origines des gardiens dans une histoire qui mélange encore les deux mondes parallèles et qui propose quelque chose de riche mais de peu complexe. Au niveau du dessin, c’est assez old school, mais on voit une nette évolution avec l’âge d’or, avec un dessin plus mature et plus riche.

Avec l’âge de Bronze, on accueille trois nouveaux récits qui montrent encore une fois une grande évolution, mais surtout au niveau des histoires et des scénarios. Cela commence avec une histoire de Batman, qui rencontre Ra’s Al Ghul et sa fille Talia. L’histoire est très intéressante même si le twist final demeure décevant et se termine comme une farce. On sera beaucoup plus surpris par l’épisode de Superman, L’Exil aux confins de l’éternité, qui est très métaphysique, poétique et complètement perché. Au lieu d’avoir une histoire avec des bulles, on est plus en présence d’une nouvelle illustrée. Enfin, on termine cela avec un épisode du Green Lantern, scénarisé par Alan Moore et aux dessins cauchemardesques, mettant en avant Abin Sur. C’est très bon, mais vraiment très space.

Pour attaquer l’âge moderne du comics américain, le recueil propose une histoire entre Superman et Wonder Woman, où l’on voit les deux super-héros aux prises avec Darkseid. L’histoire est bien car elle joue sur les sentiments des deux personnages et surtout ceux de Superman, le rendant plus humain. Cet âge se poursuit avec un épisode de la Justice League de 1997 et qui met en avant des anciens super-héros supplantant la nouvelle vague car absente sur une autre planète. L’histoire est très dynamique et on y voit l’apparition du Spectre, personnage emblématique pouvant lire l’avenir. Le dessin prend un coup de fouet, tout est plus dynamique, plus beau et donc plus intéressant. On attaque ensuite avec une excellente histoire de Batman, sans l’homme chauve-souris. Cas d’Ecole s’attaque à la psychologie du Joker dans un récit en noir et blanc d’une grande puissance et qui vaut vraiment le détour, notamment avec des dessins sublimes et très réalistes. Par la suite on a droit à un épisode du Green Lantern qui explore le devenir de Sinestro et qui reste assez sympathique. Puis on termine cet âge avec un épisode de Wonder Woman qui reste très agréable grâce à une bataille rangée impressionnante mais qui finit en eau de boudin et c’est bien dommage. Enfin, le recueil se termine sur une nouvelle histoire de la Justice League, remettant en avant de nouvelles origines, notamment en montrant la rencontre en Green Lantern et Batman, puis avec un Superman arrogant. Un excellent épisode dont il manque la suite !

Mais finalement, ce que l’on retient le plus de cet ouvrage, ce sont les passages expliqués sur les différents âges, les remaniements au sein de l’entreprise et les partis pris de chaque dessinateurs ou scénaristes avec une petite biographie. Tout cela est très ludique, didactique et permet de bien situer chaque période et chaque super-héros. Une vraie mine d’informations.

greenlantern

Au final, DC Comics Anthologie est résolument un excellent ouvrage qui permet de se remettre les idées au clair sur l’univers très riche et très dense de DC Comics. Il s’agit aussi d’une mine d’informations et il permet de voir l’évolution des histoires mais surtout des dessins et de la colorisation. Bref, un ouvrage que l’on conseille vivement.

Note : 16/20

Par AqME

AqME

Amateur d'horreur, Métalleux dans l'âme, je succombe facilement à des images de chatons.

Voir tous les articles de AqME →

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.